Naturisme à Saint-Nazaire

Réflexions autour d’un article paru dans Dévoilées, n°1, revue féministe de la région nantaise (1979-1984), intitulé « Naturisme à Saint-Nazaire ».

Dévoilées, n°1, 1979, conservé au CAF, fonds 54AF Marie-Madeleine Tallineau

L’article a été écrit par un groupe de femmes qui racontent la projection du film « Douce et fière Ardèche » (dont je n’ai pas trouvé les références) probablement à Saint-Nazaire  en 1979. Après la projection, ce film a été commenté par un universitaire dont le nom n’est pas donné et dont on sait seulement qu’il a soutenu une thèse sur le thème du nu et du vêtement.

Cet article commence par une forte critique de la position de l’universitaire : « Un type arrive sur la scène. Il se présente : universitaire venant de faire une thèse sur le nu et le vêtement, il est naturiste comme il se doit et engage le débat comme s’il était spécialiste de la nudité, le seul à pouvoir répondre aux questions du public ». Cette verticalité entre parole savante et public apprenant est remise en cause par les féministes. S’ensuit une critique de la façon dont l’universitaire réagit : « Apparemment, ça n’a pas l’air d’être les questions à poser ! », « Notre spécialiste détourne le problème par une pirouette », « Il ne sait pas pourquoi !!!!!! puis vient une série de « perles » […] », « Il continue en nous disant qu’il perd son temps avec des questions pas sérieuses, quand nous abordons la question du viol », « C’en est vraiment de trop. Je gueule que c’est un scandale qu’on injurie les femmes ici. Réponse du mec : « Qu’est-ce qu’il va m’arriver, maintenant ? » Il se fout de notre gueule, tout simplement. Le débat se termine. Toute la salle applaudit, sauf les 2 rangées « d’hystériques ». » Les féministes ont visiblement posé des questions qui dérangent. Les questions rapportées font référence à la surreprésentation de « beaux » corps , la ghettoïsation des camps naturistes et les inégalités sociales qui en divisent l’accès ; le tabou autour de la nudité ; la représentation du corps des femmes dans la publicité, les magazines, la rue ; la pornographie et les violences faites aux femmes. L’intervenant n’a sans doute pas voulu se mettre en difficulté face à des sujets que, visiblement, il considérait comme inintéressants ou hors sujet. Le mot sujet est ici essentiel car en mettant la question du corps et en particulier du corps des femmes hors sujet, il l’exclut du champ du savoir et contribue à en faire un impensé.

 

J’ai découvert cet article de Dévoilées le jour de mon départ pour un long week-end en bord de mer non loin de… Saint-Nazaire ! Coïncidence ? Il y a une plage naturiste à côté de Saint-Nazaire, la plage des Jaunais. Des ami.e.s m’avaient parlé de leur expérience sur cette plage et je projetais de tenter l’expérience. Ce n’était pas la première fois que je faisais du naturisme. Je l’avais fait une fois en Crète avec mon ex-compagne dans une crique qu’on ne pouvait atteindre que par bateau ou après plusieurs heures de marche. Il y avait un couple ce jour-là et puis nous, autant dire que nous étions vraiment tranquilles et à l’abri des regards. Je me suis rendu compte que l’expérience naturiste pouvait avoir plusieurs sens pour moi : la communion avec la nature (sentir la mer, le sable, le vent directement sur la peau) et l’expérience de sa propre nudité face au regard des autres. En Crète, j’avais peur de l’interdit (avais-je le droit de me mettre nue à l’extérieur ? Il n’y avait pas de panneau indiquant que cela était permis) et j’étais excitée à l’idée d’exposer mon sexe au soleil et à la mer et de devenir éblouissante de lumière.

« Elles disent qu’elles exposent leurs sexes afin que le soleil s’y réfléchisse comme dans un miroir. Elles disent qu’elles retiennent son éclat. Elle disent que les poils du pubis sont comme une toile d’araignée qui capture les rayons. On les voit courir à grandes enjambées. Elles sont toutes illuminées en leur milieu, à partir du pubis des clitoris encapuchonnés des nymphes doubles et plissées. L’éclat qu’elles jettent en s’immobilisant et en se tournant de face fait que les yeux se fixent ailleurs n’en pouvant supporter la vue. » Monique Wittig, Les Guérillères, Les éditions de Minuit, 1969, p24.

A Saint-Nazaire, je craignais de voir tous ces pénis et qu’on me regarde, pas que l’on me voit, mais bien qu’on me regarde en tant que femme, qu’on me découpe, qu’on me dissèque. Cela m’a rappelé ma dernière Marche des fiertés (LGBT+ Pride) pendant laquelle j’avais manifesté les seins nus. Un homme âgé, seul, avec un gros appareil photo, s’était approché de moi et avait photographié mes seins, uniquement eux. Je n’avais ni slogan, ni pancarte, ni attitude particulière, je n’étais pas en représentation. Il avait approché son appareil à hauteur de ma poitrine et enchaîné les clichés. Cela a été d’une violence inouïe, ramenée à mes seins comme objet de contemplation pour les hommes, j’étais comme un sexe ouvert exposé au regard libidineux d’hommes hétérosexuels venus se faire plaisir en matant des (morceaux) de corps lesbiens. Je voulais faire l’expérience du topless dans la rue pour, au contraire, désexualiser mon corps et me sentir moins prisonnière de ce tabou, je le vivais comme un acte de libération, presque héroïque, ce qui m’a été confirmé par les applaudissements et encouragements de nombreuses femmes. Sur la plage des Jaunais, alors que je m’étais mise le plus à l’écart du regard des autres, contre un rocher près de l’eau, un homme s’est planté à 3 mètres de moi et regardait les corps étendus, dont le mien, pendant bien une demi-heure, debout. Si son sexe n’était pas en érection (le pouvait-il ?), son esprit devait certainement l’être. J’avais l’impression d’être surveillée, rappelée à l’ordre et découpée en morceaux, comme ce « photographe » de la Marche des fiertés. Le regard des hommes, un prix à payer ? Comme l’écrit Rachele Borghi dans « Et le bronzage de tes fesses dessine un cœur » (2016) [1] : « La question du regard s’avère centrale. Toutes les interviewées ont abordé le sujet ou prononcé le mot « regard » au moins une fois. Bien que les réactions aux « regards » soient différentes, il s’agit d’un élément fondamental de leur expérience de l’espace public. Le fait d’être regardée est presque vécu comme un prix à payer pour accéder à l’espace public, en tant que femmes et en tant que lesbiennes. » Et moi, ai-je regardé ? J’ai d’abord essayé d’accepter la vue des pénis afin d’en avoir moins peur. Mais mon regard déviait automatiquement vers l’unique femme près de moi. Elle était pour moi comme le paysage panoramique qu’on découvre au moment d’arriver en haut d’un sommet. Rien de sexuel. J’ai regardé nos différences et je les ai trouvé belles. Et puis j’ai fermé les yeux.

 

Il y avait au moins 90% d’hommes sur cette plage de Saint-Nazaire. Beaucoup d’hommes homosexuels en couple ou en groupe me semblait-il et des hommes seuls qui sillonnaient la plage au milieu des corps étalés. Les quelques femmes qui se trouvaient là étaient toujours avec un ou plusieurs hommes, dont moi qui était venu avec un ami homme. Une femme peut-elle venir seule sur une plage ? sur une plage naturiste ? Je m’étais posé cette question les jours qui précédaient cette expérience naturiste. Seule, je n’y serais pas allée : mon ami faisait à la fois office de paravent, protecteur, assimilation au couple hétéronormé. Le comble pour une militante féministe et lesbienne. C’est là que j’ai perçu les stratégies d’évitement et d’auto-défense que je mettais en place pour me protéger dans l’espace public[2]. En venant accompagnée d’un homme de confiance, j’écartais dans mon inconscient la peur du viol, la peur d’être abordée et importunée, la crainte d’être perçue comme disponible pour les sollicitations d’ordre sexuel. Je reproduisais finalement ce que je voyais chez les autres femmes, c’est-à-dire accompagner un homme dans le sens de le suivre dans son désir de mobilité et être accompagnée d’un homme comme gage de protection. Cela me met profondément en colère. J’ai de loin préféré l’expérience crétoise, loin de tous ces sexes exposés/exhibés et plus en symbiose avec la nature.

Les questions posées par les féministes dans cet article de Dévoilées me semblent toujours d’actualité : qu’est-ce que la pornographie ? Le corps des femmes peut-il en sortir ? Comment rendre plus accessibles, inclusives et sécurisées, les plages naturistes ? Que faire de cette violence subie et perçue par les femmes ? Je voudrais finir par cette notion d’inclusion. Les corps étaient très souvent jeunes, exclusivement blancs et la plage, atteignable après de nombreux escaliers abrupts, inaccessible aux personnes à mobilité réduite. Les corps hors normes sont-ils hors sujet ?

Nota bene : Je suis partie en Vendée quelques jours pour randonner à pied. J’ai perdu le GR8 et je me suis retrouvée sur une plage naturiste en allant aux Sables d’Olonne. Cette plage se situe précisement entre Sauveterre et les Granges, au lieu-dit « la Grande-Pointe ». Je suis tombée des nues si je puis dire… Une plage large, magnifique et quasi déserte sur des centaines de mètres. J’ai croisé deux hommes, puis un couple hétérosexuel. Après une minute de réflexion, alors que je marchais depuis 1h30 en pleine chaleur, je me suis déshabillée et j’ai couru vers l’eau. L’extase.

 

[1] Rachele Borghi, « « Et le bronzage de tes fesses dessine un coeur » – Réflexions sur les expériences lesbiennes des plages », L’Espace Politique, 28 | 2016-1.  [En ligne]

[2] Lieber Marylène, « Le sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public : une entrave à la citoyenneté ? », Nouvelles Questions Féministes, 2002/1 (Vol. 21), p. 41-56. [En ligne]

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Naturisme à Saint-Nazaire," in La recherche comme une aventure, 27/07/2020, https://laventure.hypotheses.org/1795.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aulaine dit :

    Très bel article sur le rapport au corps qui soulève effectivement des questions personnelles et intimes : est-ce que je peux échapper au regard de l’autre sur mon corps et construire ma propre représentation corporelle en toute liberté ?
    En tous cas, cela donne envie de faire le GR8 et de découvrir la Vendée « sauvage »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search