Journée nationale de la mère et de l’enfant

Archives départementales des Côtes-d’Armor, fonds 1127W25.

31 mai 1981, dans les Côtes-du-Nord, on fête la Journée nationale de la mère et de l’enfant. Cette journée est, pour les associations familiales, l’occasion d’organiser une quête pour « une campagne en faveur de la mère et de l’enfant »[1]. Une correspondance adressée par le préfet des Côtes-du-Nord aux maires du département prévoit les modalités d’organisation de cette quête. Celle-ci doit être assurée par deux organismes agréés : l’Union Nationale des Associations Familiales et le Comité National de l’Enfance. Des associations reconnues pour leurs services dans le domaine de la famille et domiciliées dans le département peuvent exceptionnellement prétendre participer à cette quête. Elle est réglementée par la distribution de cartes d’habilitation aux quêteurs et l’interdiction d’une quelconque rémunération de ceux-ci.

Le fonds 1127W25 comprend une correspondance similaire datée de 1982. Il n’y a pas d’autres archives sur cette Journée avant 1981 et après 1982.

Cette journée nationale en faveur de la femme et de l’enfant, qui débute le jour de la fête des mères, est héritière d’une longue tradition de militance nataliste que ce soit sur le plan politique, intellectuel ou associatif. On attribue généralement la création de la fête des mères au régime de Vichy et à Pétain, mais ce n’est pas tout à fait exacte. Elle existe dès le début du XXe siècle comme en atteste différentes affiches trouvées sur Gallica ou Numelyo.

Savigny, Journée des mères, Lyon, 1918, Bibliothèque municipale de Lyon, AffM0574

Secrétariat d’Etat à la famille et à la santé, Journée des mères 25 mai 1941, France, 1941, Bibliothèque municipale de Lyon, AffP0190

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire le chapitre 11 de l’ouvrage de Christophe Capuano Vichy et la famille : Réalités et faux-semblants d’une politique publique[2] dont voici un extrait :

 

Jusqu’en 1940, l’organisation de la fête des mères est essentiellement le fait des associations natalistes et familialistes23. Qu’il s’agisse des premières cérémonies locales des années 1900, de la Journée nationale et officielle des mères de famille nombreuse de 1920 puis, à partir de 1926, de la Fête annuelle des mères, c’est sur ces associations que s’appuient les ministres successifs de la Troisième République alors que ces célébrations ne connaissent qu’un faible écho dans la population. Le régime de Vichy introduit en 1941 une rupture radicale avec les pratiques de l’entre-deux-guerres : en conférant à cette journée un enjeu idéologique et politique d’ampleur nationale – célébrer officiellement « l’éternel féminin24 », rassembler les Français dans la célébration des mères et de la famille telle que l’entend l’État français mais aussi dans l’exaltation de la Révolution nationale et de la nation pétainiste – les pouvoirs publics l’investissent largement avec une propagande d’État aux puissants moyens. Mais au niveau local, ce sont les organismes privés et parapublics qui continuent à jouer les premiers rôles par le biais de montages financiers et de comités d’organisation ad hoc. Avec l’importance donnée à l’événement et la nécessité d’une mobilisation de la totalité du corps social, des coalitions locales se constituent. Temporaires, mais reconduites année après année, elles contribuent à étendre et renforcer les réseaux locaux du familial.

23 Cf. Virginie De Luca, « La fête des mères dans la première moitié du XXe siècle : la fabrique des mères méritantes », Histoire et Sociétés, no 15, juin 2005, p. 30-42.

24 Francine Muel-Dreyfus a bien décrit les tentatives de l’État français d’« imposer » cette fête de 1941. Or comme elle le souligne, « l’imposition de la fête des mères comme rituel étatique est une manifestation du lien privilégié que les régimes fascistes et autoritaires entretiennent avec le retour ou le maintien de la mère au foyer ». Le régime autoritaire et réactionnaire de Vichy s’inscrit ainsi dans ce cadre en utilisant cette journée comme l’un des principaux modes de promotion de « l’éternel féminin » et de tout ce qu’il comporte de production d’identité féminine et de culture du sacrifice. Francine Muel-Dreyfus, op. cit., p. 95.

 

[1] Préfet des Côtes-du-Nord, correspondance « Journée Nationale de la Mère et de l’Enfant » adressée aux maires du département – 31 mai 1981 – AD Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

[2] CAPUANO, Christophe. Vichy et la famille : Réalités et faux-semblants d’une politique publique. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/121260>. ISBN : 9782753566552.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Journée nationale de la mère et de l’enfant," in La recherche comme une aventure, 15/08/2020, https://laventure.hypotheses.org/1850.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search