Que propose-t-on à Saint-Brieuc en 1976 aux femmes sans emploi ?

Fonds 116W15 aux Archives municipales de Saint-Brieuc

Le 9 janvier 1976, l’inspecteur de l’Académie de Rennes en résidence à Saint-Brieuc envoie une lettre au député-maire de Saint-Brieuc[1] pour lui faire part d’un plan de formation pour l’emploi des femmes proposé par le service Formation Continue du Ministère de l’Education. Quel beau cadeau après « l’année de la femme » ! :  « L’année de la femme s’achève. Elle aura permis de mettre en relief les charges de plus en plus lourdes et les contraintes de la mère de famille. La conjoncture difficile ou une situation personnelle délicate amène les femmes à rechercher un emploi. Le manque de formation, la relative saturation dans certains secteurs d’activités font en sorte que ces femmes souhaitent un emploi ne demandant pas de qualification spéciale, mais en rapport avec leur expérience et leur vécu de mère de famille : aide-familiale, aide-maternelle, gardienne d’enfant, aide aux personnes âgées, femme de ménage, aide-soignante, employée de collectivité ». Cette formation est présentée comme une « œuvre de prévention et d’éducation primaires » essentielle pour la politique en faveur de la famille.

 

Cette formation a bien été mise en place en 1976 et suivie par 25 femmes (le nombre fluctue au cours des semaines de formation). Que peut-on y apprendre [2]?

  • « L’économie familiale (budget, achats, etc.) »
  • « Médecine, médicaments, hygiène, diététique, secourisme, premiers soins »
  • « Psychologie des enfants (relation de l’enfant et de sa famille), psychologie du malade (relation soigné-soignant), psychologie des personnes âgées (3ème et 4ème âge) ».

 

D’après cette lettre de l’inspecteur de l’Académie de Rennes, cette formation répond à un besoin d’emploi dû à l’évolution de la société vers un besoin grandissant de personnes « sans qualification » pour venir en aide aux personnes âgées, handicapées, aux mères de famille en difficultés et aux enfants (« Le mouvement de progrès va vers un développement du système d’assistance à la famille »).

 

128 femmes en recherches d’emploi ont été contactées, 74 ont répondu au questionnaire d’information[3]. Ce questionnaire d’enquête vise à connaître le profil et les besoins de ces femmes et permet notamment de fixer la répartition des heures de stage, de déterminer les contenus de formation et d’établir le rythme de travail[4]. Le questionnaire porte d’abord sur le profil personnel, puis le contenu de la formation, l’organisation pratique et les compétences.

Voici quelques observations sur les deux premières parties de ce questionnaire :

Trois tranches d’âge sont proposées : 25 à 30 ans, 30 à 40 ans, 40 à 50 ans. Les moins de 25 ans et les plus de 50 ans semblent exclues du dispositif. Deux questions font référence au mari. L’une porte sur les raisons de la cession de l’activité professionnelle antérieure et propose « votre mari ne le souhaitait pas ». L’autre est relative à la formation en elle-même : « votre mari est-il favorable à votre projet ? Émet-il des réserves ? ». La position du mari est perçue comme un potentiel obstacle/élément à prendre en compte sur le plan de l’insertion professionnelle et de l’accès à cette formation.

La personne qui a répondu au questionnaire que j’ai sous les yeux souhaite faire du commerce. La formation lui propose comme activité socio-culturelle la psychologie des enfants, des adultes, des personnes âgées, du groupe et des activités d’organisation et de secrétariat. Comme activité manuelle, elle a le choix entre couture et coupe, cuisine, électricité (mais il est bien précisé « appareils ménagers »), initiation aux activités d’éveil des enfants et travaux manuels (mais pas n’importe lesquels, la « peinture-décoration »). Il y a un certain décalage entre le projet professionnelle et les activités proposées, mais les choix de classement de celle qui a répondu correspondent finalement aux objectifs de la formation. Elle choisit en effet en priorité, parmi toutes les activités de certaines catégories, la psychologie des enfants, l’économie familiale et l’initiation aux activités d’éveil des enfants.

 

« L’année de la femme » aurait-elle débouché sur l’année de la mère ?

 

[1] Courrier de C. Roudaut inspecteur de l’Académie de Rennes au député-maire de Saint-Brieuc le 9 janvier 1976 – Archives municipales de Saint-Brieuc, fonds 116W15

[2] Inspection Académiques des Côtes du Nord, « Rapport d’activités », 1976 – Archives municipales de Saint-Brieuc, fonds 116W15

[3] Document joint au courrier rapport de l’Inspection Académiques des Côtes du Nord, « Rapport d’activités », 1976 – Archives municipales de Saint-Brieuc, fonds 116W15

[4] Inspection Académique, questionnaire « Les femmes et la formation », 1976 [date supposée] – Archives municipales de Saint-Brieuc, fonds 116W15

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Que propose-t-on à Saint-Brieuc en 1976 aux femmes sans emploi ?," in La recherche comme une aventure, 23/06/2020, https://laventure.hypotheses.org/1669.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search