Conférence gesticulée

La conférence gesticulée est un style de spectacle, et avant tout un outil d’éducation permanente/populaire. A l’intersection entre le théâtre et la conférence académique, l’objet gesticulé a pour propriété essentielle de mêler sous une forme narrative le vécu des conférenciers ou conférencières (le « savoir chaud ») et les éléments de théorie (le « savoir froid »). La démarche vise à donner des clés de compréhension de la société et à développer l’esprit critique.

Définition sur le site Conférences gesticulées en Belgique, « A propos » : http://conferences-gesticulees.be/

 

J’ai été invitée à présenter mon travail de thèse le 9 mars 2020 sur la campus de Cholet dans le cadre du Mois du genre de l’Université d’Angers. J’ai opté pour la conférence gesticulée, une première expérience que je vous retrace ici dans cet article.

 

Pourquoi ai-je choisi de donner une conférence gesticulée ?

Travailler sur la confiance en soi. La timidité m’a longtemps paralysée. Elle est encore très présente dans ma vie et provoque en moi des angoisses intenses avant chacune de mes communications scientifiques. Je me suis dit « qui peut le plus peut le moins ». Pourquoi ne pas essayer une forme plus théâtralisée, où je me donne complètement ? Sans doute que cela m’aidera à prendre plus « d’espace » dans les prochaines communications. Qu’est-ce que cela donne quand je suis pleinement moi-même devant un public ? Suis-je ridicule ? Comment les autres vont-ils interagir avec moi ? avec bienveillance ou malveillance ? Pour le savoir, il me fallait essayer.

Lâcher les notes. Mon idéal : être une vraie oratrice qui sait parler aux autres, leur donner confiance, inspiration et dont on retiendra les idées principales. Je vois beaucoup de communicant.e.s lire leurs notes en colloque ou séminaire. J’étais comme ça au tout début, mais je ne veux plus faire cela, ni pour moi, ni pour les autres. Quand une personne regarde le public et maîtrise son sujet, je suis prête à l’écouter sur n’importe quel objet d’étude. Si la personne lit son papier à toute vitesse pour respecter les fameuses 20 minutes accordées à chaque communicant.e, même si cette personne travaille sur un sujet proche de mon sujet de thèse, je n’arrive à la suivre que quelques minutes. Et je me sens frustrée. J’ai commencé à travailler mon support de communication et faire un compromis entre peu d’écrit pour ne pas perdre l’attention du public, et suffisamment d’éléments pour que je puisse m’appuyer uniquement sur ce support. J’y arrive de mieux en mieux. Mais je peux faire plus encore ! Pendant ma conférence gesticulée, aucune note, seulement des extraits de mon carnet de terrain que je devais lire à un moment donné de la conférence.

Faire le lien entre vécu et cheminement méthodologique et intellectuel. Je travaille sur les groupes femmes, dans les années 1970, où l’expérience personnelle est le point de départ des discussions et réflexions. Aussi, certains de mes engagements associatifs m’amènent régulièrement à parler de sujets à partir de mon expérience de vie. Tout cela m’a conduite à vouloir parler de ma recherche à partir de ce qui me motive, des rencontres que j’ai pu faire sur le terrain et d’évoquer mes erreurs comme mes expériences positives. Je pense que le fait de se rendre accessible permet de rendre accessible la recherche. Cependant, ce n’est pas parler de soi pour parler de soi. L’expérience personnelle sert à amener un sujet, une réflexion, à dénouer un problème méthodologique. Ce n’est pas ma vie qui est intéressante en soi, ce sont les mécanismes qui m’ont amenée à choisir tel aspect de mon sujet, à choisir telle méthode d’entretien, à construire mon terrain de telle façon.

Capter l’attention. Je pense qu’il faut avoir de l’ambition pour poursuivre dans la recherche. Il ne s’agit pas de cette ambition qui écrase les autres dans un climat de concurrence. Il s’agit de l’ambition qui vous pousse à vous améliorer constamment, à vouloir rencontrer les chercheurs et chercheuses dont les travaux vous passionnent, à créer des opportunités pour faire connaître votre recherche et participer à des colloques et séminaires dans d’autres régions et d’autres pays que le vôtre. Il y a quelques années, alors que jusque-là je ne parvenais pas à me détacher de mes notes, j’avais tellement préparé ma communication que je la connaissais par cœur. Je pouvais regarder le public et provoquer de petits moments de pause par l’humour et l’anecdote. Je passais entre deux doctorantes qui avaient lu leur papier à toute vitesse. Ce jour-là, la majorité des questions du public m’étaient adressées et j’ai été invitée à faire une autre communication dans une autre ville. A partir de ce jour-là, je n’ai plus jamais lu mon papier à toute vitesse, je ne pouvais pas revenir en arrière tant la satisfaction d’avoir franchi un cap était immense. Mon sujet avait passionné parce que j’étais passionnée et que j’avais permis au public de s’approprier cet enthousiasme, de le vivre.

 

Préparation de la conférence gesticulée

Avant toute chose j’ai listé les idées que je voulais transmettre. Puis je les ai regroupées par thème. J’ai écrit un synopsis. La conférence gesticulée est comme une histoire qu’on raconte, les éléments doivent se suivre avec fluidité tout en comportant quelques rebondissements.

 

Titre de la conférence

A la rencontre des féministes bretonnes et ligériennes des années 1970 : archives de l’intime.

Titre qui suggère une action du public et une expérience humaine.

 

Annonce de l’événement

Une petite balade dans les années 1970, ça vous tente ? Partez à la rencontre de militantes féministes pour comprendre ce qui s’est joué en cette période de réformes législatives sur la contraception, l’IVG, le viol, les violences et l’égalité.

Au cours de cette conférence gesticulée, je vous emmène avec moi pour discuter de mon travail de recherche sur l’expérience de libération sexuelle des militantes des groupes femmes (ou mouvement de libération des femmes) en Bretagne et Pays-de-la-Loire. Nous verrons comment s’est organisé un de mes terrains de recherche, dont la particularité est d’avoir duré 3 semaines, avec comme mode de déplacement, le vélo. Je vous ferai ainsi voyager en Bretagne et je partagerai avec vous la beauté des paysages, les joies des rencontres et les bonheurs comme les difficultés d’une randonnée à vélo.

Nous partirons ensuite explorer les archives de militantes nantaises, angevines, nazairiennes. Nous nous retrouverons en 1982 à manifester place Graslin à Nantes. Nous irons à la permanence du groupe femmes d’Angers. Nous célébrerons la fête des mères en 1974 place du ralliement (Angers) et nous demanderons aux nazairiennes ce qu’elles en pensent. Nous lirons quelques extraits du journal « Les femmes et les femmes d’abord » édité par des femmes d’Angers, de Tours, de Caen et de Poitiers. Après un tour au Planning familial, nous finirons la soirée en buvant un verre à la cafète de femmes Les Danaïdes.

Cette conférence est une invitation à l’aventure, alors embarquez ! »

 

Il est important d’inclure le public : « ça vous tente ? », « partez », « nous nous retrouverons », « nous célébrerons »…

Caractéristique de ma conférence = une invitation au voyage : « balade », « partez à la rencontre », « terrains de recherche », «randonnée à vélo », « beauté des paysages », « aventure », etc.

Synopsis

  1. Présentation de mon parcours

Durée : 2 min

Outils : générique d’un film, power point

Thèmes abordés : mon sujet de thèse et ma question principale. Les raisons de mon choix de faire une thèse.

  1. Partir sur le terrain, exemple de la Bretagne

Durée : 20 min

Outils : carte de la Bretagne, article de presse sur mon projet, présentation du matériel de déplacement (vélo et équipement), vidéo aquarium Océanopolis (Brest), sac de couchage pour mise en situation.

Thèmes abordés : la préparation du terrain, les notes de terrain, expériences positives et négatives, les contraintes et le  plaisir d’un terrain à vélo.

  1. Faire des films

Durée : 20 min

Outils : extraits de films que j’ai réalisés.

Thèmes abordés : les entretiens non-directifs et semi-directifs, mon engagement au sein de la commission audiovisuelle d’Archives du féminisme.

  1. Les archives

Durée : 15 min

Outils : images d’archives

Thèmes abordés : le travail de recoupement d’information à partir des archives.

 

Réactions du public

J’ai eu des questions à n’en plus finir ! Le format a mis à l’aise le public et certain.e.s étudiant.e.s ont posé jusqu’à 4 ou 5 questions. Je les ai senti.e.s motivé.e.s, avec de l’énergie, beaucoup de curiosité. Certaines personnes m’encourageaient pendant la conférence par des sourires, des hochements de tête, une grande expressivité dans le regard. Au moment des questions, il n’y avait pas le public et moi, c’était une discussion plutôt collective. Mon expérience était au centre, certes, mais les questions se faisaient écho entre elles.

 

Cet article est un témoignage d’une expérience personnelle de conférence gesticulée, elle ne prétend pas la définir ni donner un cadre. J’espère que ce format sera davantage utilisé par les chercheur.e.s car l’interaction avec le public y a quelque chose d’unique.

Pour plus d’informations sur mon terrain en Bretagne, je vous invite à consulter la rubrique « Bretagne » article « Tro Breizh ».

Les photos ont été prises par mon ami doctorant Jallal que je remercie ici.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Conférence gesticulée," in La recherche comme une aventure, 24/03/2020, https://laventure.hypotheses.org/1120.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search