Tro Breizh

Du 2 au 23 juillet 2019, je suis partie trois semaines sur le terrain, à la rencontre des féministes bretonnes de Saint-Brieuc à Audierne, à vélo. Outre des entretiens pour ma thèse et des recherches dans les centres d’archives, j’ai réalisé trois films dans le cadre de la commission audiovisuelle d’Archives du féminisme dont je suis membre.

Cet article est une reprise d’un article publié dans le bulletin n°26 d’Archives du féminisme, relu par Anne-Marie, Christine et Mireille. Un autre article a été publié sur le blog de mon laboratoire TEMOS.

Genèse du projet

Arrivée à Tréboul le 17 juillet 2019

C’est au cœur de l’hiver que cette idée de Tro Breizh me vient. Alors que j’oriente progressivement mes recherches sur les sources bretonnes et ligériennes, je me fixe un objectif de 40 entretiens pour ma thèse. En regardant une carte de la Bretagne, je me dis qu’il serait intéressant de toucher des villes moyennes et rencontrer des parcours différents dans des groupes femmes qui ont pu apparaître selon des modalités et à des moments différents. Mais comment trouver le temps d’organiser tous ces voyages et dans quelles villes aller ?
Mon agenda en juillet est vide, mon objectif est de traverser le plus de villes possibles pendant ce mois d’été tout en faisant des recherches dans des centres d’archives, les Archives départementales des Côtes d’Armor et les Archives municipales de Saint-Brieuc et Brest. Partir en voiture ? Je n’ai pas de voiture et ce n’est pas écologique. Faire tous les trajets en train ? J’aime le train, mais… ça manque un peu de sel, un peu d’aventure… Pourquoi pas en vélo ? La décision est prise au moment même où l’idée me vient, et pourtant, je n’ai ni vélo, ni aucune expérience en la matière.

Prise de contact avec les militantes et médiatisation de mon projet

Mes entretiens à Rennes en avril me permettent d’avoir un premier contact dans le Finistère. Puis j’envoie des messages aux Plannings familiaux et aux associations féministes, aux centres d’archives et aux listes de diffusion universitaires. Je contacte aussi Geneviève Roy, du magazine Breizh femmes, pour faire connaître mon projet et avoir plus de contacts pour mes entretiens. C’est l’occasion de parler d’Archives du féminisme et de son fonds d’archives audiovisuelles. L’article paraît le 25 mai 2019 et me donne une certaine légitimité auprès des féministes bretonnes, car je reçois désormais des mails de personnes qui souhaitent témoigner ou simplement me rencontrer. Une journaliste de Ouest France de Rennes, Virginie Enée, m’envoie un message via Twitter pour me féliciter de mon projet. Elle me met en relation avec un collègue d’Angers, Laurent Beauvallet, qui se montre également enthousiaste et me propose une rencontre. Le 2 juillet, le jour de mon départ, un magnifique portrait paraît dans Ouest France, un vrai coup de pouce pour mes recherches en Bretagne !

Préparation matérielle et physique

Je vis à Paris pendant tout le temps de la préparation de ce périple. Je viens ponctuellement à Angers pour les activités de mon laboratoire de recherche. Je réalise une première sortie en mars avec un vélo de location, je fais la boucle de la Mayenne (13 km). Je me sens plutôt à l’aise. Je ne peux pas m’entraîner régulièrement, faute de temps. Je déménage le 3 juin sur Angers et j’achète mon vélo 3 jours après avoir obtenu les clés de mon appartement. Je pars en Bretagne avec seulement 1 entraînement de 4h en mars et 2 entraînements de 6h en juin. Quelques jours avant le départ, je me dis qu’il serait bon d’avoir une carte routière. J’achète 2 cartes IGN, qui ne me permettront pas de me retrouver dans les petits chemins où je me suis quelquefois perdue, je découvrirai sur le terrain qu’elles ne sont pas assez détaillées ! 

Début juin, en prenant en compte les lieux où se trouvent des archives, les témoins et la distance entre chaque étape, je fixe mon itinéraire. Ce sera Saint-Brieuc, Paimpol, Lannion, Morlaix, Brest, Quimper, Douarnenez, Audierne, du 2 au 25 juillet.

Liste du matériel :

Pour le quotidien : 3 tee-shirts, 1 pantalon léger, 1 pull, 1 veste imperméable, sous-vêtements, ma pâte à tartiner aux noisettes, un sac pliable, nécessaire à la toilette, sac de couchage, pyjama, savon pour laver les vêtements.

Matériel de vélo : 2 tee-shirts techniques de cyclisme, 2 shorts, chaussettes fluo, baskets, 1 coupe-vent, 1 pantalon imperméable, outils de réparation (bombe anti crevaison, multitool, clé de 13, gonfleur, 2 gentes), antivols, barres de céréales, bidon + bouteille dans glacière

Matériel électronique : Caméra, trépied, micro-cravatte, batteries caméra+ chargeur, téléphone + chargeur, appareil photo + chargeur, clé usb, disque-dur externe.

Extraits de mon journal de bord

03/07. 11h23. Archives départementales Côtes d’Armor.
Je viens de terminer le fonds JP 140 constitué de numéros du Canard de Nantes à Brest (1978-1982). Il y a une trace des groupes femmes de Dinan et Rennes, des articles ou encarts sur la lutte pour l’avortement, une liste des revues féministes en 1978… Je découvre le fonds 112W33. Ce sont des dossiers médicaux scolaires des années 1960-1961. Inutiles pour mes recherches. J’entame le fonds 1127W25. Un dossier sur la journée nationale de la mère et de l’enfant, 1981 et 1982. Un dossier sur l’exercice illégal de la médecine. Rien par rapport à mon sujet mais peut-être existe-t-il d’autres fonds ? J’ai trouvé un dossier « avortement » et un dossier « contraception ». Ils sont très minces, quelques documents de la préfecture et de la Direction des renseignements généraux.
Ce soir, je vais à la projection du film « Quand je veux, si je veux » (de Susana Arbizu, Henri Belin, Nicolas Drouet, Mickaël Foucault, 2018) au Planning de Saint-Brieuc.

Plage des Rosaires à Plérin. Matériel de la commission audiovisuelle d’Archives du féminisme.

04/07. 19h40. Chez Nolwenn, membre du Planning familial de Saint-Brieuc.
Je suis allée à la plage par le bus R (Les Rosaires) à Plérin. À défaut d’avoir les entretiens prévus le matin, j’ai filmé les vagues, la plage, la ville le soir. Ça pourra servir a aérer les entretiens au moment du montage des films.
L’entretien avec Anna s’est bien passé. Elle ne voulait pas être filmée en train de me parler de l’histoire du Planning de Saint-Brieuc, alors j’ai filmé les feuilles des cahiers de permanence du Planning qu’elle m’a commentées. Anna a commencé un travail d’écriture de l’histoire du Planning, c’est un beau projet, qui, j’espère, se poursuivra.

05/07. 17h32. Sur une place à Saint-Brieuc.
Demain, je pars à Paimpol. C’est ma première étape à vélo. 55km, beaucoup de dénivelé paraît-il, je n’ai aucune idée des efforts que cela représente, ni du temps que je vais mettre. Je ne suis pas vraiment stressée, je ne me pose pas de questions. Je le serai peut-être au moment de me coucher ce soir.
J’ai filmé Nolwenn ce matin, avec un questionnaire auquel j’ai pensé le matin même. C’était un bel entretien d’environ 40 mn. Si le parcours de Nolwenn, une jeune militante, ne me sert pas directement pour ma thèse, je pense qu’il est intéressant pour Archives du féminisme que je filme toutes les féministes que je rencontre. Je ferai ensuite un montage avec tous ces témoignages.

07/07. Le trajet de Saint-Brieuc à Paimpol.
Je prends le viaduc où il y a une piste cyclable. Je passe par Plérin. Ce n’est qu’après, en joignant Pordic, que je prends des petits chemins à l’intérieur des terres. J’arrive sans soucis à Étables-sur-Mer puis je passe à Saint-Quay-Portrieux. Je fais une petite pause photo, casse-croûte et téléphone. Un tweet. C’est difficile entre Saint-Quay-Portrieux et Plouha : beaucoup de zigzags et la fatigue se fait sentir. Je prends la départementale de Plouha à Lanloup. Je souhaite manger à Lanloup mais c’est désert, pas de restaurant. Je pense alors manger à la plage de Bréhec, mais il n’y a rien, alors je pousse jusqu’à Plouézec. Là je souffre, une montée très raide. Je m’arrête tous les 20 mètres. Mais, à l’arrivée, le point de vue est magnifique. À Plouézec, il y a une pizzeria, mais je choisis de boire et de m’allonger, à même le sol, sur le bitume. Finalement, je décide de pousser jusqu’à Paimpol pour manger au point d’arrivée. Je n’ai pas de mal à trouver le centre-ville et le manège sur le port, mon lieu de rendez-vous avec Brigitte et Patrick. Je m’installe à une crêperie. Une galette au chèvre et une au beurre. Brigitte m’appelle et me propose de me récupérer en voiture avec le porte-vélo. J’accepte. Après tout… mon objectif était Paimpol et j’y suis !

07/07. 21h30. Chez Brigitte et Patrick à Loguivy-de-la-Mer (près de Paimpol).
Patrick et Brigitte m’hébergent du 6 au 8 juillet. Pas d’entretien prévu, pas d’archives. Je suis obligée de faire des étapes relativement courtes à cause des efforts que cela demande de sillonner la Bretagne à vélo. J’avais filmé Brigitte en avril à Rennes et nous sommes restées en contact. Brigitte a participé au groupe femmes de la Paillette dès 1975 et à la Cafète des femmes de 1980 à 1981. Elle m’a proposé un hébergement dans sa maison secondaire quand elle a vu l’article dans Ouest France.
J’ai passé une journée de rêve. Le matin c’était le marché à Ploubazlanec. 6 km à vélo avec une côte, car « il ne faut pas se relâcher de trop » me dit Brigitte. Au retour, Brigitte et Patrick ont fait un détour par Lann-Vras, un beau point de vue où est érigé la statue « Veuves d’Islandais » dédiée à Pierre Loti. Elle représente deux femmes regardant la mer, attendant le retour de « Pêcheurs d’Islande ».
Petite sieste en début d’après-midi puis on est allé à la Roche aux Oiseaux. Splendide. Sur le chemin du GR, on a rencontré des jeunes, qui avaient une valise, des épées en métal et qui lisaient. Un des jeunes est venu nous parler, nous a pris en photo. Il réalise un film de science- fiction.
Ça a été un séjour merveilleux.

Du 12 au 17/07. Chez Simone, à Brest. Résumé du journal de bord.
J’arrive une journée plus tôt que prévu à Brest et je suis accueillie par Simone qui me lance, à mon arrivée, un joyeux « Vive la thésarde ! ». Je me sens très vite chez moi et dès le lendemain, je pars manger au bord de la plage avec Simone et une de ses copines avec qui j’ai fait un entretien quelques jours plus tard.
Le dimanche, je vais au musée des Beaux-Arts visiter l’exposition « La vraie vie est ailleurs ». Je l’avais promis à Marie-Jo Bonnet, que j’ai rencontrée à Paris en juin, et qui est la commissaire de cette exposition. Les artistes exposées sont : Marta Pan, Simone Boisecq, Charlotte Calmis, Juana Muller, Véra Pagava et Judit Reigl. Je prends en photo le panneau sur la vie et l’œuvre de Charlotte Calmis dont voici un extrait : « En 1970, elle s’installe à Paris où elle rencontre le Mouvement de libération des femmes qu’elle vit comme une résurrection. En 1972, elle fonde l’association La Spirale, dédiée à la reconnaissance de la création des femmes et réalise une grande série de “collages subversifs” sur le thème des “recherches de l’identité”, identité féminine, juive, étrangère, créatrice, spirituelle, etc., qui seront exposés à la galerie Darial en 1978. »
Je laisse un petit mot dans le livre d’or.

Photographie : Manifestation à Brest en 1977, Archives municipales de Brest, fonds 2FI04527, [en ligne].

Lundi, je me réveille joyeuse, c’est journée archives. J’y suis pour l’ouverture et je me précipite à la recherche de fonds. À midi, je repars bredouille. Quatre feuilles sur l’IVG en 1979, et puis rien. Simone tente de me consoler. Elle a de nombreux contacts à me donner, des personnes à me faire rencontrer. Elle passe des appels pour moi, je suis très touchée par son soutien dans mes recherches. Je retrouve le sourire. L’après-midi je me rends à la Cinémathèque de Bretagne, où l’on me dit qu’il n’y a pas de consultation sur place, tout est en ligne. Mon adhésion me donne accès à 6000 vidéos. Ne sachant que faire, je pars visiter le musée de la Marine.
Le dernier matin à Brest, le 17, je retourne aux archives municipales explorer les fonds sur la LCR, j’avais un petit espoir d’y trouver une trace des mobilisations féministes des années 1970. Rien. J’ai fini à la Médiathèque pour dupliquer et sauvegarder mes photos, films et enregistrements. Ainsi, je ne crains pas de perdre ces données et chaque fonds d’archives est rangé dans un dossier avec sa cote. Il ne faut pas attendre pour bien classer ses archives numériques.
Dans la même journée, je prends le TER de Brest à Quimper et de nouveau le vélo de Quimper à Douarnenez. Brest-Douarnenez est une étape trop longue et difficile, ce trajet en TER était prévu avant le départ.

Du 17 au 19. Treboul, près de Douarnenez, chez Gilles et Christine.
La randonnée est courte, environ 25 km, mais c’est celle qui m’a fait le plus souffrir. Je commence à être fatiguée, chaque côte est un calvaire. C’est plus dur de rouler quand les sacoches sont pleines. Sans GPS, avec une carte imprécise et un mauvais sens de l’orientation, je mets 50 minutes à sortir de Quimper. J’avais décidé de rouler en fin d’après-midi pour éviter la chaleur, mais je ne veux pas arriver tard non plus. Je me perds de nouveau avant Le Juch, entre chemin de cailloux, fermes et impasses. À Le Juch, je craque, je me mets à pleurer. Mon corps me fait mal depuis Quimper. Je sens que ce n’est pas un bon jour. Le vent de face me ralentit. Je serre les dents et arrive à Tréboul à 21h. Gilles, le frère de ma compagne, m’attend sur la plage. J’esquisse un sourire pour la photo mais j’ai le cœur un peu lourd. Christine, la femme de Gilles, avait préparé le repas. Je me couche rapidement ce jour-là.
L’après-midi du 18, je réalise un nouveau film. Monique, ancienne mairesse de Douarnenez et membre de longue date du Planning familial, m’accorde un entretien de quatre heures. Je divise le temps d’entretien en deux : une partie de témoignage libre et filmé pour Archives du féminisme, une partie avec des questions préparées dans le cadre de ma thèse. Je suis contente de mon cadrage et je pense que le montage sera assez simple.
Le soir je trempe les pieds et mange une bonne glace face au coucher de soleil dans la baie de Douarnenez. Je suis confiante pour la dernière étape.

22/07. 22h05. Chez Andrée à Esquibien.
Esquibien est une commune limitrophe d’Audierne. Ce soir je me trouve hébergée chez Andrée, dont j’ai filmé le témoignage la veille. Andrée peint de magnifiques toiles et fait tout son possible pour que je me sente au mieux chez elle. Elle a participé au groupe femmes de Villejean à Rennes dès 1972 et a réalisé de nombreuses affiches pour les manifestations militantes.
Cet après-midi, j’ai réalisé un entretien pour ma thèse dans un bar bruyant, j’en suis ressortie assez épuisée. Je suis venue à mon rendez-vous par le GR 34, deux heures de marche avec mon matériel, en tongues, sur un chemin côtier, je n’ai pas bien réfléchi avant de partir… Sans carte et la batterie de mon téléphone déchargée, je me perds une demi-heure avant l’heure de mon entretien. Je ne sais pas où je suis et quelle distance il me reste à parcourir. J’arrive en courant à mon rendez-vous, assoiffée et rouge comme un coquelicot.
De retour chez Andrée, je me régale de ce qu’elle a préparé. Elle est en réunion ce soir, je prépare mes affaires pour demain. C’est l’heure de rentrer.

Retour à Angers au départ d’Audierne après trois semaines de rencontres inoubliables et passionnantes.

23/07. 11h15. Dans le bus pour Quimper.

Mon vélo est suspendu à l’arrière d’un bus qui va d’Audierne à Quimper. Je vais voyager toute la journée. Quimper-Nantes, Nantes-Angers.
Je ressens des émotions et états contradictoires. Je suis fatiguée de ces trois semaines de recherche-aventure, mais je sens comme une énergie nouvelle. De la confiance pour la suite. Quelle belle aventure que cette thèse ! Je suis aussi satisfaite de pouvoir allier ma recherche à des actions pour Archives du féminisme. Et je n’ai rencontré aucun problème technique !
Dans le train, je pense déjà au prochain voyage et aux nouvelles rencontres…

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Tro Breizh," in La recherche comme une aventure, 29/01/2020, https://laventure.hypotheses.org/145.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/07/2020

    […] Tro Breizh […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search