Emission Terroir 22 sur la Loi Veil

Emission Terroir 22 intitulée « La Loi Veil en question : l’avortement », produite par France Régions 3 Rennes et diffusée le 22 novembre 1979  – Fonds INA

https://www.ina.fr/video/RXC99001556/la-loi-veil-en-question-l-avortement-video.html

Le 6 octobre 1979, plusieurs centaines de personnes manifestent à Rennes. Les manifestant.e.s scandent en rythme «  Les enfants que nous voulons », « avortement, contraception, libres et remboursés » et des femmes chantent : « les femmes s’en vont en lutte, fini le temps des cuisinières, les femmes s’en vont en lutte contre leur oppression. ». Une militante du Planning familial de Quimperlé, Nelly Sager, évoque les démarches à effectuer pour avoir recours à l’IVG. Puis le docteur Guesnier explique qu’il est difficile de respecter les délais et que la méthode karman ne fonctionne pas après 10 semaines d’aménorrhées. Le Docteur Bovir parle de la formation des personnels pour les IVG. Le docteur Esnault évoque le problème de la mauvaise utilisation de la clause de conscience, qui devrait être individuelle mais qu’elle est bien souvent imposée par un chef de service à toute son équipe.

Sur la pratique des IVG en Bretagne, la journaliste explique : « Cette opposition à la loi se rencontre surtout dans les villes isolées, pauvres et peu dynamiques économiquement et les villes où l’influence de la religion reste très sensible, c’est le cas de Vitré notamment. Dans le reste de la Bretagne, les IVG sont pratiquées de façon plus ou moins satisfaisante. A Brest, faute de lit, un choix est opéré en fonction des urgences et des disponibilités. Dans le Morbihan, tous les hôpitaux pratiquent l’IVG. Dans les côtes du nord il y a encore des barrages, à Loudéac notamment. En Ille-et-Vilaine enfin, la loi n’est appliquée ni à Vitré ni à Fougères et difficilement accessible à Saint-Malo. A Rennes, les conditions dans lesquelles elles sont appliquées jusqu’à présent, sans anesthésie ou locale seulement qui limitent les IVG. »

Une femme militante dans un groupe femmes de Rennes témoigne : « à l’Hôtel-Dieu je dois dire que ça s’est très bien passé parce que moi-même j’étais dans un milieu assez favorisé, dans un groupe de femmes, où je connaissais le médecin qui allait me faire l’avortement et qui a pris le temps et les précautions psychologiques nécessaires pour que ça se passe dans les conditions les plus idéales possibles. Mais il reste quand même que les délais sont très courts ici à l’Hôtel-Dieu. Quant au personnel, enfin je ne dois trop rien dire parce que moi j’ai été bien accueillie. Mais il paraît que ça ne se passe pas souvent comme ça et que les femmes sont prises de court parce que si on prend les délais de l’Hôtel-Dieu, en fait il y a 15 jours à tout casser pour découvrir d’abord qu’on est enceinte, à supposer qu’on trouve un médecin qui veuille bien le découvrir du premier coup si cela lui est possible, de faire les examens en laboratoire pour bien confirmer qu’on est enceinte et ensuite de faire toutes les démarches qui prennent une bonne journée et demie, entre les analyses en labo et les démarches administratives, visite au Planning familial, entretien, etc. pour ce décider quoi. »

Une autre femme témoigne de façon anonyme : « Ce qui me fatigue surtout c’est le circuit. Le gynécologue à aller voir, ensuite l’aiguillage vers une personne de sa connaissance et c’est cette personne qui ne va pas du tout quoi, parce que le discours c’est « je fais ça, ça ne me plaît pas, mais c’est mieux qu’une faiseuse d’anges. » C’est plus de l’isolat, ça ne devrait pas se passer comme ça au XXe siècle. C’est ce que je regrette un petit peu, il y a beaucoup de choses à faire. Ça m’est revenu au bas mot à un peu plus de 1000 francs. Je trouve cela scandaleux. En plus, en attendant le remboursement, tous les frais doivent être payés en liquide, chose que je n’ai pas fait. Je pense que c’est inouï de demander du liquide. Ce n’était pas traumatisant mais ce n’est pas ce que je pouvais en penser auparavant. Si j’avais été une femme plus jeune, non mariée, avec aucun support moral, je ne sais pas si on pouvait prendre la décision de se faire avorter. »

Le reportage se termine par un entretien avec le cardinal archevêque de Rennes, Monseigneur Gouyon et la mobilisation à venir de l’Eglise au regard de l’échéance de novembre 1979 où la Loi Veil devrait devenir définitive.

 

 

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Emission Terroir 22 sur la Loi Veil," in La recherche comme une aventure, 03/05/2020, https://laventure.hypotheses.org/1302.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search