Conseil municipal 1979

Fonds 49W29 aux Archives municipales de Brest

Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Brest portant sur l’information sexuelle, la contraception et l’IVG, qui s’est déroulé le 12 novembre 1979. Fonds 49W29 Archives municipales de Brest.

Le texte est un vœu, examiné préalablement par la commission des affaires sociales, et dont « le rapporteur » se nomme Mme Martin. Le conseil municipal a lieu quelques semaines avant l’examen, par le Parlement, de la loi de janvier 1975 sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), dite Loi Veil.

 

Ce texte dénonce « une loi qui présente d’énormes contraintes et qui reste souvent mal appliquée ». En effet, « le rapporteur » indique que le coût d’une IVG varie en fonction du lieu et du délai selon lesquels il est pratiqué, avec une majoration après 10 semaines (10 semaines étant le délai légal autorisé par la loi du 1975). Le prix minimum est 850 Fr. et il peut atteindre jusqu’à 2 000Fr., soit plus du double dans certains cas. Les mineures doivent demander une autorisation parentale et les étrangères doivent justifier d’un séjour d’au moins 3 mois sur le territoire français.

 

Quelles sont les demandes formulées dans ce vœu ?

– la création d’un centre d’orthogénie

– une prolongation du délai des 10 semaines

– l’obligation, pour les médecins qui invoquent la clause de conscience, de donner dès la première visite la liste des centres où l’IVG est pratiquée

– L’arrêt des sanctions à l’encontre des personnes diffusant de l’information sexuelle

 

Le texte souligne le manque de moyens. En effet, le Planning familial ne peut tenir qu’une seule permanence par semaine, le vendredi de 18h à 20h et le Centre de Planification du CHU assure seulement deux permanences par semaine sur une demi-journée, le mercredi et le vendredi.

 

Ce vœu a été adopté à la majorité. Brest est alors gouvernée par un maire socialiste élu en 1977, Francis Le Blé, après des décennies de gouvernance centriste et de droite. Il est élu deux ans après les Assises du PS pendant lequel celui-ci se recompose et absorbe notamment les voix de la gauche catholique issue de mouvements de jeunesse tels que la JAC (Jeunesse agricole chrétienne) et la JOC (jeunesse ouvrière chrétienne). Le PS, en se déclarant non-communiste, agrège alors de nombreux groupes. Le poids des classes moyennes supérieures et la distanciation par rapport à la religion transforme la structure militante en Bretagne. La gauche s’y inscrit de façon durable.[1] Les questions féministes y trouvent un écho plus favorable.

 

[1] François Prigent, « Les élus socialistes en Bretagne : réseaux, trajectoires et identités des années 1930 aux années 1980 », p207-219, in Christian Bougeard dir., Un siècle de socialisme en Bretagne. De la SFIO au PS (1905-2005), PUR, 2008. Consulté en ligne le 13/05/2020 sur Openedition Books : https://books.openedition.org/pur/4216#text

 

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Conseil municipal 1979," in La recherche comme une aventure, 17/05/2020, https://laventure.hypotheses.org/1353.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search