Une IVG à Laval

Fonds 1772W4 des Archives départementales de la Mayenne

Le centre d’interruption volontaire de grossesse a été ouvert à Laval en mars 1976. Attenant au service de la maternité, il comprend une salle d’intervention et une chambre de repos et fonctionne avec deux infirmier.e.s, une aide-soignante, une conseillère conjugale et une assistante sociale. La salle d’attente est partagée avec le service gynécologie obstétrique et seuls des médecins vacataires généralistes et extérieurs à l’hôpital pratiquent les IVG. Le fonds 1772W4 contient de nombreuses décisions de nomination[1] de ces médecins vacataires. Ces décisions, signées pat le directeur de l’hôpital de Laval, sont organisées en deux sections. L’une rappelle les dispositions légales sur la pratique de l’IVG et le contexte à Laval : « Considérant qu’aucun praticien hospitalier n’a accepté de pratiquer les interruptions volontaires de grossesse, vu les besoins du service du Centre d’Interruption Volontaire de Grossesse […] ». La deuxième section donne le nom de la/du praticien.ne et indique le type de service rendu et la rémunération prévue.

Directeur de l’hôpital de Laval, « décision de nomination », 1976 – AD de la Mayenne, fonds 1772W4

Le fonctionnement du Centre IVG a fait l’objet d’un rapport après un an de fonctionnement rédigé par deux médecins[2]. Ce rapport de 14 pages fournit une vision complète du fonctionnement du Centre IVG : locaux et personnel, méthode, matériel utilisé et protocole d’intervention, chiffres et statistiques sur lesquels nous allons revenir.

 

Voici quelques extraits choisis sur les méthodes, le matériel et le protocole d’intervention :

« Après un mois de « rodage » et de tâtonnement quant à l’organisation et aux techniques à employer, il a été décidé par toute l’équipe d’intervention que, compte tenu des locaux disponibles et aussi des diverses résistances, le centre fonctionnerait deux à trois matinées par semaine et qu’on y emploierait la méthode dilatation-aspiration sans anesthésie générale ni locale, après simple prémédication. Cette dernière excluant pratiquement toute intervention après la 8e semaine de grossesse. »

« Le matériel utilisé est le suivant :

  • solution de Cétavlon pour désinfection locale
  • Spéculum de Collin
  • Pinces à pansements utérins
  • Pinces de Pozzi-Palmer
  • Hystéromètre souple et rigide
  • Bougies souples en gomme et graduées de ½ mm en ½ mm, allant de 3 à 12 mm.
  • Vacurette semi-rigide à un orifice, courbe, du type BERJELEY, de 6 à 10 mm.
  • Appareil à vide muni de deux bocaux et manomètre délivrant une dépression de 80 mm de Hg
  • Curette mousse métallique de petit diamètre. »

« L’intervention est pratiquée sans champ opératoire ni gants stériles, l’opérateur appliquant la technique du « No Touch » et n’utilisant que du matériel parfaitement stérile. »

 

Une femme qui arrive pour une IVG doit être à jeun et vessie vide. Elle reçoit une prémédication puis subit l’intervention avec « anesthésie verbale » qui dure de 5 à 10 minutes environ. En cas de spasme du col de l’utérus, elle reçoit une injection de spasmolytique. Les femmes reçoivent parfois une injection de méthargin et un sérum anti-D. Elles se reposent 1 à 2 h après l’intervention et reçoit une ordonnance pour des antibiotiques, une contraception, des conseils et un rapport pour le médecin traitant.

 

Statistiques

700 avortements ont été pratiqués entre le 1er mai 1976 et le 1er mai 1977 au Centre d’IVG de Laval, soit 1 avortement pour 6.17 naissances d’après le rapport. Les femmes dont la grossesse dépassaient 8 semaines ont été refusées et adressées à des cliniques en Sarthe ou en région parisienne.

Le « comportement » des femmes qui ont eu recours à l’IVG a été l’objet d’une page entière de statistique et de commentaire. Les comportements sont divisés en 4 catégories : très bon, bon, moyen ou médiocre, franchement mauvais. Ces « comportements » désignent la façon dont l’IVG a été supporté par les femmes. Pour 80% d’entre elles, l’IVG semble s’être bien passée : « On voit d’après ce tableau que si dans 80% des cas environ l’intervention est plutôt bien supportée, dans 20% des cas une anesthésie générale aurait peut-être été souhaitable. (chez les nullipare très jeunes et les femmes anxieuses en particulier). ». Les incidents déplorés sont des nausées, malaises, crises de tétanie et syncopes vagales. On peut imaginer sans peine qu’un curetage sans anesthésie peut être douloureux chez une jeune femme nullipare et entraîner un malaise…

Dans de rares cas, 3,8%, les femmes sont hospitalisées pour impossibilité de dilatation, évacuation incomplète de l’embryon, fièvre, pertes purulentes et métrorragie (saignements en dehors des règles).

Quelques chiffres sur les femmes ayant recours à l’IVG en Mayenne d’après ce rapport :

 

Femmes mariées 64.8%
Célibataires, veuves, divorcées 35.2%
Moins de 20 ans 21.4%
Entre 21 et 30 ans 45.2%
Entre 31 et 40 ans 26,9%
Supérieur à 41 ans 6.5%
Sans enfant 31.7%
Entre 1 à 3 enfants 42.4%
Dont 23.7% de femmes qui ont 2 enfants
4 enfants et + 15.9%
Apprenties, lycéennes, étudiantes 6.2%
Agricultrices 13.6%
Ouvrières et employées + cadres moyennes de l’industrie et du commerce 61.2%
Fonctionnaires et enseignantes 10.6%
Professions libérales et cadres supérieures 1.2%

Le faible nombre de femmes exerçant une profession libérale ou de cadre supérieur est expliquée par la peur de la publicité : « Enfin, il semble à l’analyse des statistiques que certaines catégories socio-professionnelles (cade supérieur, profession libérale notamment) ainsi que des personnes résidant dans la ville où se passe l’I.V.G. craignant vraisemblablement une quelconque publicité, préfèrent s’adresser directement ailleurs ».

 

Les moyens contraceptifs

Aucune méthode particulière 16.8%
Méthode Ogino 25.4%
Retrait ou autre méthode traditionnelle (douche vaginale) 23.2%
Préservatif 2.3%
Pilule utilisée peu de temps avant l’IVG cessée ou non remplacée par une autre méthode 28.4%
Grossesse sous pilule ou stérilet ou après ligature des trompes 3.6%

Les femmes qui ont arrêté la pilule l’ont fait pour 56% d’entre elles par intolérance, pour 31% par lassitude, pour 13% par conseil auprès d’un médecin. Ces femmes représentent un tiers de celles qui avortent.

 

Les causes de l’avortement

Raison d’ordre somatique (grossesse à répétition, problèmes de santé…) 31.6%
Raison d’ordre économique 23.3%
Raison d’ordre « psycho-affective » (rupture, femme seule…) 27.8%
Par convenance personnelle 15.5%
Cause médico-légale (viol, IMG) 1.2%

23.3% de femmes qui avortent pour des raisons économiques, on est loin du bilan dressée par Famille rurale que vous pouvez lire ici. Par convenance personnel, le rapport désigne les femmes qui ne désirent pas du tout d’enfant ou pas au moment où la grossesse est survenue, elles sont une minorité.

En conclusion, les deux médecins inscrivent les pratiques en Mayenne à mi-chemin entre celles des pays de l’ « ouest » et les pays de l’« est » et citent une étude menée par C. Tietz et M. Cooper parue sous le titre « Induced abortion : 1975 fact book »[3] en 1975 et selon laquelle dans les pays de l’ouest ce sont les jeunes et sans enfants qui ont recours à l’IVG comme moyen de corriger les échecs du début de contraception alors que dans les pays de l’est, où l’information sexuelle n’est pas diffusée, les IVG sont beaucoup plus nombreuses car il n’y a pas une tradition de contraception efficace.

 

Coupure de presse, « Une délégation du MLAC à l’hôpital de Laval pour demander l’application de la loi sur l’avortement », sans date, non signée – AD de la Mayenne, fonds 1772W4

Une intervention du MLAC à Laval

Nous venons de voir que le centre d’IVG à Laval n’a ouvert qu’en mars 1976, soit plus d’un an après le passage de la Loi Veil du 17 janvier 1975. Cela n’a pas été sans faire réagir le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception) qui, en juin 1975, a accompagné une jeune femme pour un avortement à l’hôpital de Laval. L’hôpital déclare alors qu’il n’y aura pas d’avortement avant l’ouverture d’un centre d’orthogénie. Aucune date n’est fixée au moment de la parution de l’article qui relate les faits[4]. 41 médecins se seraient positionnés pour l’ouverture d’une centre d’orthogénie, mais on a vu dans les archives du Centre IVG qu’aucun médecin du centre hospitalier n’a pratiqué d’IVG. La jeune femme est répartie sans aucune solution à part celle de se rendre à la DASS (Direction de l’Action sanitaire et sociale) pour se faire rediriger vers un centre d’orthogénie dans une autre région. Le MLAC déplore cette solution en déclarant : « Nous savons que les centres de Rennes et Nantes refusent les femmes extérieures à leur département ». Les militant.e.s du MLAC annoncent une mobilisation pour la création d’un centre d’orthogénie. L’article ne dit pas clairement si un groupe MLAC a existé en Mayenne. Il peut s’agir d’un groupe d’une autre région venu en soutien sur une demande ponctuelle. La seule information dont nous disposons dans cet article est une adresse de contact : le Centre social Saint-Nicolas, rue Davout à Laval.

 

 

[1] Directeur de l’hôpital de Laval, « décision de nomination », 1976 – AD de la Mayenne, fonds 1772W4

[2] Dr Hélène Scholl, Dr Marc Valin, « Bilan d’un an de fonctionnement du Centre d’I.V.G. de l’hôpital de Laval (Mayenne) », 1977 – AD de la Mayenne, fonds 1772W4

[3] Je n’ai pas retrouvé cette étude.

[4] Coupure de presse, « Une délégation du MLAC à l’hôpital de Laval pour demander l’application de la loi sur l’avortement », sans date, non signée – AD de la Mayenne, fonds 1772W4

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Une IVG à Laval," in La recherche comme une aventure, 22/07/2020, https://laventure.hypotheses.org/1774.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search