Le Planning familial aux AD des Côtes d’Armor

Fonds 1127W25 des AD des Côtes-d’Armor.

 

Mais que trouve t-on aux Archives départementales des Côtes d’Armor sur le Planning familial (MFPF)? Ce billet de blog vous donne un aperçu et une transcription partielle des archives découvertes. Bonne lecture!

 

Dans une lettre du préfet des Côtes-du-Nord adressée à « Madame le Ministre délégué auprès du Premier Ministre, Ministre des droits de la femme » du 14 octobre 1981, 4 groupes du MFPF sont recensés dans le département : Saint-Brieuc, Dinan, Loudéac, Paimpol[1]. La consultation du cahier des permanences conservé au Planning familial à Saint-Brieuc m’a permis de trouver trace d’autres groupes comme Guingamp ou Lannion, dont les permanences ont été fermées avant 1981.  Entre le 1er décembre 1966 et le 31 octobre 1967, 668 adhérent.e.s sont recensé.e.s dans les Côtes du nord dont 292 à Guingamp, 296 à St-Brieuc, 59 à Lannion et 24 à Rostrenen. L’histoire du Planning familial des Côtes-du-Nord n’est pas linéaire et des permanences apparaissent là où des militant.e.s ont pu s’organiser à la fois en lien avec les autres groupes, mais aussi dans une certaine autonomie selon le temps et les moyens des militant.e.s.

 

Lettre du MFPF du département au préfet des Côtes-du-Nord (1978) [2] :

Nous avons déjà eu l’occasion de manifester notre inquiétude devant l’application insuffisante, voire la non application de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse en Bretagne et tout particulièrement dans les Côtes-du-Nord : certains entretiens de consultation sociale nous permettent d’affirmer qu’au Centre de Planification de Saint-Brieuc, la loi n’est pas respectée : certaines femmes, remplissant les conditions légales, n’ont pas pu être acceptées, faute de place.

Madame le Ministre de la santé a cependant répondu, à une question écrite posée à ce sujet, que dans notre région, au moins 4 à 5 établissements publics ou privés par département pratiquaient des I.V.G., et qu’il n’y avait pas lieu d’envisager une intervention dans ce sens !

Dans les Côtes-du-Nord deux établissements seulement : le Centre de Planification de Saint-Brieuc et celui de Dinan appliqueraient la loi.

Il est urgent, à notre avis, de trouver une solution locale, dans la mesure où le Chef de service de la Maternité, directeur du centre de Planification de Saint-Brieuc, avait lui-même insisté sur la nécessité de mettre en place une structure d’accueil plus large permettant de faire aux besoins : nous savons, en effet, que jusqu’en septembre 1977 environ 100 I.V.G. se faisaient à Saint-Brieuc, tous les mois, au centre hospitalier ; actuellement, le centre de Planification en pratiquerait 50 par mois au maximum.

Quant à nous, militants du M.F.P.F., nous ne pouvons tolérer que des femmes ne puissent obtenir l’application de la loi ni le respect de leurs droits et nous n’hésiterons pas à nous mobiliser si une solution rapide n’était pas trouvée.

 

 

Réponse du préfet des Côtes-du-Nord à la présidente du MFPF du département au sujet de la non-application de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (1978) [3] :

Vous avez appelé mon attention sur la non-application de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse dans les Côtes-du-Nord.

Je tiens à vous préciser qu’actuellement les personnes en situation de détresse visée par l’article L162-1 de la loi du 17 janvier 1975 sont reçues dans les six centres Hospitaliers des Côtes-du-Nord (Saint-Brieuc, Dinan, Lannion, Guingamp, Tréguier et Paimpol) d’une part et dans certaines cliniques privées des principaux centres du département d’autre part.

En janvier 1978, on a dénombré 121 interruptions volontaires de grossesse dans le département, 107 en février, 75 en mars et 149 en avril.

La Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales s’efforce, pour sa part, d’accélérer les demandes d’admission en milieu hospitalier public.

Pour l’année 1977, elle a accordé 223 prises en charge (partielles ou totales) pour venir en aide aux femmes présentant une situation de détresse particulière.

 

Lettre du préfet des Côtes-du-Nord à l’ambassadrice de France au Luxembourg sur l’IVG dans les Côtes-du-Nord et les activités du MFPF (1978) [4]. Cette lettre reprend des éléments statistiques de la correspondance mentionnée ci-avant et donne quelques chiffres supplémentaires :

– Nombre d’IVG en octobre 1977 : 63 à Saint-Brieuc, 24 à Dinan, 2 à Lannion, 20 à Tréguier, 7 à Guingamp

– Chiffres de la natalité : 8 406 naissances en 1970, 7 725 en 1974 et 6 653 en 1976.

Quant aux activités du MFPF dans le département, voici ce que dit cette correspondance :

Comme vous le savez, le Mouvement Français pour le Planning Familial est un établissement d’information disposant d’une association départementale dans le département. Celle-ci a été déclarée à la Commission Régionale pour le contrôle des conditions de fonctionnement des établissements d’information, de consultation ou de conseil familial qui, dans sa séance tenue à Rennes le 6 novembre 1973 a reconnu, en outre, l’aptitude et la formation de ses personnels techniques.

Depuis cette date, cinq permanences ont été déclarées, pour le département, lors des réunions de la Commission Régionales, dont celle de Loudéac.

La permanence du Planning familial de Loudéac est ouverte chaque mercredi de 14h à 15h et chaque vendredi de 18h à 19h, rue Pasteur. Elle occupe sous la présidence de Mme […], infirmière diplômée, quatre personnes qui dispensent bénévolement conseils et informations.

L’essentiel de l’action du centre porte sur la pratique de la régulation des naissances et les méthodes contraceptives. Des journées d’information sont par ailleurs organisées en ville ainsi que des débats publics – tous les mois environ.

La permanence du Planning familial de Loudéac reçoit en moyenne une quinzaine de personnes par mois.

 

Dans une lettre adressée en 1978 au Chef de service régional des Affaires sanitaires et Sociales, le directeur départemental émet des réserves sur le financement des activités du MFPF suite à la distribution d’un tract à Dinan « dont la lecture se passe de commentaire »[5]. Ce tract est une BD de 3 pages intitulée « Images de vie ».

Voici le texte (en couleur bordeaux les didascalies et en encadré des éléments de description des images; les parties entre crochets sont les parties que je n’ai pas réussi à lire car les textes sont effacés) :

Déjà, bébés, les berceaux sont différents. […], gosses, tout nous est caché, mais les parents nous disent :

« Nanard ne pleure pas comme une fille »

« Hé, Cécèle, dis don’ t’as pas d’quéquette toi ! »

« Peu ! Quel innocent ! »

[Une fille et un garçon sont nus et font pipi, un marchand de glace crie et deux bébés dans un berceau se font un bisou]

« Peuvent pas faire ces cochonneries ailleurs ! c’pas honteux devant ces gosses voyous ! »

Toi, Cécèle, t’es une fille, fais ça. Toi, Nanard, t’es un gars, fais ça

[une jeune femme et une femme plus âgée sont dans une cuisine]

« Françoise ! Mets le […] ton père aime ça ! dépêche toi ! »

« Ah, comme j’aimerais avoir un homme […] le cajoler, le câliner, lui faire gouzigouzi »

[Un jeune homme et un homme plus âgé jouent au foot]

« Oh fiston ! Les bonnes femmes ont mis la table. On va se faire engueuler ! »

« Rie, l’père ! Regarde Platini dans ces œuvres »

Adolescents, ça y est l’éducation est faite, la fille à la vaisselle, le garçon au foot, et quand on part se balader, allez hop ! Mais ce n’est pas le même pour Nanard et moi alors forcément, attention aux yeux quand un accident arrive à la fille. Pas d’cadeaux ! et puis ça continue, la différence s’accentue, s’accentue toujours.

« Nanard, ne drague pas trop, attention aux accidents »

« Françoise, toi surtout ne fait pas de bêtises »

« Enceinte à ton âge ! Jamais, jamais elle ne remettra les pieds ici ! »

« Dehors, salope. Tu déshonores notre sainte famille garce ! »

[Cécèle est mise à la porte et Nanard s’en va]

« Vous m’emmerdez avec vos conneries… Moi, j’me tire au stade. »

« Mais qu’est-ce que je vais faire ?… enceinte… gosse !… me tuer, me tuer, ME TUER !?? suis foutue… plus rien… rien, rien, RIEN ! »

[Le dessin est ensuite difficilement lisible. Cécèle semble perdue, en très mauvaise santé, elle frappe à une porte. Puis elle tient le bras d’un homme qui frappe à son tour une porte.]

Le tract donne des informations sur le groupe femmes de Dinan qui se présente comme un espace de parole pour « […] réfléchir sur la place de la femme dans la société, décider et dénoncer ce que nous subissons tous les jours et qui ne correspond pas à nos désirs […] (qui sont souvent ignorés) », le MFPF et le Centre de planification.

Le directeur départemental des Affaires Sanitaires et Sociales reproche notamment au tract d’entretenir la confusion entre le MFPF et le Centre de planification. Pourtant, il y a bien une présentation complète des deux organismes et une séparation nette marquée par un trait continu sur le tract… C’est plutôt la familiarité du texte et du dessin qui a dû surprendre le directeur de la DASS et le conduire à demander une baisse de subvention pour le MFPF.

 

Une note de 1978 du directeur départemental des Affaires Sanitaires et Sociales au préfet des Côtes-du-Nord [6] nous apprend que le MFPF des Côtes-du-Nord reçoit, depuis la circulaire du 24 février 1977, une subvention du Ministère de la santé et de la Sécurité Sociale pour ses activités de conseil conjugal et familial. Le MFPF participe à la Commission Régionale qui « contrôle les conditions de fonctionnement, de l’aptitude et de la formation des personnels techniques exerçant des activités d’information, de consultation ou de conseil ». Les activités du MFPF ont été limitées en 1977 au sein de cette commission suite à la refonte de celle-ci. Inquiète de cette limitation et craignant une baisse de subvention, la présidente du MFPF des Côtes-du-Nord a écrit au directeur de la DASS pour en connaître les raisons. Celui-ci justifie cette situation par le fait que la présidente du MFPF des Côtes-du-Nord ne serait pas reconnue comme telle par les services de la DASS de Rennes et qu’il y aurait scission entre Lannion et Loudéac.

Les différentes correspondances du fonds 1127W25 en rapport avec Le MFPF des Côtes-du-Nord et le directeur départementale de la DASS témoignent d’une relation « tendue » entre les deux organismes.

Cet article est complémentaire de celui-ci.

[1] Préfet des Côtes-du-Nord, correspondance destinée au ministre des droits de la femme, 14 octobre 1981 – AD des Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

[2] MFPF des Côtes-du-Nord, correspondance destinée Préfet des Côtes-du-Nord, 24 mars 1978 – AD des Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

[3] Préfet des Côtes-du-Nord, correspondance destinée à la présidente du MFPF des Côtes-du-Nord, 7 juin 1978 – AD des Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

[4] Préfet des Côtes-du-Nord, correspondance destinée à l’ambassadrice de France au Luxembourg, 1er février 1978 – AD des Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

[5] Directeur départemental des Affaires sanitaires et Sociales, correspondance destinée au chef de service régionale des Affaires sanitaires et Sociales, 1er juin 1978 – AD des Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

[6] Directeur départemental des Affaires sanitaires et Sociales, correspondance destinée au préfet des Côtes-du-Nord, 25 janvier 1978 – AD des Cotes-d’Armor, fonds 1127W25

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Le Planning familial aux AD des Côtes d’Armor," in La recherche comme une aventure, 15/08/2020, https://laventure.hypotheses.org/1871.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/09/2020

    […] 1127W25 Le Planning familial aux AD des Côtes d’Armor […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search