Ma vélorution

En consultant Twitter, je suis tombée sur un article dont le titre m’a arrêtée net dans ma navigation : « The Bicycle as a Vehicle of Protest »[1]. Cet article, écrit par Jody Rosen et publié sur le site The New Yorker le 10 juin 2020, parle de l’actualité des manifestations du mouvement Black Lives Matter et ouvre sur le pouvoir du vélo et ses différents usages à travers l’histoire.

 

Pendant les manifestations récentes du mouvement Black Lives Matter, des policiers de New York ont été vus en train de confisquer des vélos ou de s’en prendre à des cyclistes. Pourquoi ? Je découvre alors qu’il existe des mouvements sociaux de cyclistes partout dans le monde et que le vélo symbolise la liberté de circuler. La Masse critique (Critical Mass) est une manifestation de cyclistes qui a pour objectif la réappropriation de l’espace urbain où règne encore l’automobile, la critique du capitalisme, la promotion de l’écologie et d’une utilisation collective juste et inclusive de l’espace public. Par exemple, depuis 1992, à San Fransisco, chaque dernier vendredi du mois se tient une Masse critique[2]. On utilise également le terme de Vélorution, que j’ai découvert quand Vélorution Lorient s’est abonnée à mon compte sur Twitter après mon Tro Breizh. Je découvre seulement aujourd’hui qu’une première manifestation a eu lieu en 1972 en France, lancée par les Amis de la Terre, qui a rassemblé des milliers de cyclistes contre la pollution et le bruit des voitures[3]. Le mouvement prend son essor dans les années 70 avec plusieurs grandes manifestations et la publication d’ouvrages comme le Manifeste Vélorutionnaire en 1977 aux éditions Pauvert (la même maison d’édition qui a publié Histoire d’O qui a tant fait réagir les militantes féministes…)[4].

 

En ce moment des manifestant.e.s cyclistes luttent contre les violences policières et le racisme et affrontent des policiers… eux-mêmes utilisant le vélo comme arme ou bouclier. J’ai fait moi-même quelques manifs ces dernières années, je n’ai jamais remarqué de cyclistes et cela ne me serait pas venu à l’idée de faire une manifestation avec mon vélo. Quelles raisons à cela ? Il y a un an encore, j’habitais Paris et je n’avais pas de vélo. J’ai souvent pensé m’en procurer un mais plusieurs raisons m’ont fait renoncer. D’abord, je n’avais pas d’endroit sécurisé chez moi où ranger mon vélo. Je connaissais les lignes de métro par cœur mais pas les subtilités géographiques des rues de la capitale. Un vélo aurait impliqué, tout au moins au début, que je me perde souvent et que je sois en retard à mes rendez-vous ou que je parte très à l’avance. Cela implique également de trouver un emplacement spécifique pour le laisser le temps de mes occupations au risque de ne pas le revoir (entier). Les objets prennent souvent une valeur sentimentale pour moi et je sais qu’il me faudrait beaucoup de temps pour me remettre d’un vol ou d’une dégradation d’un vélo. La conduite disons parfois risquée des automobilistes provoque en moi un sentiment de danger permanent qui a gâché le plaisir de mes quelques traversées de Paris à vélo. J’ai souvent participé à des manifestations féministes ou lancées par des mouvements écologistes. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu des vélos. Je réalise maintenant que j’ai dû en croiser, mais que je ne les avais pas intégrés comme élément lié à la manifestation. Le vélo est aussi un apprentissage. Aujourd’hui, je peux porter le mien, le suspendre sans aide au crochet prévu dans le train, le mettre dans l’ascenseur sans peine, ce que je n’arrivais pas à faire au début. C’est lourd et encombrant quand on n’est pas familier.e. Et puis j’avais le sentiment que pousser un vélo, marcher à côté, c’était un peu honteux. Je pense aujourd’hui que le vélo est aussi puissant qu’une pancarte ou qu’un slogan percutant dans un mégaphone, qu’on peut tomber et le pousser sans honte, que demander de l’aide pour le porter peut être source de complicité entre deux personnes qui ne se connaissent pas. J’ai apprivoisé son « corps » en le manipulant et mon corps s’est fait à lui. Angers, où je vis, est une ville traversée par une 4 voies. Le flot des voitures est assourdissant. Il reste du chemin à parcourir pour une ville plus tranquille et respirable. Je me sens beaucoup plus en sécurité qu’à Paris pour rouler mais certains comportements d’automobilistes me rappellent parfois à l’ordre et me disent : ton corps est vulnérable face au bitume, face à l’impact, face à la vitesse, face à ma carrosserie. Ces comportements limitent l’accès au vélo aux personnes en situation de handicap. La route doit être un espace sécurisé et plus inclusif.

 

Voici un extrait de l’article de Jody Rosen que j’ai traduit à l’aide du logiciel Deepl :

 

Ces régimes ont reconnu la bicyclette pour ce qu’elle est : un emblème de liberté. L’invention de la bicyclette a été la réalisation d’un rêve ancien. C’était l’insaisissable dispositif de transport personnel, un engin qui libérait les humains de leur dépendance aux animaux de trait, permettant aux individus de se déplacer rapidement sur la terre ferme par leurs propres moyens. Bien après que sa primauté ait été usurpée par l’automobile, la bicyclette a conservé un attrait unique. C’était une petite machine bon marché, durable, polyvalente, compacte et légère, capable de faire traverser la ville à un.e cycliste dans les embouteillages ou de le transporter hors de la ville, sur les collines et au loin. Un vélo peut vous transporter sur cinq, dix ou deux cents kilomètres ; une fois rentré.e chez vous, vous pouvez le transporter dans votre appartement. Pour un gouvernement autoritaire ou une armée d’occupation, la bicyclette était une menace, un outil de résistance qui pouvait être utilisé par les dissident.e.s pour se faufiler et accélérer, pour s’organiser, se mobiliser et s’échapper.

 

Mais le caractère émancipateur de la bicyclette est plus fondamental ; on pourrait dire qu’il est intégré dans le mécanisme du vélo. La bicyclette est une invention simple mais ingénieuse, un véhicule avec un.e passager.e qui lui sert de moteur. Le vélo transforme l’effort humain en locomotion avec une efficacité extraordinaire ; à vélo, une personne se déplace beaucoup plus vite qu’à pied tout en dépensant beaucoup moins d’énergie. Le mystère du plaisir de faire du vélo, le sentiment de liberté et de possibilité que procure la bicyclette, qui altère l’esprit et le corps, a poussé les physicien.ne.s à chercher de nouvelles équations et les poètes.ses à trouver leurs phrases les plus violettes. Mais il se peut qu’en fin de compte, il soit impossible de le quantifier et de le rendre inefficace. Elle réside dans l’étrange fusion du cadre humain et du cadre de la bicyclette, qui peut faire en sorte qu’une bicyclette ressemble à une extension de votre corps, à une prothèse plutôt qu’à un véhicule. Elle réside dans les révolutions circulaires rêveuses des pédales, de la manivelle et de la chaîne, et dans les roues qui tournent et qui glissent une bande continue d’air comprimé entre le vélo et la route, tenant littéralement un.e cycliste en l’air. Si les cyclistes s’imaginent qu’elles/ils volent, c’est parce que, dans un sens, elles/ils le font. »

 

Ce passage m’a beaucoup émue. Il résonne en moi. L’acquisition de mon vélo correspond à mon déménagement sur Angers et à un changement de vie. Je l’ai acheté 2 jours après avoir eu les clés de mon appartement. Il dort à l’intérieur toutes les nuits, près de l’entrée, toujours prêt à sortir et m’emmener pour les choses essentielles : les courses, l’université et mes voyages de loisir ou de terrain de recherche. Les vélos, je les vois partout maintenant et je me sens connectée aux autres cyclistes que je croise, surtout celles et ceux qui ont des sacoches de voyage. Ce soir, je me dis que je pourrais le prendre avec moi pour la prochaine manifestation. Une image me vient, celle de la fête des vélos fleuris à laquelle je participais quand j’étais enfant, en Isère. Je mettais des fleurs en papier de toutes les couleurs sur mon petit vélo. Je pourrais lui mettre des drapeaux, lui attacher des slogans, lui mettre des rubans pour les prochaines manifestations. J’ai l’impression d’ouvrir les yeux sur une nouvelle réalité, une nouvelle expérience, qui va m’amener loin.

 

L’histoire du vélo n’est pas faite que de liberté. L’article de The New Yorker rappelle l’exploitation des ressources des pays colonisés pour leur fabrication. L’expansion des pistes cyclables correspond parfois à une gentrification des quartiers et contribue à la marginalisation des personnes racisées, des femmes, des ouvrier.e.s par les militant.e.s de l’establishment. Les policiers détournent les vélos pour en faire des boucliers ou des armes, aussi.

 

Je vais donner  à ma pratique du vélo, un sens positif et porteur d’avenir, celui d’une pratique écologique et humaine de la recherche. Je ne suis qu’au début d’une réflexion sur mon rapport au terrain de recherche, sur ma méthodologie d’enquête et l’impact de ma pratique du vélo sur mon expérience de thèse, de vie et de corps. Ma vélorution est en marche ! enfin, en route… oh, puis zut, ça roule ! Vous me comprenez quoi.

 

 

[1] Jody Rusen, « The Bicycle as a Vehicle of Protest, The New Yorker, 10 juin 2020, en ligne : https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/the-bicycle-as-a-vehicle-of-protest?

[2] Lusi Morhayim. « Des contre-publics aux contre-espaces : les efforts des cyclistes pour remodeler les villes », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE 7218, Laboratoire Mosaïques, Utopies et justice spatiale, n°5, 2012 http://www.jssj.org/article/des-contre-publics-aux-contre-espaces-les-efforts-des-cyclistespour-remodeler-les-villes/

[3] « Manifestation dans Paris », INA, JT 20h, 22 avril 1972 : https://www.ina.fr/video/CAF89043878

[4] Pablo Bernard. Naissance et évolution de la lutte cyclo-militante à Montréal et à Paris (1972-2004), mémoire de master, histoire, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2015.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Ma vélorution," in La recherche comme une aventure, 16/06/2020, https://laventure.hypotheses.org/1553.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marine Gilis dit :

    A lire dans Libération pour continuer la réflexion sur le sujet (Merci Vélorution Lorient pour l’info sur Twitter) : https://www.liberation.fr/france/2020/06/15/pourquoi-les-flics-new-yorkais-n-aiment-ils-pas-les-cyclistes_1791100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search