Fédération Syndicale des Femmes Chefs de Famille du Finistère

Fonds 17W1 des Archives municipales de Brest

La Fédération Syndicale des Femmes Chefs de Famille est issue de la Confédération Syndicale des Familles (CSF), elle-même héritière des mouvements de jeunesse catholiques d’avant-guerre de tendance réformiste et socialiste. Apparue en tant que commission « Femmes Chefs de famille de la CFS en 1963, à partir de 1982, les militantes rejettent l’appellation de « Femmes Chefs de famille » pour adopter celle de famille monoparentale. Pendant cette période allant de 1963 à 1982, les militantes œuvrent pour une évolution du droit de la famille. Les premières commissions à l’ouest sont implantées à Rennes et Angers. Les militantes se réclament non d’un mouvement de femmes ou d’un mouvement féministe, mais comme mouvement familial. Elles sont maternalistes, revendiquent une rémunération des mères et défendent l’institution familiale.[1]

 

Plusieurs documents se trouvent dans le fonds 17W1 des archives municipales de Brest :

  • Un courrier du maire de la ville de Brest annonçant la subvention allouée à l’association pour l’année 1979
  • Bilan financier de 1978
  • Rapport d’activité de 1978
  • Rapport d’activité de 1976-1977

 

Que nous disent ces sources ?

La Fédération Syndicale des Femmes Chefs de Famille du Finistère est une association Loi 1901 qui se compose de l’association de Brest, de Morlaix et d’une section à Quimper.

Le 11 mai 1979, l’adjoint-délégué du maire de Brest, J. M. Garrigou-Lagrange informe que la FSFCF bénéficie, pour l’année 1979, d’une subvention de 750 Fr.

Le bilan financier de 1978 ne montre pas de subvention de la ville de Brest, mais de celles de Morlaix, Plougastel, Quimper, St-Renan. Deux subventions importantes ont été accordées, cette année-là, par la Caisse d’allocations familiales (1800 Fr. ) et la/le « CG » (2000 Fr.). Ce bilan annonce 3 579 adhérentes pour une participation de 1 160,80 Fr.

La FSFCF joue parfois un rôle de conseil auprès des mairies ou d’associations. Elles ont, par exemple, été consultées par la mairie de Brest pour l’implantation d’une crèche dans le quartier de Pen ar Créach à Pontanézen (quartier nord-est de Brest). Elles ont fait des propositions, avec l’Association syndicale des familles, pour les garderies dans les écoles avant et après les heures de classes. Elles alertent les pouvoirs publics avec des courriers et réclament, notamment, la création d’un centre d’accueil et d’hébergement pour femmes en difficultés. Elles sont intervenues auprès des résidentes de la Maison maternelle de Brest pour les aider à faire entendre leurs besoins et les problèmes que posent la transformation de la Maison maternelle en maternité annexée au Centre hospitalier régional de Brest. Elles tiennent également des permanences, tous les lundis à Brest et à Morlaix en 1976-1977 (il n’y a pas d’informations relatives à la période 1978-1979).

Les journées d’études constituaient un poste de dépense important. Ces journées d’études font intervenir des personnes extérieures à l’association. Le 30 janvier 1977, une psychologue est venue animer une réflexion autour de la question suivante : « Nous vivons seules ; quelle est l’attitude des familles complètes à notre égard ? ». 45 adultes et 30 enfants ont participé à cette journée. Le 13 octobre de la même année, le thème portait sur les loisirs des enfants.

Enfin, elles organisent des journées détente dans la région, Landévennec et Tréompan en 1977, à Huelgoat en 1978.

Elles se rendent aux assemblées générales de la Confédération syndicale des familles et de l’UDAF (Union départementale des associations familiales). Elles ont participé au congrès de l’Union départementale de la CSF (Confédération Syndicale des Familles) à Lorient du 14 au 16 mai 1978 et aux journées Nationales de la FSFCS sur « Equilibre de la femme dans son rôle de mère seule » les 17 et 18 juin 1978 à Paris.


[1]
Sur la FSFCF : Fiona Friedli, « Redéfinir la famille pour en faire partie. Les mobilisations des « Femmes Chefs de famille » (France, 1963-1982) », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 10 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2337

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Fédération Syndicale des Femmes Chefs de Famille du Finistère," in La recherche comme une aventure, 01/09/2020, https://laventure.hypotheses.org/1911.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search