Manifestation et contre-manifestation à Dinan

Fonds 1127W25 des AD des Côtes-d’Armor.

Le fonds 1127W25 contient plusieurs rapports de la Direction centrale des renseignements généraux qui relatent les assises régionales du mouvement « Laissez-les-vivre » du 29 octobre 1978 à Dinan et les réactions féministes, syndicales et de la gauche qui ont suivies, notamment la rencontre régionale féministe du 2 décembre 1978.

Un premier rapport du 30 octobre 1978[1] décrit les assises régionales du mouvement « Laissez-les-vivre » opposé à toute pratique d’avortement. Elles auraient accueillis au Théâtre des Jacobins, de 10h à 18h, 400 participant.e.s venant des Côtes-du-Nord, mais aussi de Mayenne et d’Ille-et-Vilaine. Parmi les participant.e.s « de nombreux membres du Clergé, de mouvements religieux et d’associations de parents d’élèves des écoles libres », mais aussi « une dizaine de militantes du Mouvement pour la liberté d’avorter et pour la contraception (M.L.A.C.), du Planning familial et du Groupe Femmes » qui ne sont pas intervenues dans le débat. Trois parlementaires ont été invités : M. Couepel (Centre des démocrates sociaux, député de la 1ère circonscription des Côtes-du-Nord), M. De Gastines (Rassemblement pour la République, député de la 2e circonscription de la Mayenne) et M. Lemarie (sénateur, maire de Caulnes). Sans parler de contradicteurs, M. Lemarie, mais surtout M. Couepel, ont eu un discours nuancé et n’ont pas condamné la loi Veil contrairement à M. De Gastines. Comment la situation est-elle perçue par les militant.e.s de Laissez-les-Vivre ? Le rapport décrit les critiques émises par ces militant.e.s vis-à-vis de cette loi : « les divers responsables du mouvement, pour leur part, ont fait le procès de la loi sur l’avortement et vivement critiqué le Ministre de la santé, en particulier, et le Gouvernement sur la politique de la famille. Ils ont longuement souligné les conséquences néfastes de cette loi sur le plan démographique et sur le plan moral (clause de conscience bafouée, violence, etc…). Tout en s’opposant à la fois au « Libéralisme » et au marxisme, entreprises de démolition de la famille, ils ont prôné « l’effort et l’optimisme » face au pessimisme, à la propagande, à l’abrutissement entretenu et encouragé par les mass-media (phénomène « disco » – « Punks » etc…). A cet égard, la plupart des exposés et témoignages ont surtout fait appel à la sensibilité des participants : les orateurs ont cherché, pour l’essentiel, à émouvoir. »

La veille de ces assises régionales, une cinquantaine de militant.e.s du MLAC, du Planning familial, des membres de la LCR venu.e.s de Rennes ont manifesté dans les rues de Dinan. Le jour même, une conférence de presse s’est tenue à Saint-Brieuc réunissant des membres du Planning familial, du Groupe Femmes, des partis politiques de gauche (PS, PSU et UDB, PCF) des organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, SGEN-CFDT), de la Ligue des droits de l’Homme et du Comité Local d’Information Nucléaire (CLIN). Une déclaration commune a été rédigée pour dénoncer les manœuvres du mouvement « Laissez-les-Vivre », affirmer « Le droit des femmes à disposer de leurs corps dans le libre choix d’interrompre une grossesse non désirée » et demander la pérennisation de la loi Veil ainsi qu’une prise en charge des IVG par la Sécurité sociale.

 

Un deuxième rapport annonce l’organisation d’une rencontre régionale du Planning familial, du Groupe Femmes et de syndicats le 2 décembre 1978[2] pour « contre-argumenter » face aux militant.e.s du mouvement « Laissez-les-Vivre ». Cette rencontre serait intitulée « Un enfant si je veux, quand je veux ». Elle serait l’occasion de projeter le film « gai, gai marions-nous ! », « Si ça continue, faudra que ça cesse » et « le Travail des femmes » et de tenir une permanence sur la contraception tout un après-midi. Le rapport explique que « les responsables de cette journée de rencontre, ouvert à tous, souhaitent qu’elle ne soit pas troublée par les tenants du Mouvement « Laissez-les-Vivre », soulignant qu’eux-mêmes ont observé une position de réserve lors des assises de ce mouvement ». Le temps n’est alors pas à la perturbation des débats, mais à l’organisation d’un contre-débat.

Un troisième rapport de la Direction centrale des renseignements généraux du 4 décembre 1978[3], détaille la rencontre régionale du 2 décembre 1978 à Dinan qui aurait rassemblé 250 personnes. Plusieurs soutiens sont recensés parmi les partis politiques et syndicats de gauche dont la Ligue communiste révolutionnaire et le président du Conseil général des Côtes-du-Nord et ancien député. Cette rencontre s’est tenue au Centre Social, de 15h à 19h, dans plusieurs salles dans lesquelles les participant.e.s pouvaient consulter des livres, visiter une exposition de panneaux, assister à des projections de films et diapositives. Il y avait également un stand de vente de montres LIP avec distribution de tracts signés « les travailleurs et la Section C.F.D.T. de LIP ». Le film « Le temps de l’avant »[4] (sur le thème de l’avortement) a été projeté et a été suivi d’un débat sur, notamment, la Loi Veil et son application. D’après ce rapport, la « grande majorité de l’assistance [en provenance des Côtes-du-Nord et des départements limitrophes] était composée de jeunes femmes et jeunes filles, de 17 à 25 ans »  et paraissait acquise à la cause. Les thèmes abordés pendant le débat mais aussi dans les différentes salles ont été nombreux : conditions de vie et de travail des femmes, problèmes du couple dans le mariage, viol, adolescence et sexualité, contraception et avortement. Il était possible de prendre conseil auprès des militant.e.s du Planning familial présent.e.s.

 

En bonus, un extrait d’une lettre datée du 29 octobre 1982, écrite par un jeune homme de 18 ans au Commissaire de la République [5].

Monsieur le Commissaire de la République, je viens d’avoir 18 ans, aussi, je me permets de dire : Alerte, des assassins circulent librement sous couvert de la loi : les avortées, les avorteurs…

« assassins » ? Oui assassins : ils arguent la « nécessité matérielle » (dont aucune confirmation n’est demandée avant l’avortement ??…). Mais envisageons un ménage ayant douze enfants, vivant dans l’aisance puis accidentellement se trouvent sur « la paille » ; pour moi la logique de la loi sur l’IVG permet à ce couple, par « nécessité matérielle », de supprimer quelques enfants en toute impunité.

Avouerez-vous, face au public, que l’avortement n’est qu’un meurtre facilité par la faiblesse de la victime ?

Les Français sont encore sages : ils ne poussent pas la logique de cette loi, mais jusqu’à quand ?

Cette lettre n’a pas pour but, malheureusement, de faire « tomber » cette loi mais je désirais la faire avant de dévoiler une logique bien néfaste à l’avenir démographique de la France.

Merci de me dire si je fais fausse route et surtout, pourquoi ?

Cet article est complémentaire de celui-ci.

 

[1] Direction centrale des renseignements généraux, « Planning familial », 30 octobre 1978 – AD des Côtes d’Armor, fonds 1127W25

[2] Direction centrale des renseignements généraux, « Planning familial », 28 novembre 1978 – AD des Côtes d’Armor, fonds 1127W25

[3] Direction centrale des renseignements généraux, « Planning familial », 4 décembre 1978 – AD des Côtes d’Armor, fonds 1127W25

[4] Anne Claire Poirier, « Le temps de l’avant », film québécois d’1h27, 1975, consultable en ligne sur le site de l’ONF-NFB (National Film Board of Canada) : https://www.nfb.ca/film/temps_de_lavant/

[5] Lettre datée du 29 octobre 1982, écrite par un jeune homme de 18 ans au Commissaire de la République – AD des Côtes d’Armor, fonds 1127W25

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Manifestation et contre-manifestation à Dinan," in La recherche comme une aventure, 16/08/2020, https://laventure.hypotheses.org/1895.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/09/2020

    […] 1127W25 – Manifestation et contre-manifestation à Dinan […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search