Une historienne et son vélo sur scène

Contexte

A cause de la pandémie de Covid-19 toute la programmation du Quai* a été annulée, un drame pour moi qui suis avide de spectacles en tout genre et qui habite juste à côté ! Mais c’est sans compter l’énergie de l’équipe du Centre dramatique national (CDN) ainsi que les acteurs et actrices de la nouvelle compagnie du Quai que j’ai pu intervenir dans le cadre d’une Cour publique, le 29 juillet 2020, sur le thème du féminisme. Mais comment ça ? Le Quai n’est-il pas fermé ? Une Cour publique, c’est quoi ?

*Le Quai est un espace, à Angers qui accueille le CDN, Centre dramatique national des Pays de la Loire (dirigé par Thomas Jolly) et le CNDC, Centre national de danse contemporaine – Angers (dirigé par Noë Soulier).

De juillet à octobre plus de 100 représentations sont proposées par le Quai sur 12 communes du département. Thomas Jolly en parle ici

Cour publique

Cet été la Cour du Quai transformée en espace convivial propose différentes formes artistiques, festives et citoyennes, et un bar !

Elle accueille un cycle de rencontres au sein d’un dispositif ludique, permettant à tous les publics de participer ou simplement d’y assister.

Une thématique en lien avec le monde d’aujourd’hui comme avec l’utopie du monde d’après y est débattue, décortiquée et dynamitée.

Pour lire l’ensemble de la présentation, cliquez ici

Le 29 juillet, la thématique abordée était : « Féminisme : une révolte sur le devant de la scène ? »

Nous étions nombreuses et nombreux à intervenir :

  • Julie Cloarec-Michaud, philosophe
  • Jenny Dodge, responsable du développement de projets et chargée d’information au Cendre dramatique national d’Angers
  • Pascaline Herveet, comédienne, chanteuse et autrice
  • La Troupe du Quai: Damien Avice, Bruno Bayeux, Émeline Frémont, Damien Gabriac, Charline Porrone
  • Auxane Samson, militante féministe
  • Et moi

 

Contactée par Jenny Dodge, je me suis laissée embarquer dans cette magnifique aventure de la Cour publique. Mon nom lui avait été suggéré par ma directrice de thèse, Christine Bard et mon amie géographe Chadia Arab. Toutes deux pensaient que le format de l’intervention et le sujet pouvaient m’intéresser. J’ai tout de suite été complétement emballée !

Pendant 1h se sont mêlés des scénettes, chansons, instants philosophie, parole militante, lectures et contextualisation historique. Trois principaux thèmes ont été abordés : le corps, l’écoféminisme et le travail des femmes.

Il faut dire que l’actualité était plutôt riche : décès de Gisèle Halimi, nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur, mise sous protection policière d’Alice Coffin, démission de Christophe Girard alors adjoint à la culture à la Mairie de Paris, propos tenus par Eric Dupont-Moretti, la Pologne qui veut quitter la Convention d’Istanbul (qui traite des violences faites aux femmes)…

Le public était au rendez-vous : les rangs de chaises étaient comblés, les transats autour de la scène occupés et le bar tournait à plein en arrière-cour.

L’objectif de ces Cours publiques est, il me semble, de réunir une diversité de personnes pour faire rayonner la culture, débattre, ouvrir cet espace fermé qu’est la cour logistique du Quai. La diversité de nos parcours et positions n’a pas été un obstacle à la construction de la Cour publique sur le féminisme, mais un tremplin vers une aventure joyeuse et enrichissante qui pourrait se poursuivre. Il y a eu des prises de parole du public qui sont venues alimenter les réflexions lancées, voire qui ont donné des éclairages sur certains sujets.

 

Préparation

Quand j’ai accepté d’intervenir dans ce dispositif si particulier, je me suis demandé comment m’y adapter, comment ne pas tomber dans un parler académique, comment faire le lien entre la/ma vie et la/ma recherche et oraliser mon intervention. Là où je me suis le plus sentie à ma place c’est au début de la préparation de l’événement, quand il a fallu définir des thèmes et construire une trame historique. Je voyais assez facilement les sujets incontournables avec pour consigne de développer sur la thématique du travail. J’ai découvert le reste de l’équipe, ou plutôt de la troupe, avec qui il a fallu s’accorder. Il y avait une bonne écoute, nous étions vite toutes et tous d’accord. J’ai écrit un premier document avec trois thèmes : corps, écoféminisme et travail à partir duquel les autres ont pu préciser ce qu’elles/ils avaient envie de produire, de dire. Julie Cloarec-Michaud, philosophe, a pu trouver dans certains éléments de contexte des concepts à interroger. Pascaline Herveet, comédienne et autrice, a pu insérer des extraits de la pièce qu’elle jouait les jours précédents au Quai, Les Petits Bonnets, une pièce sur l’histoire d’ouvrières du textile qui se révoltent dans une usine de soutien-gorge. C’était formidable de pouvoir rebondir sur « nos histoires » respectives, se répondre entre fiction, vécu et travail universitaire. Auxane Samson, du collectif féministe angevin Emancipation, a porté une voix militante en même temps qu’elle nous a mis en lien avec le collectif des colleuses. Celui-ci a, au début de la Cour publique, investi un des murs de la cour en affichant le slogan « Une femme sans homme c’est comme un poisson sans bicyclette ». Et puis il y a eu le travail de mise en scène de Damien Gabriac chargé à la fois de définir l’enchaînement des interventions, mais aussi de préparer les comédien.ne.s à des scénettes. Tout cela coordonné par Jenny Dodge, avec les conseils de Thomas Jolly (directeur du CDN) et Alexandre Dain (directeur adjoint).

 

Filage et coulisses

Une première trame a été discutée la veille et je me suis retrouvée à envoyer dans la nuit ma nouvelle version du texte à Damien afin qu’il puisse préparer les transitions avec les comédien.ne.s le lendemain matin. Toute l’équipe s’est réunie le jour J dès 14h pour le filage, c’est-à-dire la répétition qui consiste à tout enchaîner pour voir si cela fonctionne. Je me suis vite rendu compte que ce que j’avais préparé était trop long et Damien comptait sur moi pour couper ce qui pouvait l’être. Nous avons répété dans la cour toute l’après-midi. J’ai profité d’un transat pour relire et couper et relire et encore couper mon texte. Puis on a travaillé mon entrée sur scène. J’avais envie de m’amuser un peu, de ne pas faire l’entrée classique et un peu solennelle de l’intervenant.e universitaire. Thomas Jolly m’a conseillé d’arriver de l’intérieur du bâtiment avec mon vélo et de passer derrière le public en klaxonnant pendant que Jenny me présenterait. Je venais ensuite me garer entre le public et la scène et faire comme si j’étais de passage par hasard. Et puis j’ai répété mon texte. J’avais un peu peur à ce moment-là parce que j’avais le regard des comédien.ne.s, de Jenny que je ne voulais pas décevoir et de Thomas Jolly qui assurait tout le filage avec Damien. J’avais peur de paraître trop universitaire, de ne pas capter l’attention, je lisais à moitié mon texte. On ne me demandait pas autre chose que d’être une historienne mais l’espace influence beaucoup la prise de parole. Je ne me sentais pas trop à ma place sur une scène de théâtre et en même temps je mourrais d’envie d’expérimenter cela, de sortir de mes habitudes, du cadre et du format des colloques, séminaires et journées d’étude. Thomas Jolly m’a simplement conseillé de klaxonner davantage pour perturber la prise de parole de Jenny et surprendre le public et il m’a dit que mon intervention était très bien. Cela m’a mise en confiance et je me suis sentie plus impliquée et à même de donner mon avis pendant le reste du filage. Nous avons terminé 1h30 avant le début de la Cour publique. Je suis rentrée chez moi pour répéter encore deux fois mon texte afin de bien intégrer les dernières modifications. Je ne l’ai pas appris par cœur, je me suis entraînée à le dire pour ne pas avoir à trop regarder mes notes et réussir à adopter un ton vivant.

 

Bilan du spectacle

J’ai trouvé le public attentif et bienveillant. Tout s’est bien enchaîné malgré une petite erreur dans l’ordre des interventions au début. Cela ne s’est sans doute pas vu. En tant que public, je sais que je ne perçois pas ce genre d’erreur et que j’attribue les rebondissements à de la mise en scène bien orchestrée, ce qui n’est pas toujours le cas. Les chansons et scénettes ont été applaudies. Les instants philo tombaient à pic, résonnaient avec les autres interventions, les miennes comme celles d’Auxane. J’étais toute contente d’arriver en pédalant. J’ai bien oralisé la première intervention, mais moins les suivantes. J’avais peur de perdre le fil, de m’emmêler les pinceaux, de ne pas bien formuler, car je me disais que cela était enregistré. Une comédienne m’a dit après que j’étais claire et douce et cela m’a touchée. On ne m’avait jamais dit que j’étais douce quand je parlais. Plusieurs amies étaient présentes et m’ont félicitée à la fin. Tout ne s’est pas arrêté pas après les questions et interventions du public. La parole a continué à circuler, des personnes sont venues me poser des questions sur mes recherches et puis il y a eu le repas tous.tes ensemble. Une personne m’a dit que c’était très écrit, sans doute dans le sens que ça s’enchaînait bien et que la diction était claire, mais pour moi ça veut dire que je n’ai pas su sortir de mes notes et j’en suis déçue. Il faudrait un jour que j’arrive à intervenir sans notes, mais pour cela, il faudrait que je ne sois pas stressée comme je l’ai été. J’en ressors pleine de gratitude avec l’envie de continuer ce type d’intervention.

 

Faire face à la peur

Je me suis réveillée le matin de la Cour publique avec l’envie de vomir. Malade de stress depuis deux jours, je n’en menais pas large quand je suis arrivée au filage. Et là, je me suis rendu compte que tout le monde était stressé, à sa manière. J’ai pu en parler avec les comédien.ne.s, avec Jenny, Julie, Pascaline. Le filage demande de la concentration alors on oublie un peu le stress. Au moment de l’entrée sur scène, il n’y a plus que la « prestation » qui compte. J’ai beau me dire que ça va bien se passer, qu’il n’y a pas vraiment d’enjeu, que le public sera bienveillant, rien n’y fait, c’est une torture. La seule chose qui m’aide, c’est de me rappeler pourquoi je le fais et que mon objectif est de m’amuser, de me faire plaisir.

 

Pourquoi une entrée sur scène à vélo ?

Je ne vais pas revenir sur le contenu de l’intervention, je vous livre ici deux extraits de celle-ci en lien avec la thématique du vélo, car cela fait écho à certains articles de ce blog dans la rubrique « aventure ». L’arrivée à vélo était une façon de mettre à l’aise le public et casser le côté intervention universitaire en même temps qu’elle faisait écho à mon expérience de recherche à vélo et à la thématique du corps abordée au début de la Cour Publique.

 

L’année dernière je suis partie seule trois semaines à vélo en Bretagne pour collecter des témoignages pour mon travail de thèse. J’ai fait Saint-Brieuc-Audierne, en passant par Paimpol, Lannion, Morlaix, Brest, Quimper, Douarnenez, Audierne. Pendant le trajet de Saint-Brieuc à Paimpol, alors que je faisais une pause après une côte sur un chemin de terre, un couple m’aborde et me dit : « Vous partez à vélo comme ça, seule ? C’est courageux ». Sur le moment je n’ai pas été étonnée et j’ai plutôt eu plaisir à dialoguer avec ces personnes. Maintenant, je me dis, mais qu’est-ce qui est courageux ? Si c’est faire du vélo en Bretagne, oui, ça c’est courageux car ça ne fait que monter et descendre. Est-ce que c’est faire du vélo seule en étant une femme ? Elle était là la vraie question. Pendant mon voyage entre Quimper et Douarnenez, au sortir d’une forêt et complétement isolée, j’ai croisé un homme seul qui m’a abordée et je me suis sentie mal à l’aise. Son regard peut-être, son insistance à vouloir discuter. Je me suis sentie seule à ce moment-là, pour la première fois, pendant le voyage. En fait, je me suis sentie vulnérable. Mon corps, en tant que femme, est vulnérable. Vulnérable à quoi ? Ou plutôt face à qui ? Cette vulnérabilité à une histoire, l’histoire du contrôle du corps des femmes.

 

Aujourd’hui, je découvre aussi toute une histoire de l’émancipation des femmes à travers le sport. Le vélo correspond donc à la fois, pour moi, à un outil de réflexion sur l’écologie, mais c’est aussi une pratique émancipatrice qui interroge la présence de mon corps face à la route, ma façon de voyager, mon rapport aux vêtements moulants, à la vitesse, à la performance (surtout depuis que j’ai installé un compteur kilométrique) et à la mécanique. Je suis encore incapable de changer la moindre pièce de mon vélo alors que je l’utilise quotidiennement depuis un an.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Une historienne et son vélo sur scène," in La recherche comme une aventure, 02/08/2020, https://laventure.hypotheses.org/1819.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search