Les femmes ont pris la colère

Soazig Chappedelaine Vautier et René Vautier, Quand les femmes ont pris la colère, durée 1h11, 16mm, couleur et sonore, 1977, fonds de la Cinémathèque de Bretagne

 

Chaque année, à l’usine Tréfimétaux, à Couëron, dans la banlieue de Nantes, les salaires sont négociés. En mars 1975, la CGT lance une grève car selon elle la négociation est un échec pour les ouvriers. La direction refuse de négocier les salaires et fait pression sur les familles en envoyant une lettre de menace de licenciement au domicile des ouvriers. Les femmes se montrent alors solidaires, se réunissent devant l’usine pour brûler les lettres un mois après le début de la grève, en avril 1975. 12 d’entre elles entrent et occupent le bureau du directeur. Le directeur porte plainte pour séquestration et s’ensuit un procès en juin 1976 à Saint-Nazaire qui aboutit à un non-lieu. Les femmes sont présentées comme femmes au foyer, dénonçant les conditions de travail dans les usines, la précarité de leur vie et la qualité de leur condition d’habitation. Elles relient l’épuisement de leur mari à l’usine à l’épanouissement au sein du couple et plus d’égalité dans les ménages, car pendant les vacances, « ça se passe bien, le mari participe ». Certaines relient cette lutte à des revendications féministes telles que l’égalité salariale et l’accès à l’emploi. Certains maris témoignent de leur surprise de cette solidarité de leur femme et même temps que de leur prise de parole et les soutiennent ensuite dans leur mobilisation contre le procès qui leur est intenté.[1]

Crédit Cinémathèque de Bretagne

Voici quelques morceaux choisis…

 

3’20-3’54 : plusieurs femmes et un journaliste : « Qu’est-ce que vous pensez du fait qu’il y ait des hommes derrière qui essayent de vous empêcher de parler en faisant du bruit ?

_C’est des mâles.

_ C’est des mâles oui, ils sont très orgueilleux.

_Oui très orgueilleux.

_ On a fait aujourd’hui ce qu’on devait être normalement dans la vie. Alors les hommes, ils devraient comprendre. Je sais que le gouvernement fait tout pour que la femme ne soit pas l’égale de l’homme. Alors que les hommes nous aident aussi ! hein ? d’accord ? [en s’adressant aux hommes]. C’est difficile pour eux. »

 

50’40-52’08 : Témoignage d’un ouvrier : « d’abord ça m’a rapproché de ma femme, c’est une chose qui est certaine. J’ai trouvé ça formidable que ma femme participe comme ça à la cause et puis au risque de sa liberté et de tous les problèmes que ça pouvait lui faire avoir par la suite. J’ai trouvé ça magnifique. Surtout qu’elle était timide, calme et tout ce qu’on veut. De la voir comme ça d’un coup pour défendre son mari, ce n’était pas du tout dans ses habitudes, franchement ça me… enfin le terme n’est peut-être pas beau, ça m’a fait aimer beaucoup plus ma femme. Je ne sais pas comment dire ça. Je crois que ça nous a rapproché, c’était formidable. […] J’ai eu peur que nos femmes nous poussent à reprendre le travail. En fait c’est complétement l’opposé qui est arrivé. J’ai trouvé ça… ils ont réagi franchement pas du tout comme je l’aurais cru. Je m’attendais plutôt la réaction d’une petite femme normale, la femme d’ouvrier qui reste planquée chez elle et qui dit bon ben écoute arrête il y en a marre de manger des pommes de terre, faut recommencer à travailler quoi. Et puis de les voir mener le combat comme ça et de le mener pendant des mois, ça a été magnifique. » Pendant tout ce temps, la femme baisse les yeux, visiblement gênée.

 

1h08’ -1h09’10 : une femme : « dans ce conflit, j’ai découvert aussi que nous avons de petits conflits avec les hommes, que ce soit les ouvriers, syndicalistes et même les militants politiques, ils ont du mal à admettre la force que peut amener la femme dans certaines luttes. Les femmes poussent les portes et ils ont peur, eux, de rester coincés. Les femmes vont trop vite pour eux, c’est trop à mon avis. Enfin ils le ressentent un peu comme ça qu’elles vont vraiment trop vite et ils n’arrivent pas à suivre parce que aussi ils ont besoin d’une certaine éducation pour la libération de la femme. Ils ne sont pas tout à fait pour non plus et dans cette expérience de Tréfimétaux-Couëron, je m’en suis vraiment rendue compte. »

 

[1] Dominique Loiseau, « Quand les femmes ont pris la colère », p263-274 in Danielle Tartakowsky et Françoise Tétard (dir.), Syndicats et associations, concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2006.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Les femmes ont pris la colère," in La recherche comme une aventure, 03/05/2020, https://laventure.hypotheses.org/1208.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/01/2021

    […] Les femmes ont pris la colère […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search