Fête des mères

Fonds 38AF et 40 AF du Centre des archives du féminisme

Le 26 mai 1974, des militantes féministes angevines célèbrent la fête des mères à leur façon… Retraçons cette manifestation par les articles de presse du fonds 38AF (fonds d’Anne-Marie Charles)

Coupure de presse, « Vingt femmes en lutte place du ralliement », 1974 date manuscrite, anonyme – CAF 38AF1

Une photo avec 6 femmes, tenant des pancartes et une banderole. La photo ne semble pas prendre la totalité des manifestantes. Une partie du panneau de la manifestante à gauche est lisible : « J’en ai pas 12, j’en ai pas 6, j’ai le plus beau ». Au centre une autre a écrit : « J’ai déjà deux enfants, j’en aurais un 3e quand je le déciderai ». Le groupe présenté est celui des Pétroleuses, composé d’une vingtaine de militantes issues de la tendance lutte des classes du MLF. L’article précise qu’elles ont entre 18 et 30 ans et que plusieurs d’entre elles sont mariées. Certains propos sont rapportés : « Assez d’être fêtées une journée, exploitées toute l’année. », « Pendant 364 jours par an, du matin au soir, on passe de la cuisine au ménage, des enfants aux courses, le tout sans rétribution ; on n’arrête pas, et pourtant, on reste la 5e roue du carrosse. Pour la femme qui travaille, c’est une double journée, quand il faut ajouter les tâches domestiques à un emploi extérieur ; l’homme, quant à lui, a droit à des loisirs pour reconstituer sa force de travail », « Nous en avons assez ! Ensemble des femmes se regroupent et s’organisent, se mettent en grève pour imposer leurs revendications. Ensemble, des femmes descendent dans la rue pour exiger l’avortement et la contraception libres et remboursés par la Sécurité sociale… ».

 

Coupure de presse, « Contre-fête des mères », 1974 date supposée, anonyme – CAF 38AF1

La banderole au fond est plus lisible que sur l’article précédemment cité, on peut lire « Fête des mères ». Certaines parlent entre elles pendant que d’autres semblent clamer des slogans. Sur un des panneaux on peut lire « Crèches et garderies gratuites ». Comme l’article précédent, il est expliqué qu’elles chantent sur l’air de la carmagnole, mais il n’y aurait qu’une quinzaine de militantes; on en voit 9 sur la photo. L’article recense leurs revendications : ne plus être sifflées et déshabillées dans la rue, des crèches gratuites ouvertes 24 sur 24h, la contraception et l’avortement libres et remboursées par la Sécurité sociale, des laveries collectives et gratuites, des salles de réunion dans les immeubles et les quartiers, les mêmes droits pour les femmes célibataires et mariées, l’arrêt de la double journée de travail. Elles disent que la fête des mères a été instituée par Pétain. Les 15 militantes ont été interpellées par la police pour un contrôle d’identité, ce qui, d’après le/la journaliste, a resserré le cercle de solidarité autour des militantes. Il est aussi question du rapport avec le MLF, les militantes ne seraient pas contre les hommes à l’instar du MLF, mais contre le système capitaliste d’où émane toutes les oppressions.

 

Photos anonymes, sur la manifestation contre la fête des mères du 26 mai 1974– CAF 38AF1

Deux photos de l’interpellation par un policier, plusieurs photos de la manifestation, une photo de deux majorettes à vélo, tournant autour du groupe des femmes, qui font de la publicité pour les meubles Rambault.

 

Tract « Bonne fête maman ! » signé MLF (Mouvement de libération des femmes), [date supposée : 1979], – CAF 40AF4 (Fonds du collectif des femmes de Saint-Nazaire).

La traditionnelle fête des mères a souvent été détournée par les militantes féministes, à Angers ou ailleurs, pendant toute la décennie 1970. On en trouve traces dans d’autres fonds comme ce tract de 1979 dont voici la retranscription :

« Maman chérie, toi qui fais tout : la lessive, les bébés, la vaisselle, c’est ta fête un jour par an mais ça nous empêche pas de t’emmerder tout le reste de l’année quand tu rentres du boulot, toi tu te remets au boulot (c’est pas comme papa, lui il regarde la télé) omo-marmots-dodo (c’est le 3e service) t’en as marre, dis maman !

Moi je vais rien t’acheter pour la fête des mères. Ça fait gagner des sous à Decré et à tous ses copains. Et puis de toutes façons même les trucs téfal ça te laisse encore collée à tes fourneaux. Dis ! j’ai appris à l’école que c’est Pétain qui avait commencé la fête des mères ça marche encore : travail – famille – patrie.

Et c’est toi qui en fait les frais. Il est temps que tu entres au M.L.F, maman ! »

Le dessin ne vous rappelle pas quelque chose? Torchon Brûle n° 1. Page 16

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Fête des mères," in La recherche comme une aventure, 03/05/2020, https://laventure.hypotheses.org/1211.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search