Pour ou contre un MLAC à Nantes ?

Fonds 275J86 Philippe le Pichon et fonds 1764W40 des AD de Loire Atlantique.

Le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception) est une association de type loi 1901, créée en avril 1973 et dissoute en février 1975 après le vote de loi Veil autorisant l’IVG. Il regroupe de nombreuses organisations et individu.e.s rassemblé.e.s dans des sections présentes sur l’ensemble du territoire français.

A l’été 1974, un « Tour de France » est organisé par le MLAC. Il part du camp de Canjuers (dans le Var) le 14 juillet, passe par Romans en soutien à une grève de femmes dans une usine de chaussures, par Besançon en soutien aux salariés de Lip et se termine le 16 août sur le plateau du Larzac[1]. Le 16 juillet, le commissaire divisionnaire de Nantes reçoit un télégramme du Ministère de l’intérieur à propos de ce Tour de France :

« AUTOCAR TRANSPORTANT MILITANTS MOUVEMENT POUR LIBERTE AVORTEMENT EFFECTUERA CIRCUIT A TRAVERS LA France DU 12 JUILLET AU 16 AOUT ;

PRIERE REFUSER TOUTE AUTORISATION UTILISATION HAUT-PARLEURS MONTES SUR CET AUTOCAR ;

SIGNALER TOUTES INFRACTIONS AU PARQUET AUX FINS POURSUITES SUR BASE VOTRE ARRETE INTERDISANT HAUT-PARLEURS SUR VOIE PUBLIQUE »[2].

 

 

La section nantaise du MLAC est créée quelques mois avant ce Tour de France, en octobre 1973. Elle se présente ainsi dans un tract :

Création d’une section nantaise du MLAC[3]

Le M.L.A.C (Mouvement pour la liberté de l’Avortement et de la Contraception) a été fondé par les organisations suivantes au niveau national :

Planning familial, CFDT, PS, PSU, Ligue Communiste, Lutte Ouvrière, Alliance Marxiste Révolutionnaire, Centres d’Initiative Communiste, MLF, Révolution, Cause du Peuple, Confédération Nationale des Associations Populaires Familiales, Confédération des Associations Familiales Laïques, Mutuelle Nationale des Etudiants de France.

Ses buts sont :

1° de lutter pour que les femmes et les hommes puissent vivre pleinement leur sexualité

2° de lutter contre l’avortement clandestin, ses causes sociales et culturelles et ses conséquences

3° de lutter pour une large diffusion de l’information sur notamment les problèmes de la contraception et de la procréation

4° de lutter pour la réalisation des conditions économiques, sociales et culturelles nécessaires au libre choix

5° de promouvoir les conditions et les moyens nécessaires à la réalisation de ces objectifs

(Article 2 des statuts du MLAC)

POURQUOI UNE SECTION NANTAISE DU MLAC

Toutes les organisations créées à Nantes sur ces problèmes ont un point commun : leur recrutement, leur audience, leur propagande sont pratiquement limités aux milieux « intellectuels » (étudiants, enseignants, médecins…). Si l’on excepte un petit cercle d’initiés, l’activité de ces mouvements se réduit à résoudre en série des cas d’avortement et à étudier les avantages respectifs du diaphragme, du stérilet et de la pilule. Que demain une loi libérale à l’anglaise soit votée, ces groupes se trouveront coupés de tout ce qui fait pour l’instant leur raison d’exister.

La pratique de l’avortement, en soi, a une portée limitée : d’une part aider les femmes en difficultés : cette activité est de type caisse de secours mutuel, avec son utilité, et ses limites. D’autre part, l’avortement illégal permet d’affirmer notre refus d’accepter au moins sur ce point la loi que la bourgeoisie entend imposer au peuple ; mais ceci a une valeur avant tout symbolique : nos mouvements ne sont pas, et ne seront jamais dans les conditions actuelles, en mesure de pratiquer le million d’avortements que la France connaît chaque année.

Ce qui, dans la lutte sur les problèmes d’avortement et de contraception, peut avoir une portée révolutionnaire, c’est le fait que dans les milieux populaires, et en tout premier lieu la classe ouvrière, le débat soit porté sur les problèmes qui se rattachent à l’avortement et la contraception : l’organisation du travail, de l’habitat, de la famille ; le rôle du patronat, de l’Etat, de la loi… si un mouvement tel que le MLAC ne peut évidemment pas être l’instrument du renversement du capitalisme, il peut cependant jouer un rôle dans l’indispensable prise de conscience d’un certain nombre de mécanismes de notre société.

Vu la nature des groupes existant jusqu’ici à Nantes, nous ne pouvions faire ce travail en leur sein sans faire figure de désorganisateurs, de dissidents, de fractionnistes « politiques ». Le MLAC Nantais naît de cette impossibilité. Au sein du MLAC, vu la variété des mouvements représentés (syndicats, associations, organisations politiques réformistes ou révolutionnaires) il est possible de défendre son point de vue, de le mettre en application, sans pour autant rompre l’unité sur les revendications communes : avortement et contraception libres et gratuits.

C’est pourquoi nous invitons les organisations, courants et individus à rejoindre le MLAC pour clarifier la situation au niveau de la région de Nantes.

C’est également pourquoi nous nous déclarons prêts à collaborer pratiquement avec tous ceux qui, sans vouloir adhérer au MLAC, ont en commun avec lui certaines orientations et certains pratiques.

Nantes, le 17 octobre 1973

Pour prendre contact avec nous, écrivez-nous, en nous donnant le moyen de vous joindre, à  MLAC Librairie 71 29 rue Jean Jaurès 44000 Nantes

Le permanence du MLAC se tient à cette adresse tous les mardis de 18h30 à 19h

La création de la section nantaise du MLAC fait réagir des militant.e.s du GIS (Groupe Information santé) de Nantes. Le GIS est créé en 1972 et regroupe personnels de santé et militant.e.s de gauche. Des membres du GIS sont formés dès le début à la méthode Karman et pratiquent des centaines d’avortements par cette méthode. Le 3 février 1973, 331 médecins rendent public un manifeste dans lequel elles/ils déclarent pratiquer ou aider la pratique de l’avortement tout en s’engageant à y répondre devant la justice.

 

Le 6 février, le JT de 20h diffuse une interview de médecins signataires de ce manifeste et de Jérôme Lejeune, opposé à l’IVG. Ce journal télévisé est consultable en ligne sur l’INA.

 

 

Des membres du GIS de Nantes critiquent la création de la section nantaise du MLAC. Voici leur réponse :

Fini de rire ![4]

MLAC ? vous dites ?… j’épelle :

PlanningFamilialCFDTPSPSULigueCommunisteLutteOuvrièreAllianceMarxisteRévolutionnaireCentresd’InitiativeCommunisteMLF RévolutionCauseduPeupleConfédérationNationaledesAssociationsPopulairesFamilialesConfédérationdesAssociations FamilialesLaïquesMutuelleNationaldesEtudiantsdeFranceprout

1) Il y avait bien besoin de ça pour s’y retrouver ! en effet, tout le monde s’y retrouve… Dans le MLAC, comment faire la liaison entre tous ces problèmes « qui se rattachent à l‘avortement » : PSDT, CFU, MLdu Peuple, Cause Nationale des Etudiants de France, etc. Là on est convaincu de son utilité…

2) Ce qui est au contraire moins convaincant, c’est leur « programme commun » contre l’avortement, qui est à peu près celui de n’importe quel docteur Chauchard[5]. Relisons leurs statuts :

« 1° Lutter pour que les femmes et les hommes puissent vivre pleinement leur sexualité (poil aux nénés)

2° Lutter contre l’avortement clandestin, ses causes sociales et culturelles et ses conséquences (quoi de neuf ?)

3° Lutter pour une large diffusion de l’information sur notamment les problèmes de la contraception et de la procréation (toujours le mythe de l’Immaculée Contraception _ l’avortement c’est sale…)

4° Lutter pour la réalisation des conditions économiques, sociales et culturelles nécessaires au libre choix » (alors socialisme ou salaire maternel ?)

Soyons sérieux ! Qu’est-ce qui dans cet article, ne pourrait pas être signé par n’importe quel médecin de Loire-Atlantique ?

Tout ce qui les démarque ici (l’annonce publique de création d’une section nantaise du MLAC) de leurs ennemis « Laissez-les-Vivre », c’est le maintien, contre toute attente, du slogan : « avortement et contraception libres et gratuits ».

3) A quoi vont-ils servir alors, ils pensent simplement qu’on a besoin d’eux pour élever le débat et de leur politisation pour dépasser les limites d’une misérable pratique, qu’ils n’osent même pas nommer (qu’est-ce que « résoudre en série des cas d’avortement » oui, nous avortons). Ils sont donc les indispensables artisans de « l’indispensable prise de conscience » (on voit par là que ce ne sont pas des « intellectuels », puisque ce sont des artisans).

L’éducation des masses consiste avant tout à NE PAS PARLER DE L’AVORTEMENT (les ouvriers n’auraient pas l’habitude), mais traiter du « travail, de l’habitat, de la famille » (travail-famille-habitat, tiens, ça doit être la gauche).

En fait, ils en sont toujours à des problèmes de raccords : comment rattacher ce qu’ils arrivent à voir des nécessités issues de la transformation de rapports sociaux aux schémas et aux mobilisations habituelles (du Programme Commun[6] à la marche sur Besançon[7]) :

« Un million d’avortements pour le Vietnam ! »

« Fœtus – DEUG[8] – Larzac[9], même combat ! »

« Organisons la Libération du sexe, par quartiers, par étages ! »

« L’avortement à 60 ans – La retraite libre et gratuite ! »

« Batignoles[10]-gnoles-gnoles ! Contraception-tion-tion ! »

De toute façon, comme c’est parti, ça ne durera pas plus longtemps […].             

4) Comme ils l’expliquent eux-mêmes, « vu la variété des mouvements représentés » dans leurs rayons, on serait bien bêtes d’aller chercher ailleurs ce qu’on peut trouver à l’intérieur ; on est sûr d’y trouver son bonheur (ou alors, on est vraiment difficile). D’ailleurs, « il est possible de défendre son point de vue » sans risquer l’éclatement, nous explique-t-on ; bien sûr, puisque tout est joué au niveau national.

Laissez-les choisir, ce sont nos camarades !

5) Ceux qui pensent qu’une liberté pratique (avortement ou autre) n’est plus en question à l’avènement d’ « une loi libérale anglaise » ont quelle idée de la liberté ?

S’ils n’ont pas compris ce qu’il y a de passionnant dans l’appropriation d’une pratique, ils ne risquent pas de se vexer quand ils apprendront que les pratiques dont ils sont les maîtres, celles-là, nous n’avons pas envie de nous les approprier. Qui se les gardent !

L’assemblée générale pour la liberté d’avorter

(Texte proposé à la discussion par Gendron, Hélias, Savonnette, Garnier)

24 octobre 1973

[1] Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [Online], 18 | 2003, Online since 04 December 2006, connection on 01 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.624

[2] Copie télégramme du Ministère de l’Intérieur, 12 juillet 1974, transmis et signé par le commissaire divisionnaire de Nantes le 14 juillet – AD Loire Atlantique, fonds 1764W40

[3] Tract, « Création d’une section nantaise du MLAC », 17 octobre 1973 – AD Loire Atlantique, fonds 275J86 Philippe le Pichon

[4] Gendron, Hélias, Savonnette, Garnier « Fini de rire », tract, 24 octobre 1973, Nantes – AD Loire Atlantique, fonds 275J86 Philippe le Pichon

[5] Paul Chauchard est un médecin et écrivain français, premier président de Laissez-les-Vivre.

[6] Programme commun de gouvernement : signé le 27 juin 1972 par le Parti communiste français et le Parti socialiste, rejoints ensuite par le Mouvement des Radicaux de gauche, ce programme commun est un programme politique qui se caractérise par un engagement passé avec le peuple, un slogan et une promesse de changement démocratique.

[7] La marche sur Besançon est une marche de soutien au combat des ouvriers de LIP le 29 septembre 1973.

[8] Le DEUG (diplôme d’études universitaires générales) est un diplôme national de l’enseignement supérieur de niveau bac+2 créé en 1973.

[9] Je signale ici un article en ligne sur la place des femmes dans la lutte du Larzac dans la revue Sorcières, numéro 20, 1980 : https://femenrev.persee.fr/doc/sorci_0339-0705_1980_num_20_1_4732

[10] Fait référence à la lutte contre les licenciements de l’usine des Batignolles à Nantes

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Pour ou contre un MLAC à Nantes ?," in La recherche comme une aventure, 01/09/2020, https://laventure.hypotheses.org/1961.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 28/09/2020

    […] Pour ou contre un MLAC à Nantes ? […]

  2. 18/10/2020

    […] Pour ou contre un MLAC à Nantes ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search