Création du centre d’IVG et de planification à Saint-Nazaire

Des résistances du côté de la direction du Centre hospitalier de Saint-Nazaire

 

Dans une lettre adressée au préfet de Loire-Atlantique en avril 1975 [1], le sous-préfet de Saint-Nazaire signale des résistances de la direction du Centre hospitalier et de médecins pour la création d’un centre d’IVG. Cette lettre rapporte les décisions et discussions prises lors du Conseil d’administration du Centre hospitalier de Saint-Nazaire. La discussion semble porter rapidement sur le nécessaire respect de la clause de conscience du corps médical. Le chef du service de gynécologie, qui doit assurer l’organisation et le contrôle du service IVG, ne souhaite pas lui-même pratiquer des avortements. Le Conseil d’administration insiste sur la qualité du service à mettre en place. Serait-ce une manière de retarder la création du centre ? De nombreux critères sont énoncés : « résolution de ne mettre en place qu’un service hospitalier digne de ce nom tant sur le plan des moyens et des locaux que du personnel, des procédures, des conditions d’interventions, etc. » Le sous-préfet fait un rappel sur l’urgence de l’application de la loi du 17 janvier 1975 relative à l’IVG : « J’ai, à l’inverse, dû rappeler la volonté absolue du Gouvernement de voir cette loi du 17 janvier 1975 entrer en application effective dans les délais les plus brefs, alors que la direction du centre hospitalier envisageait un délai de quelques mois. » La trésorerie permet la réalisation des travaux sans retard puisque le coût administratif devrait se situer entre 300 000 et 500 000 francs alors que le budget disponible est de 2 millions de francs. Mais les résistances sont fortes : « la volonté de l’administration sera sans aucun doute nécessaire pour vaincre un certain nombre de résistances et le laxisme par trop fréquent de la direction du Centre hospitalier ».

 

Rentabilité d’un centre d’IVG et de planification

 

Les travaux sont prévus au sein des locaux de l’ancien internat. Pour rentabiliser les locaux, un centre de planification familiale sera créé dans les mêmes locaux que le centre d’interruption volontaire de grossesse[2]. Ce lien entre l’information la contraception et l’avortement est présenté comme nécessaire par le sous-préfet. Le Centre IVG disparaît dans une correspondance entre le Directeur Départemental de l’Action Sanitaire et Sociale et le Directeur du Centre Hospitalier de Saint-Nazaire[3]. Il est question de l’aménagement « d’un centre de planification et d’Education Familiale » dont le coût s’élève à 221 818 Fr, soit beaucoup moins que les prévisions du sous-préfet d’avril 1975[4]. Il faut pourtant encore réduire les coûts : « étant bien entendu que les frais envisagés devront être réduits dans la mesure du possible. » Les dépenses seront imputées au budget départemental de la PMI (Protection Maternelle et Infantile). L’IVG n’est pas mentionnée, pourtant, il en est bien question car cette lettre mentionne l’absence d’une salle de repos (nécessaire après une intervention) sur les plans de l’architecte. Le 8 septembre 1976, la somme arrêtée pour la création d’un centre IVG est de 350 000 francs avec une subvention de 140 000 francs du Ministère de la Santé[5]. Cette subvention serait supprimée si les travaux ne commenceraient pas dans un délai de 2 ans. Aucune autre sanction n’est évoquée. Plus d’un an après le passage de la loi, on est loin des « plus brefs délais » exigés par le sous-préfet de Saint-Nazaire.

 

Des locaux exiguës

 

Une nouvelle fois, la DASS (Direction départementale de l’Action Sanitaire et Sociale) n’emploie pas le terme de centre d’IVG dans l’objet et dans la présentation générale de la future structure, mais emploie celui de « Centre d’orthogénie et de planification familiale »[6]. Dans un courrier adressé au Préfet de Loire-Atlantique, elle donne un avis favorable à la réalisation du projet quand bien même celui-ci présente plusieurs inconvénients :

« L’implantation offre l’inconvénient de se situer à proximité d’une voie passagère et bruyante, parcourue notamment par de nombreux poids lourds »

« Les circulations horizontales, aux deux niveaux, sont assurées par des couloirs centraux d’une largeur de 0.90m, réellement exiguës. »

« Ce projet est surtout caractérisé par une exiguïté générale des locaux »

« Il y a lieu cependant de s’étonner de l’absence totale de bidets dans les installations sanitaires qui représente une lacune à combler ».

 

Aménagement des locaux

 

Il est prévu que le centre soit divisé en 3 secteurs : un secteur d’accueil, un secteur de planification au rez-de-chaussée, un centre IVG au premier étage[7]. La description est détaillée, on peut aisément imaginer le nombre de pièces et leur fonction.

Secteur accueil : une entrée, puis une salle d’accueil avec un bureau de secrétariat. Une salle d’attente, deux sanitaires et un local pour les archives.

Secteur planification : deux bureaux qui peuvent servir à un psychiatre, une assistance sociale ou une conseillère conjugale et familiale, un cabinet de médecin-chef, un cabinet de gynécologie et une salle d’examen.

Secteur IVG : il est divisé en deux sous-secteurs, le sous-secteur d’intervention et le sous-secteur d’hospitalisation. Le sous-secteur d’intervention comprend une salle d’intervention, un cabinet médical, un office médical, un local de stérilisation et une réserve de lingerie. Le sous-secteur d’hospitalisation est divisé en cinq chambres particulières, un local de préparation de soins, un office, une tisanerie-office, une salle à manger ainsi qu’un vestiaire pour le personnel et un bloc sanitaire.

Extrait du plan du Centre de planification familial, projet, plans, façades et coupe, « aménagement des blocs 1 à 17 », Nicolas Le Maresquier (architecte), 15 mai 1975 – AD Loire-Atlantique, fonds 1605W128

Sur le plan d’aménagement[8], on voit que le rez-de-chaussée comme le premier étage comportent une partie qui ne concerne ni le centre de planification ni le centre IVG. A l’étage on trouve 3 bureaux « syndicat » et au rez-de-chaussée, une loge concierge, une cuisine, un séjour et 2 chambres.

 

[1] Courrier du sous-préfet de Saint-Nazaire adressée au préfet de Loire-Atlantique, « Centre hospitalier de Saint-Nazaire – Création d’un service d’interruption volontaire de grossesse et d’un centre de planification familiale », Saint-Nazaire, 15 avril 1975 – AD Loire-Atlantique, fonds 1605W128

[2] Ibid. 1

[3] Courrier du Directeur Départemental de l’Action Sanitaire et Sociale et le Directeur du Centre Hospitalier de Saint-Nazaire, « aménagement d’un centre de planification et d’Education Familiale au Centre Hospitalier de St-Nazaire », Saint-Nazaire, le 15 octobre 1975 – AD Loire-Atlantique, fonds 1605W128

[4] Ibid. 1

[5] Arrêté du Préfet de la région des Pays de la Loire, Préfet de Loire-Atlantique, Nantes, 8 septembre 1976 – AD Loire-Atlantique, fonds 1605W128

[6] Courrier de la DASS au préfet de Loire-Atlantique, « Centre de planification familiale du Centre Hospitalier de Saint-Nazaire », Nantes, le 19 août 1975 – AD Loire-Atlantique, fonds 1605W128

[7] Ibid. 6

[8] Plan du Centre de planification familial, projet, plans, façades et coupe, « aménagement des blocs 1 à 17 », Nicolas Le Maresquier (architecte), 15 mai 1975 – AD Loire-Atlantique, fonds 1605W128


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search