L’avortement en question au Mans en 1973

Fonds 408W500 des Archives du Mans

Je tiens à remercier ici Pauline Renard, archiviste, qui m’a envoyé une copie numérique des documents du fonds 408W500, inaccessibles du fait de la fermeture des Archives du Mans à cause de la pandémie de Covid-19. Je remercie également Nadia Le Gal, responsables des Archives du Mans qui m’a autorisée à diffuser des images de ces documents d’archives.

Le fonds 408W500 des Archives du Mans contient de nombreuses archives relatives à la Grande Conférence du Maine sur « Contraception ou avortement ? » du 9 novembre 1973 : des coupures de presse du Maine Libre et de Ouest France, des communiqués de l’Académie du Maine, une affiche, la convention de location du Théâtre municipal du Mans, un plan du théâtre avec la répartition des personnes inscrites et la commande de tirage pour les affiches. L’Académie du Maine organise depuis 1963 des rencontres appelées « les Grandes Conférences du Maine » et qui ont pour objectif de faire connaître et de débattre de sujets d’actualité en présence de spécialistes et personnalités diverses. Le fonds témoigne d’un envoi régulier de communiqués à la presse pour s’assurer de la bonne diffusion de l’information. Trois conférences ont été annoncées dans un communiqué de novembre 1973[1] : « Contraception ou avortement ? » le 9 novembre, « des prêtres, pour quoi faire ? » le 14 décembre et « L’éducation sexuelle à l’école » le 1er mars 1974.

Un deuxième communiqué[2] est envoyé le 6 novembre pour présenter la conférence « Contraception ou avortement, ». Celle-ci porte sur un sujet d’actualité fondamental  : « devant un monde dont l’indice démographique croît d’une façon inquiétante en regard des ressources alimentaires connues, le désir de mieux-être partagé par les sociétés occidentales, leur souci de produire une descendance puissamment éduquée et maîtresse de son destin, face à la libération des mœurs, à une volonté d’épanouissement sexuel, voire de radicale libération érotique, cette question n’arrive-t-elle pas parmi les premières que nous nous posons ? », qui pose une série de questions clivantes :

  • « Quelle est la justification des textes légaux si, dans la réalité, ils ne réglementent plus les mœurs et la conduite ? »
  • « Pourquoi la femme, qui supporte, la grossesse, l’accouchement, porte la responsabilité majeure des soins physiques et affectifs de l’enfant, se dérobe-t-elle parfois ? Est-elle seule ? Démunie ? Désarmée ? Se peut-il qu’elle aboutisse à l’avortement devant une situation accablante ou inextricable ? de fardeau, la mise au monde pourrait-elle se transformer en joie et épanouissement si la future mère pouvait trouver, toujours, les conditions favorables à la maternité, si elle pouvait enfanter selon son désir, c’est-à-dire choisir ? »
  • « L’avortement est-il ou n’est-il pas un meurtre précoce ? », « L’avortement est-il suppression de la vie ? »
  • « Comment répondre à cette question fondamentale autrement que par toutes les acquisitions de la génétique moderne, par l’exposition scientifique, solide du processus de la gestation ? »
  • « Et que devient notre conception de l’ETRE face à cette décision, de l’être en majuscule, telles que nos philosophies et nos métaphysiques l’on approché ou défini ? »
  • « Comment l’acte de donner la vie ou de la refuser se pose-t-il à la conscience, même quotidienne, la conscience confrontée aux difficultés de l’existence ? »

Un dernier communiqué est envoyé [3] et résume l’enjeu du débat en deux questions :

  • Pour l’avortement contrôlé, libre ou contre l’interruption volontaire de grossesse ?
  • Pour l’information, la connaissance complète des moyens de contraception, leur vente inconditionnelle ou leur délivrance minutieuse, réservée à certains cas bien répertoriés ?

Il promet du « spectacle » avec une scène (le Théâtre municipal du Mans), des invité.e.s exceptionnel.le.s (« Mais une grande part de l’intérêt de cette soirée tiendra dans la qualité des deux « locomotives » : Maître Gisèle Halimi et le Docteur Emile Hervet »), du suspens et du mystère (« On croît tout savoir de Maître Halimi et on méconnaît pourtant beaucoup de ses actions et de ses prises de positions »), une bataille inoubliable (« Il est maintenant certain que la confrontation de ces deux personnalités sera marquante et, surtout, extrêmement enrichissante ») et une foule attendue de specteurs.rices (« Pour cette conférence-débat qui doit attirer un nombreux public […] »).

Ces communiqués ont été repris quasiment tels quels par la presse. Le deuxième, celui du 6 novembre 1973, plus nuancé, a été publié par Le Maine libre tandis que celui du 8 novembre, plus dramatique et élogieux vis-à-vis des intervenant.e.s, a été publié par le Ouest France. Les portraits ci-après sont tirés du communiqué du 8 novembre 1973.

Portrait de Gisèle Halimi

« Née en Tunisie, Gisèle Halimi est licenciée en droit et titulaire de deux certificats de philosophie à 19 ans… Elle défend aussitôt des membres du Néo-Destour et des syndicalistes tunisiens. Le drame algérien la voit plaider à Paris en faveur de certains militants du Front National de Libération, ce qui lui vaut détenue durant plusieurs semaines lors de l’affaire d’Alger, en 1958, par des éléments militaires incontrôlés. Elle tient le rôle d’observateur international aux procès politiques qui ont lieu à Rabat, Barcelone, Athènes, Bruges et préside la commission d’enquête du fameux Tribunal Russel avocat de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir, elle publie plusieurs ouvrages et fonds avec Jean Rostand et Delphine Seyrig, l’association « Choisir » qui, justement, a pour but la liberté de la contraception et l’abrogation de la loi actuelle sur l’avortement… Et pour témoigner que cette action n’a rien d’abstrait, madame Halimi rappelle qu’elle est mère de trois enfants. »

 

Portrait d’Emile Hervet

« Le Professeur agrégé Emile Hervet a également trois enfants. Son métier de médecin, sa qualité de Chef de clinique à la Faculté de Médecine de Paris, sa spécialité : la chirurgie gynécologique et obstétricale le place au tout premier plan des scientifiques et praticiens de la génétique. L’enseignement qu’il assume à la Faculté lui a gagné des admirations ferventes et il n’est pas une question qu’il traite des graves problèmes posés par la gestation qu’il n’ait abordé dans ses nombreux ouvrages. C’est parce qu’il est médecin au sens complet du terme, c’est-à-dire en prenant scrupuleusement soin des intérêts physiologiques, affectifs et mentaux du malade, en prévoyant sa réinsertion sociale que le témoignage du Professeur Hervet a la portée que l’on connaît… ».

Le fonds 408W500 ne contient qu’un seul article de presse faisant mention de l’événement après qu’il ait eu lieu[4]. Il s’agit d’une coupure de presse extraite d’un journal dont le titre n’apparaît pas et qui date du 12 novembre 1973. Le débat y est qualifié de « passionné » mais déplore la trop grande vivacité des passions et le non-respect des convictions d’autrui. Le réquisitoire de Gisèle Halimi se résume en un mot : choisir. Elle a notamment pris position contre la loi de 1920. Emile Hervet a rappelé les oppositions vives au sein de la communauté des médecins et plaide pour la légalisation de l’avortement sauf pour des raisons sociales et le respect de la clause de conscience.

 

La Grande Conférence du Maine « Contraception ou avortement ? » a été précédée, au début d’octobre 1973 au Centre Monthéard, par une rencontre entre médecins et chrétiens pour parler d’avortement. Deux intervenants ont conduit les échanges : le Père Roger Heckel et le professeur Jérôme Lejeune.

Voici les positions de l’Eglise que rappelle le Père Roger Heckel[5] : la liberté des femmes ne peut pas s’affirmer en « tuant une vie humaine commencée », l’avortement est un meurtre, la plupart des avortements ne sont pas glorieux et ne relèvent pas de situations tragiques, le médecin ne peut pas se dérober devant certaines détresses, mais doit respecter des limites, l’embryon est un être humain. « Sur le problème de l’avortement dans tous les pays, il y a unanimité absolue des épiscopats ; la fidélité à l’Evangile du salut est en cause. Les hommes de notre temps ont besoin d’être sauvés, les femmes aussi, mais surtout les plus faibles, les plus petits. »

Jérôme Lejeune a, quant à lui, fait un long exposé sur l’ADN pour démontrer que l’être humain existe dès le moment de la fécondation[6] : « Ce n’est donc pas l’éducation ni la société qui font l’homme, lui donnent une âme. Dès le début de son existence embryonnaire il est constitué homme. Il va seulement devenir de plus en plus homme. »

[1] Communiqué émanant de l’organisation des Grandes conférences du Maine, adressé à la presse, date probable : 1er novembre 1973 – Archives du Mans, fonds 408W500

[2] Communiqué émanant de l’organisation des Grandes conférences du Maine, adressé à la presse, date probable : 6 novembre 1973 – Archives du Mans, fonds 408W500

[3] Communiqué émanant de l’organisation des Grandes conférences du Maine, adressé au Maine Libre et à Ouest France, date probable : 8 novembre 1973 – Archives du Mans, fonds 408W500

[4] Coupure de presse, « « Avortement ou Contraception » un débat passionné », 12 novembre 1973, journal non identifié – Archives du Mans, fonds 408W500

[5] Coupure de presse, « Des chrétiens devant l’avortement », 10 octobre 1973, journal non identifié – Archives du Mans, fonds 408W500

[6] Coupure de presse, « Des chrétiens devant l’avortement. L’exposé du professeur Lejeune directeur de la génétique fondamentale », Le Maine Libre, 11 octobre 1973– Archives du Mans, fonds 408W500


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search