Colette Cosnier et Marion du Faouët

Fonds 2FI3430 des Archives municipales de Saint-Brieuc

Qui est Colette Cosnier-Hélard ?

 

Colette Cosnier-Hélard (1936-2016) est une universitaire et féministe d’origine sarthoise. Elle étudie la littérature à Rennes 2 où elle commence sa carrière et enseigne la littérature comparée. Elle termine sa carrière à l’Université du Maine au Mans.[1] Elle participe à la Commission de terminologie relative au vocabulaire concernant les activités des femmes créée en 1984 et dont Yvette Roudy est la présidente.

Son engagement féministe se traduit notamment par un enseignement consacré aux écrivaines et par l’écriture de biographies et parcours de femmes :

  • Femmes au XVIIe siècle en verve, Paris, Horay, 2010
  • George Sand en verve, Paris, Horay, 2004
  • Henriette d’Angeville, la Dame du Mont-Blanc, Chamonix, Guérin, 2006.
  • Histoires de saintes, parcours de femmes, Rennes, PUR, 2017.
  • La Bolchévique aux bijoux : Louise Bodin, Paris, Horay, 1988.
  • Le silence des filles. De l’aiguille à la plume, Paris, Fayard, 2001
  • Les dames de Femina, un féminisme mystifié, Rennes, PUR, coll. Archives du féminisme, 2009.
  • Marie Bashkirtseff, un portrait sans retouches, Paris, Horay, 1985
  • Marie Pape-Carpantier, fondatrice de l’école maternelle, Paris, Fayard, 2003.
  • Marion du Faouët, la catin aux cheveux rouges, Paris, P.J. Oswald, 1975.
  • Parcours de femmes à Rennes, en collaboration avec Dominique Irvoas-Dantec, Rennes, Apogée Edition, 2001
  • Parcours de femmes au Mans, Rennes, Apogée Edition, 2009

Son mari André Hélard a donné ses archives au Centre des archives du féminisme. Le fonds est enregistré sous la cote 61 AF. Il est en cours de classement. Ces archives contiennent des correspondances éditoriales, des articles de presse et de la documentation iconographique.

 

Marion du Faouët, la catin aux cheveux rouges

 

Marion du Faouët, également surnommée Marie Finefont (du véritable nom de Marie-Louise Tromel) est née en 1717 au Faouët dans le Morbihan, et fut pendue en 1755 à Quimper. Elle était cheffe d’une troupe de brigands qui dépouillaient les paysans, artisans et commerçants les plus aisés et principalement étrangers à la région. Plusieurs fois arrêtée, marquée d’un V, évadée de prison puis pendue, elle est devenue une véritable légende.

Affiche pour la pièce de théâtre Marion du Faouët, la catin aux cheveux rouges de Colette Hélard Cosnier, jouée en 1979, archives municipales de St-Brieuc, fonds 2FI3430

Cette affiche est une archive de La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc, datée de 1979. Le rocher Martin est un rocher accessible à marée basse par la plage Martin à Plérin (à 5 km de Saint-Brieuc).

 

Dans les années 70, plusieurs ouvrages paraissent sur ce personnage légendaire dont celui de Colette Cosnier-Hélard en 1975 : Marion du Faouët, la catin aux cheveux rouges, paru aux éditions P. J. Oswald. Cet ouvrage est une pièce de théâtre qui continue à être jouée. Les éditions P.J. Oswald en propose un résumé :

« Où peut être la place de Marie Tromel, dite Marion du Faouët, dite la catin aux cheveux rouges, qui est née en Bretagne en 1717. Misère, famines, épidémies, révoltes, répression, massacres, pendaisons : c’est la vie quotidienne des bretons au XVIIIème siècle. La loi vient de France, la force est à la France : c’est la loi française qui poursuit les mendiants, c’est la justice royale qui s’acharne contre les voleurs de grands chemins. Une loi faite par des hommes, une justice rendue par des hommes. Pour avoir refusé sa misère de bretonne et de femme, pour avoir troublé l’ordre français et masculin, Marion sera marquée au fer rouge d’un V : V comme voleuse ? Ou comme violée, V comme victime, V comme vaincue ? …  La catin aux cheveux rouges, c’est vite dit. Un homme a vite fait de donner un qualificatif comme celui-là. Mais cela n’explique pas qui était Marion du Faouët. Marion du Faouët ou Marion de n’importe où … »

 

Pour en savoir plus sur le personnage, je vous conseille de lire l’article de Brice Evain, « La seconde vie de Marion du Faouët », publié aux Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest en 2014.

Brice Evain fournit une brève analyse de la pièce de Colette Cosnier-Hélard dont voici un extrait :

« Comme on le voit, la dimension politique est cette fois centrale. Et Marion du Faouët est à la fois une héroïne rousse ouvertement féministe, autonome, libre, indépendante de toute tutelle masculine ; une figure avant-coureur de la liberté sexuelle ; une fille-mère refusant le mariage et les règles patriarcales de la société et une révoltée luttant contre les inégalités de tout ordre par le brigandage. Pourchassée par les autorités françaises, aussi bien politiques que religieuses, elle est finalement trahie par les hommes du Faouët qui la dénoncent, faisant d’elle une martyre de « l’ordre français et masculin ». La pièce est ainsi, un cri de colère contre une société patriarcale et jacobine. »

 

[1] Un article lui est consacré dans Ouest France (2018)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search