Port-Brillet en canicule

24 juillet 2020, j’ai un entretien avec une Mayennaise de 78 ans à Port-Brillet à 13h30. Port-Brillet est un village situé à environ 24 km de Laval plus au nord-ouest. Il est connu pour l’activité de sa forge dont la présence remonterait au XIe siècle, avec un développement à partir du XVe siècle, devenue la fonderie Chappée puis Pebeco. Je fais le choix de rallier Port-Brillet à vélo en partant de Laval malgré la canicule qui s’annonce. Je ne vais pas regretter ce choix, mais la fin de la journée s’averera difficile.

 

Se perdre en chemin

 

Arrivée à Laval par le Ter, j’enfourche mon vélo et mets en route le GPS sur mon téléphone. D’habitude, je me repère au moyen d’une carte et en ayant étudié le chemin les jours précédents. Le circuit que j’emprunte cette-fois ci n’apparaît pas sur mes cartes, ce n’est pas ce qu’on appelle une voie verte. Je me perds une première fois à la sortie de Laval, où je me retrouve sur des axes de circulation qui me menent à l’autoroute. Le chemin que m’indique le GPS n’est pas visible, je mets 20 minutes à tourner autour jusqu’à ce que je trouve un trou dans une fourrée qui débouche sur un chemin dans l’herbe silloné par une étroite ligne de terre. On dirait une petite prairie en bordure de grands axes routiers cachée par des haies sauvages. Je décide de m’y aventurer. C’était le bon chemin. Après le virage, je trouve un sentier plus dégagé qui longe le chemin de fer. Je ne croise personne, mais je fais confiance au GPS. Je me retrouve à nouveau au croisement de routes très passantes, jusqu’à la départementale D900, bordée par une pente abrupte et une piste cyclable que je prends. Je me fais plaisir à me laisser portée par une longue pente sans avoir à freiner pendant plusieurs centaines de mètres. La difficulté commence quand je bifurque sur la D576. Plus de piste cyclable et surtout, un chemin très vallonné. Il fait vraiment très chaud et il n’y a pas d’ombre. Je roule entre des champs. Heureusement, je croise peu de voiture. A chaque côte, je pense m’arrêter au sommet pour me rafraîchir et je me dis que je n’en peux plus. Arrivée en haut, je bois une gorgée et je me remets en selle.

Ça descend à nouveau en arrivant sur le Genest et à partir de là, la route est plus facile. Je suis scrupuleusement le GPS. Je passe par Lépalé et arrivée sur Clermont, les ennuis recommencent. Le sentier de départ est pourtant agréable. C’est un chemin en terre abrité sous les arbres. Je me retrouve rapidement devant un portail, « propriété privée ». Le GPS m’indique de le prendre, le panneau de randonnée non loin de ce portail également. Il y a un cadenas… je tourne autour, jusqu’à me retrouver dans une ferme. Je vais plus en avant, mais ce n’est pas la bonne route. Je commence à stresser car l’heure tourne, je dois trouver un endroit où manger avant l’entretien car pour une fois, je n’ai pas pris de pique-nique avec moi. J’avais prévu de profiter des sanitaires du restaurant pour me rafraîchir et mettre des vêtements de rechange pour arriver toute propre au rendez-vous. Je découvre une abbaye cistercienne magnifique, l’abbaye de Clermont, fondée au XIIe siècle. Je cherche l’accueil mais tout est fermé. Le chemin qui permet de contourner l’abbaye et de retrouver l’itinéraire indiqué par mon GPS est barré par un panneau « accès payant ». Je descends de mon vélo et contourne discrètement le bâtiment en espérant ne croiser personne. Je ne m’attarde pas, je ne suis pas tranquille à l’idée d’entrer là où je ne devrais pas. Je retrouve le coin de l’étang de Clermont, ouf. Nouveau chemin barré, nouveau cadenas. Je panique. Je me retrouve dans un champ où il n’est pas possible de traverser avec mon vélo. Entre le champ et le chemin interdit d’accès, j’aperçois un passage plein d’orties hauts d’1 mètre. Au loin, j’ai l’impression que le chemin se dégage pour aboutir sur une forêt. Comment traverser les orties sans me piquer ? Je prends le trépied de ma caméra et je tape les orties au pied pour les coucher.

Un beau chemin d’orties

Le trépied de caméra comme outil de désherbage

Je fais cela sur une vingtaine de mètres. Je perds du temps mais je suis rassurée de voir un chemin qui se poursuit. J’enfourche mon vélo et me fais quand même piquer au passage. Je me retrouve en forêt sur un chemin humide sur lequel mes roues s’enfoncent et glissent. Au moins, il fait plus frais, mais je suis fatiguée des efforts précédents et surtout d’avoir galéré à plusieurs reprises pour trouver ma route. J’entame ma réserve de secours en eau. Il me reste 4 km. J’arrive finalement sur Robida et je retrouve avec soulagement la civilisation. Je fonce au restaurant et j’arrive, écarlate, transpirante et heureusement, il y a de la place. Le masque est obligatoire pour circuler à l’intérieur du restaurant. Je le mets, je suffoque, je me précipite à ma table où je pose toutes mes affaires et je fonce au toilettes me rafraîchir et me changer. Je redescends de couleur écarlate à radis, puis tomate, framboise, abricot pas mûr et blanche comme un linge. J’ai faim !

Mener un entretien après une randonnée

 

J’arrive et je suis accueillie dans un jardin de fleurs magnifique. Mon hôtesse me met à l’aise, me demande comment s’est passé mon trajet. Nous mettons assez vite le matériel en place pour filmer la première partie de l’entretien qui sert à enrichir le fonds Témoigner pour le féminisme de l’association Archives du féminisme. Une fois la convention signée, je donne quelques conseils et c’est partie. 1h10 de témoignage filmé, c’est un de mes plus longs. Une nouvelle petite pause s’impose ainsi que la signature d’une autre convention, pour l’université cette fois-ci. Cette deuxième partie n’est pas filmée, l’entretien est semi-directif. Les questions sont plus intimes et correspondent à mon travail de thèse. Je me sens assez détendue, les questions me viennent facilement, je connais par cœur ma grille d’entretien. J’en suis à mon 19e entretien. Je me rends compte que j’arrive mieux à aborder certains sujets qui me posaient difficulté dans mes premiers entretiens, car ils portent sur des choses qui me renvoient à ma propre pudeur ou intimité. Mais le déroulement de l’entretien, s’il est bien défini dès le départ et s’il est fait dans le respect et la plus grande écoute, se passe sans encombre. Je passe un agréable moment mais la migraine me gagne. Le vélo, le matin, a largement entamé mes forces. Un entretien, avec en plus une partie filmée, c’est énormément d’attention et de fatigue. Il faut sans cesse penser aux aspects techniques comme à l’orientation des questions et l’assimilation des informations liées au témoignage. Je lutte contre la fatigue, la déconcentration et la migraine qui s’installe. L’entretien s’achève à 18h avec un partage de documents d’archives, sources ô combien précieuses ! Je repars avec le sentiment d’un accomplissement personnel, d’une belle rencontre, avec de la gratitude envers mes témoins, mon travail, la vie. Le retour par le train est difficile. J’ai l’impression que je vais vomir. Plus d’une heure et demi de trajet, avec une attente de 30 minutes à Laval et un arrêt à peu près équivalent à Sablé pour attendre des voyageurs. J’arrive chez moi nauséeuse, migraineuse. Je me couche en espérant ne pas faire une petite insolation. Le lendemain je me réveille reposée et pressée d’écrire ce récit pour mon blog.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Port-Brillet en canicule," in La recherche comme une aventure, 26/06/2020, https://laventure.hypotheses.org/1679.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search