L’aventure lavalloise

Les archives départementales de la Mayenne, situées à Laval, ont réouvert le 25 mai. Elles sont à 90km de mon lieu de résidence, j’ai donc pu m’y rendre dans le respect des préconisations sanitaires. Elles sont actuellement fermées l’après-midi, j’ai alors couplé ces visites à deux randonnées : Laval-Montflours le 26 mai (30km AR*) et Laval-Origne le 29 mai (34km AR). Les ter roulent peu à cette période de pandémie, les deux seuls trains que je pouvais prendre étaient le Angers-Laval de 6h23 et le Laval-Angers de 19h36, autant dire que ces deux journées ont été longues.

AR = aller-retour

 

Les archives

 

Le site internet des Archives départementales de la Mayenne propose une fonction recherche dans les inventaires. En amont de ma visite, j’ai repéré 4 fonds avec différents mots-clés comme « contraception », « avortement », « interruption volontaire de grossesse » et même des concepts plus larges pour être sûre de ne rien laisser de côté, comme « femme ». Voici les 4 fonds repérés :

1773W6 (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales – Pôle de l’offre sanitaire et médico-sociale – Service des établissements sanitaires – Centre hospitalier de Laval) : Centre de planification familiale. – Création : arrêtés portant agrément, procès-verbal des délibérations du Conseil général, délibération du conseil d’administration, convention, correspondance. Fonctionnement : conventions, arrêtés portant agrément, plans d’aménagement des locaux, circulaires, correspondance.

1116W20 (cabinet du Préfet) : Fédération départementale des associations familiales rurales : assemblée générale, recrutement, brochures, coupures de presse, correspondance (1969-1977). IVG (1973-1976).

1136W31 (Préfecture – Affaires décentralisées et actions de l’État – Formation professionnelle et gestion des affaires de l’État – Affaires sanitaires et sociales) : Planification et éducation familiale dans le département de la Mayenne : IVG (1980)

1772W4 (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales – Pôle santé publique et sécurité sanitaire – Service santé des populations – Centre hospitalier de Laval) : Service de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). – Fonctionnement : comptes rendus de réunion, bilan d’activité, décision de nomination de médecins vacataires, coupures de presse, circulaires, correspondance (1976-1993).

 

Sur place, parce que j’avançais rapidement dans l’exploration des fonds, j’ai effectué une nouvelle recherche et j’ai trouvé deux autres fonds qui auraient pu comporter des documents intéressants pour ma thèse : 1J589 issu de fonds privés et 1575W31 du Tribunal de grande instance de Laval. Le fonds 1J589 contient des documents du parti communiste dans les années 1970, mais rien sur des revendications pour les droits des femmes. Le fonds 1575W31, quant à lui, n’est pas consultable avant 2071. Il porte sur un viol commis à Renazé en 1971.

 

Je n’avais pas beaucoup d’espoir de trouver des archives mentionnant un groupe femmes à Laval, le MLAC ou le Planning familial. Si je vous dis que j’ai trouvé des documents les mentionnant ! Et bien oui, deux rapports des renseignements généraux mentionnent l’existence d’un groupe femmes à Laval. J’ai trouvé des informations sur un débat qui a eu lieu le 18 mai 1973, « Sexualité et Société », organisé par le Planning familial, avec la collaboration du groupe femmes. J’ai aussi trouvé une coupure de presse qui relate une intervention du MLAC au Centre hospitalier de Laval. Je ne sais pas si vous pouvez imaginer l’émotion que c’est, mais j’en ai eu les larmes aux yeux. J’ai partagé la nouvelle avec des ami.e.s, comme si j’avais gagné un concours, un examen, un marathon. En écrivant ce paragraphe, je sens même des picotements dans les joues et le nez, l’émotion est encore là. C’est aussi ça l’aventure.

Ces archives feront l’objet d’une présentation dans la section « trésors d’archives » bientôt.

 

Découverte de la Mayenne

 

J’ai préparé ces deux jours de recherche en archives comme un vrai terrain : recherche de contacts et de sources pour l’histoire du féminisme en Mayenne et recherche d’informations sur l’histoire de la ville et la géographie du territoire. J’ai pu déterminer deux randonnées intéressantes et faisables en une après-midi par temps chaud : 30 km mardi, 34 km vendredi. Ces deux randonnées font partie de la Vélo Francette, un itinéraire de 750 km qui part de la Manche et va vers l’Atlantique.

 

Laval est une ville située à 90 km d’Angers et du Mans et 75 km de Rennes, en Pays de la Loire. C’est une ville moyenne d’environ 50 000 habitant.e.s, traversée par la Mayenne, et qui possède un château du XIe siècle et un bateau-lavoir. Le chemin de halage est très plat, ce sont des randonnées faciles et 100% vélo. C’est un vrai bonheur de n’avoir aucune voiture à croiser. Ce qui m’a étonnée le plus, c’est le nombre d’écluses, elles sont partout ! Entre Mayenne et Grez Neuville, on en compte 45.

Toutes les étapes de mon périple se trouvent ici.

 

Laval-Montflours

 

Je suis partie directement à vélo des Archives départementales pour trouver un endroit agréable où manger. Je me suis arrêtée à Changé, au bord d’un lac. La randonnée se poursuit en longeant un golf et trois châteaux (Château d’Orange, du Ricodet, de la Motte-Sérent). J’ai fait une halte à Saint-Jean-sur-Mayenne où j’ai pu découvrir un monastère carolingien et la grotte de St-Jean. Ma promenade s’est terminée par l’usine de Rochefort. Cette usine était, au milieu du XIXe siècle, une minoterie devenue ensuite une usine de tissage de coton puis un établissement spécialisé dans les nouveaux alliages métalliques. Elle a fermé en 1980. Ce jour là j’ai manqué d’eau. Arrivée du côté de Montflours, je n’ai pas trouvé de point de ravitaillement, j’ai dû me satisfaire de 30cl jusqu’à Changé. J’avais pourtant une réserve de 2 litres en partant de Laval, mais il a fait très chaud et sans m’en rendre compte, par petites gorgées le long de la Mayenne, j’ai épuisé très vite mes ressources. Cela m’a valu une petite déshydratation ressentie le lendemain.

 

Laval-Origne

 

Vendredi était un jour de grand vent ce qui rend plus difficile l’avancement en vélo mais la chaleur plus supportable. Je suis partie avec 3 litres d’eau cette fois-ci. Je suis d’abord passée par la surprenante église d’Avénières et devant pas moins de 5 châteaux (château de la Bonne-Métrie, de la Morlière, du Bois-Gamats, de la Coudre et de Briacé). La végétation luxuriante ne permet pas de bien tous les apercevoir malheureusement. Je voulais voir le Menhir du Haut-Fougeray mais je n’ai pas trouvé le chemin pour y parvenir. Je m’attendais à un paysage assez monotone et ça a été le contraire. Il y a des parties sous les arbres, d’autres à découvert qui longent des champs, des parties sinueuses et parfois bordées de roches. La Mayenne n’offre pas les mêmes couleurs, elle va du très scintillant au niveau des écluses, au vert et ocre sombre près des saules pleureurs et des nénuphars. Elle est plutôt paisible et chargée d’éléments végétaux.

Rencontre avec une journaliste

 

Vendredi, j’ai rencontré Florence, une journaliste de Ouest France qui m’a contactée via Twitter. Alors que j’étais, en ce mois de mai, complètement immergée dans la retranscription de mes témoignages de militantes bretonnes, je me retrouve projetée à Laval. En l’espace de quelques jours je commence à comprendre un contexte local et à découvrir un nouveau groupe femmes. Je n’avais pas prévu de venir aussi vite à Laval et pas deux fois dans la même semaine, mais cette prise de contact a précipité ma venue. Il est bien difficile de trouver des sources et écrits sur l’histoire des femmes en Mayenne, encore plus sur les mobilisations féministes. Ma démarche a interpellé Florence qui, par la diffusion d’un article sur mon projet de recherche, va me permettre de le faire connaître et je l’espère de trouver des témoins.

L’année dernière mon terrain de recherche-aventure de 3 semaines en Bretagne m’avait aussi valu un article dans Ouest France. Laurent Beauvallet, journaliste angevin, avait écrit un super article qui m’a donné une plus grande légitimité sur le terrain et une approche plus facile avec les militantes. Ma démarche était mieux connue et a suscité l’enthousiasme de nombreuses personnes. J’attache une importance particulière à l’humain dans mon travail. Je cherche à créer un lien de réciprocité entre les personnes qui témoignent et moi et à restituer mon travail dans les régions où je me suis rendue. Mon travail prend véritablement sens quand le public est au rendez-vous, quand ce que je fais est cité, utilisé, réapproprié par d’autres personnes. J’espère donc que rendre visible mon travail en Mayenne encouragera la dynamique féministe locale.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "L’aventure lavalloise," in La recherche comme une aventure, 30/05/2020, https://laventure.hypotheses.org/1462.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search