Conférence de presse du MLAC de Saint-Brieuc, 6 avril 1974

Fonds 158J66 des Archives départementales des Côtes d’Armor.

 

Le 25 mars 1974, le MLAC de Saint-Brieuc se réunit pour organiser une conférence de presse qui aura lieu le 6 avril, date à laquelle la loi Veil doit être discutée à l’Assemblée nationale. La réunion se tient à la MJC (Maison des jeunes et de la culture) du Plateau pour décider d’une déclaration commune pour la légalisation et le remboursement de l’interruption volontaire de grossesse. Le décès du président Georges Pompidou bouleverse le calendrier parlementaire et le vote de la loi est repoussé au 26 novembre 1974[1]. La séance parlementaire du 26 novembre 1974 est intégralement retranscrite et accessible en ligne.[2] On peut lire, dans le discours de Simone Veil, qu’il n’est plus possible de fermer les yeux sur la situation de l’avortement en France : « Parce que la situation actuelle est mauvaise. Je dirai même qu’elle est déplorable et dramatique. Elle est mauvaise parce que la loi est ouvertement bafouée, pire même, ridiculisée. […] Lorsque des médecins, dans leurs cabinets, enfreignent la loi et le font connaître publiquement, lorsque les parquets, avant de poursuivre, sont invités à en référer à chaque cas au ministère de la justice, lorsque des services sociaux d’organismes publics fournissent à des femmes en détresse les renseignements susceptibles de faciliter une interruption de grossesse, lorsque, aux mêmes fins, sont organisés ouvertement et même par charter des voyages à l’étranger, alors je dis que nous sommes dans une situation de désordre et d’anarchie qui ne peut plus continuer. […] Parce que si des médecins, si des personnels sociaux, si même un certain nombre de citoyens participent à ces actions illégales, c’est bien qu’ils s’y sentent contraints ; en opposition parfois à leurs convictions personnelles, ils se trouvent confrontés à des situations de fait qu’ils ne peuvent méconnaître. Parce qu’en face d’une femme décidée à interrompre sa grossesse, ils savent qu’en refusant leur conseil et leur soutien ils la rejettent dans la solitude et l’angoisse d’un acte perpétré dans les pires conditions, qui risque de la laisser mutilée à jamais. » Elle fait notamment référence au « Manifeste des 331 », une pétition, parue dans le Nouvel observateur le 3 février 1973, signée par 331 médecins qui déclarent avoir pratiqué une IVG, voir « Pour ou contre un MLAC à Nantes ? »

Préparation de la conférence de presse du 6 avril 1974

 

« La loi sur l’avortement va être votée le 6 avril à l’Assemblée nationale. Seriez-vous d’accord pour participer à une conférence de presse sur le thème de la contraception et de l’avortement dans la semaine du 31 mars au 6 avril ?

Une réunion préalable pour préparer la conférence sera tenue le lundi 25 mars à Chasner salle n°1 à 18 heures.

Nous vous demandons de nous faire part de votre décision avant le 20 mars à l’adresse suivante :

MLAC MJC du Plateau

22000 Saint-Brieuc. »[3]

 

« Messieurs,

Suite à la réunion préparatoire quia eu lieu comme prévu le lundi 25 mars, une conférence de presse se tiendra le SAMEDI 6 avril 1974 à 15h à petite salle de Robien.

Nous vous rappelons que comme convenu, les organisations se retrouveront dès 14h, pour mettre au point les derniers détails.

Vous trouverez ci-joint le texte de déclaration commune dont nous avons discuté le 25 mars avec les organisations présentes.

Pour le MLAC [signature]

Participerez-vous à la conférence de presse ? OUI – NON

Si vous n’y participez pas, désirez-vous cependant être cités sur la base de la déclaration ci-jointe ? OUI – NON

Envoyez la réponse avant le vendredi 5 avril à :

MOUVEMENT pour la LIBERTE de l’AVORTEMENT et de la CONTRACEPTION

Maison des Jeunes et de la Culture du Plateau-Saint-Brieuc

Merci. »[4]

Projet de déclaration commune du MLAC

« Les organisations présentes, devant l’imminence du vote d’une autre loi sur l’avortement, déclarent :

Les statistiques les plus dignes de foi ont estimé plus de 800 000 par an le nombre des avortements clandestins en France. Plus de 5 000 femmes en meurent chaque année et nombreuses sont celles qui en gardent des séquelles irréversibles.

L’absence quasi-totale d’information sérieuse sur la contraception a pour résultat que 7% seulement des femmes en France utilisent un moyen contraceptif.

De tout cela, le gouvernement actuel, dans l’optique de sa politique nataliste se soucie fort peu, aussi peu que des logements, des crèches et autres équipements sociaux.

A quelle législation avons-nous à faire actuellement ?

– une loi qui envie en prison pour tentative d’avortement

– une loi qui ferme les yeux sur le trafic financier de cliniques privées

– une loi qui rend quasi-obligatoire les contraceptifs féminins à partir de 15 ans dans les DOM-TOM et qui les interdit aux mineures en France

– une loi qui sacrifie la femme au fœtus

– une loi qui se laisse détourner à condition qu’on en ait les moyens

Face à cette situation, chaque jour dans les quartiers, dans les entreprises, dans les hôpitaux, des luttes pour l’avortement et la contraception libres et remboursés par la Sécurité sociale sont menées, mais on n’en parle pas. Au contraire, la minorité qui veut imposer son ordre moral à l’ensemble de la population a tous les moyens de s’exprimer et de faire pression. C’est cette minorité d’hommes politiques, ces médecins, ces juristes, ces notables qui vont décider la semaine prochaine pour les femmes et les hommes concernés.

Les organisation présentes exigent – la liberté de l’avortement par

– l’abrogation de la loi de 1920

– l’annulation de toute loi répressive qui restreindrait par le passage devant des commissions la liberté de décision de la femme, mineure ou non

— la liberté de la contraception

– par le libre accès à la contraception pour tous sans discrimination d’âge

– par la démystification de toute propagande mensongère

– par la lutte contre les profits et la publicité des laboratoires pharmaceutiques.

Les organisations présentes refusent une société oppressive qui fait de la procréation le seul but de la sexualité et qui donne à la femme comme rôle essentiel la maternité et l’entretien des enfants.

Elles réclament la contraception et l’avortement libres et remboursés par la sécurité sociale.

Le MLAC et les organisations présentes, dans leur lutte commune pour la liberté de la contraception et de l’avortement s’engagent à poursuivre leur action aux côtés des travailleurs pour qu’aucune loi ne vienne mettre une quelconque entrave à la liberté des hommes et des femmes en ce domaine. »[5]

 

Autres archives relatives au MLAC dans le fonds 158J66

 

Le fonds 158J66 des AD des Cotes d’Armor contient d’autres archives relatives au MLAC : une lettre de la CFDT à Monique Antoine, présidente du MLAC et un tract du MLAC de Rennes.

Position de la CFDT dans une lettre du secrétaire national de la CFDT à la présidente du MLAC, Monique Antoine, le 21 mars 1974 :

Extrait « Dans cette hypothèse, le drame de l’avortement clandestin avec tous ses risques, ses séquelles continuera à être le lot des femmes de la classe ouvrières, des catégories les plus défavorisées.

Comme aujourd’hui les femmes de la bourgeoisie qui possèdent les relations, l’argent nécessaires, trouveront des solutions, à travers le projet de loi, aggravé par les amendements de la majorité, l’avortement restera un problème de classe car les femmes de la classe ouvrière n’accepteront pas, ne pourront pas accepter d’aller se faire juger par des aréopages de médecins et de juristes.

Il est donc indispensable de faire un front commun au mauvais coup qui se prépare contre les femmes par la majorité au pouvoir.

Celle-ci choisit, en connaissance de cause, les risques, les traumatismes, la souffrance et trop souvent, hélas la mort des femmes des catégories les plus défavorisées au profit des jeux dérisoires, de dosages politiques au sein même de cette majorité.

En conséquence nous faisons connaître ce qui précède à nos organisations confédérées ainsi que le sens du soutien de la CFDT du 6 avril que vous organisez. »[6]

Tract du MLAC de Rennes

« Créé en 1973, regroupe les militants qui luttent pour la libéralisation de l’avortement et de la contraception remboursés par la Sécurité Sociale.

Face aux importantes mobilisations sur ce problème, face à la violation quotidienne de la loi réactionnaire de 1920 (800 000 avortements clandestins par an), le parti socialiste, signataire de la charte du MLAC, a fait une proposition de la loi tendant à répondre aux revendications des femmes.

Mais cette proposition oblige les mineurs, dans le cas d’un avortement, à avertir les parents ; porte ouverte à toutes les pressions psychologiques, financières, morales (ce qui revient à leur donner un droit de veto).

Quant à lui, le MLAC considère que tout individu doit disposer librement de son corps, sans discrimination d’âge ou de sexe.

Le MLAC ne lutte pas simplement sur les problèmes de l’avortement et de la contraception, mais aussi :

– sur les problèmes de la sexualité dans son ensemble,

– sur celui de la condition de la femme (double journée de travail-usine, bureau, ménage, mari, enfant…)

Le programme commun prévoit la création de nombreuses crèches ouvertes seulement aux heures de travail, donnant ainsi à la femme la possibilité de travailler (certaine indépendance financière vis-à-vis du mari), mais non de s’épanouir et d’avoir le temps de disposer d’elle-même. Que fera la femme de ses enfants après 6 heures du soir ?

Le MLAC demande que les crèches soient ouvertes 24 heures sur 24 afin de libérer réellement la femme de ses servitudes domestiques et donc de prendre le temps de vivre…

… à côté de ces divergences théoriques, le MLAC de Rennes note d’autres divergences d’ordre pratique :

– pourquoi le parti socialiste n’a-t-il pas soutenu la projection d’HISTOIRE d’A à RENNES ?

– où était-il donc le 20 avril, journée nationale d’action ?

-pourquoi n’a-t-il pas participé à la manifestation du même jour ?

Pense-t-il que les élections résoudront les problèmes des femmes ? [7]

 

MLAC Rennes : – permanence centrale – samedi de 10h à 12h, 11 rue du Lycée

– permanence de quartier – jeudi de 17h à 18h – Villejean (Centre Social)

– mercredi de 17h à 19 – Maurepas (tour n°13, à partir d 8 mai). »

[1] Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/9217 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.9217

[2]  « Assemblée Nationale – 1er séance du 26 novembre 1974 », 26 novembre 1974 (consulté le 26 septembre 2020) http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/interruption/1974-11-26-1.pdf

[3] Invitation du MLAC de Saint-Brieuc datée du mardi 12 mars – AD des Côtes d’Armor, fonds 158J66

[4] Invitation du MLAC de Saint-Brieuc datée du 28 mars 1974 – AD des Côtes d’Armor, fonds 158J66

[5] Projet de déclaration commune du MLAC, 25 mars 1974 – AD des Côtes d’Armor, fonds 158J66

[6] Position de la CFDT dans une lettre du secrétaire nationale de la CFDT à la présidente du MLAC, Monique Antoine, le 21 mars 1974 – AD des Côtes d’Armor, fonds 158J66

[7] Tract du MLAC de Rennes, 1974 – AD des Côtes d’Armor, fonds 158J66

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Conférence de presse du MLAC de Saint-Brieuc, 6 avril 1974," in La recherche comme une aventure, 26/09/2020, https://laventure.hypotheses.org/1990.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search