Baumette/Ste-Gemmes-sur-Loire/Ponts-de-cé

Entraînement du 17 mai 2020. Temps magnifique.

 

Parcours : Départ d’Angers (Cale de la Savatte)/prairies de la Baumette/Ste-Gemmes-sur-Loire/Ponts-de-Cé/Trélazé/Arrivée Angers (Cale de la Savatte) : environ 30km

 

Difficulté : facile (c’est plat).

Vous trouverez une carte interactive avec des images à la rubrique carte/map-vélo et paysages.

Choix de l’itinéraire

Je voulais reprendre tranquillement le vélo après plus de deux mois de totale inactivité physique. Je me sentais vite essoufflée depuis quelques semaines en montant des marches d’escalier. J’ai repris la marche en début de semaine, progressivement. Je me suis décidée quelques heures avant le départ sur ce parcours alors que je pensais, la veille, faire l’aller-retour entre Angers et Savennières, trajet que je connais bien. J’ai étudié toutes mes cartes pendant plus d’une heure le dimanche matin. J’ai alors décidé d’aller jusqu’à la pointe, après les prairies de la Baumette. J’aime bien les pointes, je trouve que les endroits où les cours d’eau, les rivières, les fleuves se rejoignent sont toujours impresionnants, magiques. Et puis la veille, lors d’une marche à pied avec une amie le long du Lac de Maine (sur l’autre rive), j’avais vu un immense bâtiment en pierre que ni mon amie ni moi n’avons su identifier. Il s’agit de l’ancien couvent de la Baumette, un site classé monument historique et édifié au XVe siècle. Ce parcours restait raisonnable en termes de distance et de difficulté, alors je me suis lancée, une heure après le déjeuner.

Itinéraire

Les premiers kilomètres longent une zone industrielle. Très vite, je me suis retrouvée sur une piste cyclable très lisse et agréable. Je suis arrivée devant l’ancien couvent de la Baumette le long duquel un petit chemin très pentu descend vers la Maine. J’ai ensuite pris à gauche pour aller en direction de Bouchemaine. Le chemin est assez large et peu caillouteux au début. Ce sont des prairies. Puis le chemin devient plus étroit et les hautes herbent frappent les mollets. En cas de crue de la Maine, cette zone doit être très marécageuse. J’ai n’ai pas du tout ressenti de fatigue à ce moment-là. Je suis assez vite arrivée à mon objectif : la pointe ! Je me suis posée quelques minutes à cet endroit impressionnant. C’est là où la Maine et la Loire se rejoignent.

Le long de l'ancien couvent de la Baumette

De gauche à droite : rempart le long de l’ancien couvent de la Baumette; chemin descendant le long de l’ancien couvent de la Baumette; sous l’ancien couvent de la Baumette; prairies de la Baumette.

De gauche à droite : petite écluse, forêt près de la pointe; la Loire; la pointe.

Direction Sainte-Gemmes-sur-Loire. Ste-Gemmes-sur-Loire est une petite ville de 3 500 habitant.e.s qui se situe au sud d’Angers. On y trouve le musée des boissons, des manoirs, le château de Châteaubriant, un jardin méditerranéen, des anciennes églises (XII et XIIIe siècles) et trois moulins. Le chemin qui longe Ste-Gemmes et qui va vers les Ponts-de-Cé fait partie du parcours de la Loire à vélo, un itinéraire de plus de 900km qui va de la région de Nevers à la Loire-Atlantique. Comme terrain d’entraînement, c’est plutôt pas mal…

  

De gauche à droite : arrivée sur Ste-Gemmes-sur-Loire; pavots; arrivée sur les Ponts-de-Cé.

De Ste-Gemmes-sur-Loire aux Ponts-de-Cé, des bancs de sable forment de petits îlots au milieu de la Loire. Quelques-uns sont accessibles, cela donne l’impression d’être à la plage au bord de mer. Louis Aragon parle des Ponts-de-Cé dans un poème dédié à Elsa en 1942 :

J’ai traversé les ponts de Cé
C’est là que tout a commencé

Une chanson des temps passés
Parle d’un chevalier blessé

D’une rose sur la chaussée
Et d’un corsage délacé

Du château d’un duc insensé
Et des cygnes dans les fossés

De la prairie où vient danser
Une éternelle fiancée

Et j’ai bu comme un lait glacé
Le long lai des gloires faussées

La Loire emporte mes pensées
Avec les voitures versées

Et les armes désamorcées
Et les larmes mal effacées

Ô ma France ô ma délaissée
J’ai traversé les ponts de Cé

C, Louis ARAGON, Les Yeux d'Elsa, (1942)

 

J’ai ensuite gagné Trélazé, une ville dont je parlerai dans un autre article puisque j’ai prévu un entraînement dans cette commune et les ardoisières, un site magnifique.

 

Bilan de cette randonnée

 

J’ai commencé à fatiguer en arrivant à Trélazé où je me suis un peu perdue. 30km pour une reprise c’est très bien, d’autant plus qu’il s’agit de chemins de terre, caillouteux, qui demandent de l’attention et qui fatiguent à cause des vibrations du vélo causées par les cailloux. Quand j’ai retrouvé l’asphalte après les ardoisières, je me suis sentie tout de suite plus légère et rapide. La qualité de la route joue beaucoup sur la fatigue et la vitesse.

 

Qu’est-ce que cela apporte à ma thèse ?

 

En arpentant les alentours d’Angers et bientôt d’autres villes comme Ancenis, le Lion-d’Angers, Saumur… je serai mieux armée pour situer le parcours des militantes que je rencontrerai bientôt. Une des personnes que j’ai déjà rencontrées a passé son enfance à La Membrolle (entre Angers et le Lion-d’Angers), ça me donne un objectif de circuit à vélo. Pouvoir situer les endroits que citent les militantes et même pouvoir visualiser la topographie du territoire, les monuments, la nature environnante, cela me donne l’impression de sortir d’une forme de cécité. La description des lieux, les anecdotes évoquées par le témoin prennent corps. Je ne pense pas que cela soit indispensable pour un travail de thèse de visiter les lieux décrits par les témoins, et je ne le fais d’ailleurs pas systématiquement faute de temps, mais je me sens plus à l’aise dans mon rapport avec les militantes. Cela instaure une complicité aussi, un « terrain » commun sur lequel échanger. La vie de la personne est ancrée dans un territoire. Je perçois bien, par exemple, l’impact que la vie sur Paris a eu sur moi et les changements à l’œuvre depuis que je suis sur Angers, même si d’autres éléments entrent en jeu comme l’âge, les relations avec les personnes rencontrées, etc. C’est pour cela que je m’intéresse aussi au patrimoine des villes et villages où je vais, à l’ambiance locale, à l’accessibilité du territoire. Quand je suis allée en Bretagne avec mon vélo pendant trois semaines, les personnes rencontrées ont tenu à me montrer les plus belles choses du coin où je me trouvais, c’est que cela fait sens dans leur vie ! Je considère toutefois ces recherches comme anecdotiques dans mon travail de thèse. C’est comme une récréation que je m’accorde le week-end. Je crois que je dois encore approfondir ce lien entre histoire, géographie et témoignage personnel. Ces circuits à vélo sont-ils si anecdotiques dans mon travail ?

 

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Baumette/Ste-Gemmes-sur-Loire/Ponts-de-cé," in La recherche comme une aventure, 18/05/2020, https://laventure.hypotheses.org/1362.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search