Mettre du qualitatif dans sa vie de doctorante

C’est quoi perdre du temps en thèse ?

C’est quoi une journée productive ?

C’est quoi être efficace ?

Je me pose souvent ces questions.

Mon type de journée idéale au début de thèse n’est plus du tout le même qu’aujourd’hui en 2e année. Qu’est-ce qui a changé ? La charge de travail a pourtant augmenté, mais mon état d’esprit n’est plus le même. Je rêvais de faire une thèse, une thèse pour l’expérience elle-même, pour les rencontres, les futur.e.s collègues, les idées, les découvertes. J’ai commencé à me gâcher ce rêve par toutes sortes de projections. J’ai très peur de l’avenir, de ne pas pouvoir faire ce que j’aime vraiment, de ne pas trouver ma place et de ne pas trouver de travail ensuite.

 

Le confinement a été un accélérateur dans la prise de conscience qu’il fallait changer les choses maintenant, pas seulement une fois en sécurité avec un poste pérenne. Qui sait si ça existera encore une fois que j’aurais soutenu ma thèse ? les bonnes idées viennent-elles avec le confort, la sécurité ? Je précise que je suis doctorante contractuelle, je jouis d’un certain confort, celui d’avoir une paye tous les mois pour une durée de 3 ans. Cela a un impact indéniable sur mon bien-être et c’est pour cela que je m’étais promis de ne pas faire de thèse sans financement. La thèse était un rêve, une promesse pour moi, je voulais m’y consacrer à temps plein.

 

J’ai mis en place toutes sortes d’outils pour travailler sur la bienveillance envers moi-même, la gestion du temps et du stress, pour éviter les angoisses liées à mes projections. Voici un des outils : le découpage des tâches pour lutter contre l’impression de n’avoir rien fait de sa journée. Un calendrier de travail général ne dit rien des efforts fournis. Tout est une question de découpage : on peut augmenter le nombre de choses que l’on fait non en faisant plus, mais en listant les actions précises réalisées pour atteindre l’objectif.

Exemple : « retranscription de 10 entretiens », ça n’a l’air de rien, c’est une ligne dans le rapport pour le CSI (comité de suivi individuel, c’est-à-dire des chercheur.e.s qui suivent l’avancée de notre travail et à qui on doit fournir un rapport chaque année), mais qu’est-ce que ça implique vraiment ?

– chercher les différents logiciels qui aident à la retranscription

– se former au logiciel

– sauvegarder et classer les enregistrements réalisés

– retranscrire

– relire et corriger les fautes

– les envoyer aux témoins (dans mon cas)

Retranscrire 10 entretiens, c’est long, des journées et des journées de travail.

 

Un jour, je me suis dit « Je mets du qualitatif dans ma thèse, je vais aussi en mettre dans ma vie ».

 

Je ne peux pas dire que je ne retombe jamais dans mes anciens travers. Apprendre à prendre son temps, à ne pas culpabiliser et a accepter ses erreurs est une lutte permanente qui remet en question un fonctionnement ancré par l’éducation et la société.

Voici deux exemples d’emploi du temps. Dans le cas 1, il s’agit d’une journée idéale telle que je pouvais la concevoir en début de thèse. Dans le cas 2, il s’agit d’une journée réellement vécue récemment (voir cet article)

 

Ces deux journées se déroulent avec les mêmes contraintes que voici : prendre un train à 6h20 Angers-Laval, passer la matinée aux Archives départementales de la Mayenne, prendre le train de 19h37 Laval-Angers.

 

Cas 1 : Journée idéale de l’ancien moi – SANS vélo

  • 5h : Petit-déjeuner, douche et vérification des affaires à amener.
  • 5h50 : départ pour la gare d’Angers
  • 6h20 : train avec une activité de recherche : mails, compte-rendu ou lecture pour la thèse
  • 7h10 : arrivée à Laval, recherche et observation du patrimoine de la ville
  • 8h50 : arrivée aux Archives départementales
  • 13h : déjeuner
  • 13h45 : trouver un endroit avec wifi pour travailler
  • 14h15 : répondre aux mails
  • 14h45 : je me donne 50 min et je me lance dans une tâche impossible à terminer dans le temps imparti (je n’y arrive pas, je suis énervée contre moi, je me dis que je suis nulle, etc.)
  • 15h35 : pause
  • 15h40 : je me donne 50 min et je me lance dans une nouvelle tâche impossible à terminer dans le temps imparti (je n’y arrive pas, je suis énervée contre moi, je me dis que je suis nulle, etc.)
  • 16h30 : pause
  • 16h35 : je me donne 50 min et je me lance dans une nouvelle tâche impossible à terminer dans le temps imparti ou j’accepte un peu d’être nulle et je prends ces 50 nouvelles minutes pour terminer les deux tâches précédentes (je n’y arrive pas, je suis énervée contre moi, je me dis que je suis nulle, etc.)
  • 17h30 : frustration, je me dis que je suis nulle, que je n’avance pas ma thèse, que je vais mettre trop de temps, que les gens vont penser que je ne fais pas assez, je n’aurai pas de poste plus tard, je n’ai pas d’avenir, etc.
  • 17h40 : je me dis qu’il ne faut pas que je gâche ma journée à procrastiner, que je vais le regretter et que je rentre dans un cercle vicieux. Je suis fatiguée alors j’avance sur des tâches qui demandent peu de concentration.
  • 18h30 : désespérée de me sentir nulle je me dis, non mais j’ai une idée ! je vais faire ça et j’aurais l’impression d’avoir fait quelque chose d’énorme dans ma journée !
  • 18h45 : je me rends compte que je dois aller à la gare.
  • 19h : j’arrive avec 30 minutes d’avance sinon je suis stressée comme pas possible.
  • 19h34 et demi : le ter est en avance, chouette je m’installe et je me remets au travail.
  • 19h40 : le train n’est pas encore parti, je m’en fiche je suis dedans et j’ai plein de travail. D’ailleurs, ça m’arrangerait d’être bloquée dans ce train le temps que je finisse ma thèse.
  • 20h : c’est beau dehors ! mais bosse à la fin !
  • 20h30 : si j’avais pris mon vélo, j’aurais pu mettre moins de temps à parcourir le chemin entre la gare et mon appartement. 10 min de moins pour ma thèse, c’est énorme !
  • 21h : Je n’ai pas assez travaillé, je m’y remets, de toute façon je n’ai pas faim, le repas qui attend au frigo sera pour demain.
  • 21h30 : je m’étais promis de couper les écrans à partir de 21h, mais là c’est exceptionnel, je n’ai pas atteint mes objectifs.
  • 22h30 : je suis épuisée et j’ai du mal à me concentrer. Discipline, quoi qu’il arrive je vais atteindre mes objectifs.
  • Minuit : Bon, j’ai fini mon truc mais c’est nul. Je mets le réveil hyper tôt parce que de toute façon j’ai fait une grasse matinée il y a deux semaines alors j’ai assez de sommeil en magasin.
  • 6h : le réveil sonne, je me rendors.
  • 9h : je me réveille. Je suis la doctorante la plus nulle, inefficace et improductive de la terre, j’ai perdu ma journée en me levant à 9h.

 

Cas 2 : Journée réelle du nouveau moi – AVEC vélo

  • 5h : Le réveil sonne, mais j’ai le temps de garder encore un peu les yeux fermés.
  • 5h30 : je n’ai plus que 20 min ! Petit-déjeuner debout, douche en vitesse et pas de vérification des affaires parce que vraiment je n’ai plus le temps, c’est un bon exercice pour apprendre à me faire confiance.
  • 6h : départ pour la gare d’Angers
  • 6h20 : train avec observation du paysage, petits selfies, être dans la sensation (la surexcitation dans mon cas)
  • 7h10 : arrivée à Laval, je vais au hasard des rues, certaines m’attirent.
  • 8h50 : arrivée aux Archives départementales, trop contente je suis la première !
  • 13h : trouver un endroit où pique-niquer
  • 13h45 : j’appelle les copines pour leur expliquer les merveilles trouvées aux archives
  • 14h15 : je m’étire
  • 14h17 : je regarde le paysage et je me décide à partir
  • 14h30 : je pars en randonnée à vélo pour découvrir la région. J’ai fait des repérages les jours précédents.
  • 14h40 : je prends une photo, c’est trop beau, je bois un coup
  • 15h : je bois un coup
  • 15h30 : je prends une photo, c’est trop beau, je bois un coup
  • 15h50 : je bois un coup
  • 16h15 : j’arrive à destination, c’est trop beau, je regarde le paysage
  • 16h30 : je trouve un endroit où me poser avant de prendre le chemin du retour
  • 16h40 : je repense aux archives découvertes le matin, je suis émue. Je regarde les gens, le paysage. Je me pose des questions métaphysiques. Je commence inconsciemment à analyser les archives et à comprendre le contexte local. Ça bouge dans ma tête, ça se met en place.
  • 17h30 : je prends le chemin du retour
  • 18h30 : j’ai encore du temps, je prends une photo, c’est trop beau, je bois un coup
  • 19h : j’arrive avec 30 minutes d’avance et je me sens bien.
  • 19h34 et demi : le ter est en avance, chouette, je vais m’asseoir dans un siège confortable
  • 19h40 : le train n’est pas encore parti, je m’en fiche je suis dedans, je vais forcément rentrer chez moi et ça peut sauver la vie de quelques retardataires.
  • 20h : c’est beau dehors ! que la vie est belle. J’ai envie de lire… pour ma thèse !
  • 20h30 : j’ai pris mon vélo, j’ai mal aux fessiers aïe, je descends à toute vitesse parce que j’adore sentir le vent
  • 21h : Je mange des choses que j’aime.
  • 21h30 : je m’étais promis de couper les écrans à partir de 21h, mais je suis excitée de ma journée alors je sauvegarde mes photos sur mon ordinateur et je les regarde, j’étais là moi ?! que c’est beau.
  • 22h30 : je suis épuisée et satisfaite de ma journée, je vais au lit.
  • Minuit : ZZZ
  • 7h : je me réveille motivée. Je sais où je vais aujourd’hui. Je rédige un bilan de mon aventure en Mayenne en 1h chrono, parce que je suis inspirée.

 

Etat d’esprit en fin de journée cas 1 : j’ai trouvé des choses, mais ce n’est pas suffisant. On me dit que je travaille bien, mais je pense que c’est faux, que je n’avance pas assez. Je dois être plus efficace si un jour, je veux trouver du travail. Je dois me rattraper demain, me contrôler plus, ne rien laisser passer, ne pas me distraire, me contenir.

 

Etat d’esprit en fin de journée cas 2 : On voit que je m’éclate en thèse et c’est vrai. Ma démarche va-t-elle toucher le cœur des gens ? Qu’est-ce que je peux faire pour valoriser encore mieux mon travail ? Est-ce que ma façon de faire inspire des gens ? Est-ce que ça contribue à changer ce qui ne me convient pas dans le fonctionnement du monde de la recherche ? Est-ce que je fais avancer l’état des connaissances sur mon sujet?

Alors à votre avis, quelle journée est la plus inspirante et encourageante pour les autres?

Voici un extrait du Manifeste de la Slow Science, rédigé par un groupe de chercheur.e.s anonymes en 2010 :

 

« Nous avons besoin de temps pour réfléchir. Nous avons besoin de temps pour digérer. Nous avons besoin de temps pour nous comprendre, surtout lorsque nous encourageons un dialogue perdu entre les sciences humaines et naturelles. Nous ne pouvons pas vous dire en permanence ce que notre science signifie, ce à quoi elle servira, parce que nous ne le savons tout simplement pas encore. La science a besoin de temps. »

 

C’est en pédalant que je réfléchis, que je digère, que j’incorpore tout ce que j’ai vu et compris dans la journée. Épuisée par une bonne fatigue physique, je dors profondément et je rêve intensément. En somme, j’avance ma thèse en pédalant et en rêvant et c’est bien comme ça.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Mettre du qualitatif dans sa vie de doctorante," in La recherche comme une aventure, 03/06/2020, https://laventure.hypotheses.org/1508.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search