Fédération Départementale de la Famille Rurale

Fonds 1116W20 des Archives départementales de la Mayenne

La Fédération Départementale de la Famille Rurale est une organisation locale qui regroupe plusieurs associations familiales. Elle est elle-même fédérée à l’association Familles rurales qui se donne comme mission de répondre aux besoins des familles, défendre leurs intérêts, accompagner les parents dans leur mission d’éducation et participer à l’animation des territoires ruraux[1].

 

La FDFR comme organisme de formation, d’information et de conseil familial

 

Au cours des années 1970, la FDFR a été agréée comme organisme de formation, d’information et de conseil familial au titre de la loi du 17 janvier 1975 relative à l’IVG. Dans le fonds 1116W20 des AD de la Mayenne, plusieurs documents témoignent des activités d’accueil des femmes pour les entretiens individuels obligatoires prévus par la procédure de recours à l’IVG. Dans une lettre[2] du 25 novembre 1975 adressée au préfet de la Mayenne, la FDFR dresse un bilan après 6 mois de consultations. Elle se prévaut de ne pas chercher à influencer l’intéressée « au nom d’un quelconque morale ou philosophie » mais se donne deux « centres d’intérêts » :

«      1. Dédramatiser la situation, rehausser l’aspect affectif et faire vibrer les joies que l’enfant peut procurer. Sur ce point, il est souvent assez facile d’y parvenir.

  1. Lever les obstacles matériels par l’analyse des possibilités qu’offre la législation sociale ; là, il est plus difficile d’y parvenir car la législation en ce domaine est nettement insuffisante. »

 

Les conseils sont clairement déterminés par une vision nataliste de la société dans laquelle l’enfant est présenté comme élément de joie et d’affection. Les obstacles matériels doivent être « réduits au maximum », l’Etat doit encourager cette politique nataliste par des mesures de protection économique. La politique familiale de l’Etat est présentée comme dégradée depuis 25 ans, insuffisante pour aider les familles et ne permettant pas la possibilité d’une famille nombreuse, ni « une véritable liberté de l’appel à la vie ».

L’U.D.A.F (Union départementale des associations familiales) tient les mêmes positions que la FDFR et s’inquiète de la dénatalité[3]. Selon elle, la politique familial de l’Etat opposerait les femmes au foyer aux femmes qui travaillent et qui se limitent à deux enfants et que les dispositions prises ne touchent principalement que les femmes qui travaillent. Le ton du courrier est ferme : « Nous vous demandons avec insistance, de bien vouloir vous pencher sur ce problème afin que se concrétisent les promesses du Gouvernement pour un mieux-être des familles. »

 

Opposition à l’IVG

Un article paru dans Ouest France le 21 novembre 1974[4] nous apprend qu’une délégation de la fédération départementale des associations familiales rurales a été reçue par le préfet de la Mayenne au sujet notamment du projet de loi sur l’avortement. La fédération propose que :

  • les prestations familiales soient indexées sur le revenu professionnel
  • qu’en cas de nouvelle grossesse, les familles puissent demander une aide financière pour améliorer le logement ou se reloger
  • que le statut social de la mère évolue et lui assure des droits sociaux comme la retraite ou la prise en charge de la maladie indépendamment de sa situation professionnelle
  • que la loi prévoit une commission de soutien aux mères pour les aider dans leurs démarches
  • qu’il y ait plus d’équipements sanitaires, sociaux et culturels.

Dans un communiqué accompagnant l’article, la fédération prend clairement position contre l’avortement.

« Au moment où s’élabore le projet de loi sur la libéralisation de l’avortement, nous nous permettons de rappeler la position de la Famille Rurale sur ce point.

Dans son Congrès national du 24 Octobre 1970, la Famille Rurale s’est prononcée pour le respect de la vie « de toute vie ». En conséquence, elle considère que l’avortement en lui-même est monstrueux.

Après avoir consulté ses Fédérations Départementales, la Confédération Nationale de la Famille Rurale, lors de son Assemblée Générale des 28 et 29 avril 1973, a réaffirmé ses positions en ces termes :

« La Famille Rurale considère que l’avortement constitue un ensemble de maux sur le plan social, médical et psychologique.

Elle estime que le respect de la vie est le fondement de toute civilisation.

Elle demande que les Pouvoirs Publics prennent les mesures propres à supprimer les causes de ce fléau qu’est l’avortement clandestin, notamment par le développement de l’information et de l’éducation sexuelle et par une politique familiale globale. »

 

La réforme du divorce

Le 1er janvier 1976 entre en vigueur la modification de l’article 229 du Code civil relatif au divorce, suite à la promulgation de la loi n° 75-617 par Valéry Giscard d’Estaing.

Le divorce peut être prononcé en cas :

  •  soit de consentement mutuel ;
  •  soit de rupture de la vie commune ;
  •  soit de faute.
Code Civil

Loi 1975

Dans un courrier adressée au préfet de la Mayenne le 9 avril 1975[5], la FDFR expose ses positions sur le divorce au moment où celui-ci fait l’objet d’une réforme sur le plan législatif. Ce courrier de 3 pages commence par l’énoncé d’une vision assez moraliste du divorce :

« Le divorce, cette invention des pays civilisés, ce pseudo-remède à l’inconstance des hommes, s’il s’avère un al nécessaire dans certains cas, ne peut être considéré bon en soi.

Les conséquences malheureuses, dramatiques, de frustration, d’amertume, de désespoir qu’il accumule particulièrement pour les enfants en sont la rançon. (80% de condamnation de mineurs concernant des enfants de foyers désunis). »

Le mariage est présenté comme définitif. Il demande de la maturité, des efforts, « un sens de la liberté », « une confrontation des esprits » et repose sur l’amour, un « don réciproque et permanent » qui engage les cœurs, l’intelligence et la volonté. Les causes de divorces peuvent trouver une solution, comme la préparation, l’information, la discussion. La fédération dénonce les nouvelles moeurs de la société qui mettraient les relations sexuelles au premier plan conduisant à des mariages hâtifs et à une fausse image de l’existence.

Si Famille rurale ne se prononce par pour la suppression du divorce, elle mise sur une procédure de conciliation avec création d’une Chambre de la Famille composée de psychologues, sociologues, conseillers conjugaux et des couples choisis pour leur compétence familiale. Cette procédure préalable au divorce permettrait un temps de réflexion aux couples souhaitant se séparer (ajoutant une pression pour renoncer au divorce).

 

Confédération nationale de la Famille Rurale, « Rapports et interventions », supplément à Familles Rurales n°283, février 1977

Assises nationale de la confédération nationale de la Famille Rurale.

Des assises nationales se sont tenues le 27 novembre 1976 à Paris et ont fait l’objet d’un rapport publié quelques mois plus tard, en 1977[6]. Je me suis penchée sur les interventions du Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Vendée.

La fédération du Maine-et-Loire rappelle qu’il fait retenir deux principes :

« – le rôle spécifique de la mère auprès de l’enfant ;

– le droit de la femme de travailler si elle le veut, mais en privilégiant la place de la mère au foyer. »

L’attribution du salaire maternel ou parental ne fait pas l’unanimité. Voici les deux positions :

« – Pour les uns, la reconnaissance de la valeur de la présence de la mère au foyer, pour les femmes qui ont fait ce choix, doit se concrétiser par un salaire approprié lui accordant un statut social.

– Pour les autres, et c’est ce qui ressort des rapports des assises, le véritable libre choix pour la femme ne peut se concevoir que par le versement à toutes les femmes, au travail ou à la maison, du salaire maternel ou parental.

 

La fédération de la Mayenne s’oppose à la gratuité des transport qui instituerait une disparité entre familles selon les services disponibles et la taille de la commune. Elle demande un système d’aide forfaitaire ainsi que des bourses d’éloignement pour les familles dans l’impossibilité de bénéficier du service de transport.

 

Une personne de la fédération de la Vendée, qui précise parler en son nom seul, pose le problème de l’information relative à l’IVG et la pilule. L’intervenant prône une éducation selon laquelle « le bonheur ce n’est pas de prendre la pilule et d’avoir des rapports très tôt ». Les jeunes filles seraient en proie à une pression sociale qui dévaloriserait la virginité. L’éducation doit aussi préparer les femmes à gérer leur foyer car de leur équilibre dépend l’équilibre des enfants. Selon l’intervenant, « tout le monde souhaite que les femmes retournent au foyer pour s’occuper de leurs enfants ».

 

[1] Site internet de la Fédération départementale de la Famille Rurale de Mayenne, rubrique « qui sommes-nous » : https://www.famillesrurales53.com/qui-sommes-nous

[2] Lettre de la FDFR adressée au Préfet de la Mayenne le 25 novembre 1975 – AD Mayenne, fonds 1116W20

[3] Lettre de l’UDAF adressée au Préfet de la Mayenne le 23 janvier 1976 – AD Mayenne, fonds 1116W20

[4] « la famille Rurale réaffirme au préfet ses positions face au projet de loi sur l’avortement » Ouest France, 21 novembre 1974 [date manuscrite] – AD Mayenne, fonds 1116W20

[5] Lettre de la FDFR adressée au Préfet de la Mayenne le 9 avril 1975 – AD Mayenne, fonds 1116W20

[6] Confédération nationale de la Famille Rurale, « Rapports et interventions », supplément à Familles Rurales n°283, février 1977

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Fédération Départementale de la Famille Rurale," in La recherche comme une aventure, 22/07/2020, https://laventure.hypotheses.org/1780.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 22/07/2020

    […] 1116W20 – Fédération Départementale de la Famille Rurale […]

  2. 13/12/2020

    […] Fédération Départementale de la Famille Rurale […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search