1979 : Bombage féministe à la Roche-sur-Yon

Le 27 mai 1979, deux étudiantes, Patricia et Dominique, tracent à la bombe des inscriptions sur différents bâtiments de la Roche-sur-Yon : « terre des hommes, viol de nuit », « fête des mères, fête des affaires », « 364 jours d’ennui, un jour de répit, nous refusons cette vie »[1]. Elles ont été inculpées pour dommages volontaires à la propriété d’autrui et ont comparu devant le tribunal le 2 novembre 1979 pour être condamnées à une amende de 200 Fr et 300 Fr. Il est question de 3 étudiantes dans un autre article d’APL[2]. Ces étudiantes ont tracé ces inscriptions la veille de la fête des mères et justifient leur action par ces mots : « Même si nous n’appartenons pas à un groupe féministe de la Roche/Yon, nous tenions à nous exprimer en tant que femmes par rapport à la fête des mères, instaurée officiellement par le régime fasciste Pétain, est un moyen de souligner le rôle des femmes dans la nation : celui de reproductrices. Cette fête contribue à reconnaître la femme en tant que mère et oublie de reconnaître la femme en tant qu’individu »[3]. Si peu de personnes étaient présentes à ce procès, elles ont été soutenues par un certain nombre d’organisations vendéennes : Arentèle (association de promotion de la langue poitevine-saintongeaise), Ecole Emancipée, Groupe Libertaire vendéen, Groupe Yonnais Féministe, Liaison Fédération Anarchiste de la Roche-sur-Yon, MAN (Mouvement pour une alternative non-violente), PCML (Parti communiste Marxiste-Léniniste), PSU (Parti socialiste unifié), SGEN-CFDT (Syndicat général de l’éducation nationale affiliée à la Confédération française et démocratique du travail), AEHBV[4], Paysans-Travailleurs et la LCR (Ligue communiste révolutionnaire).

Pour ou contre le bombage ?

 

L’article « Graffitis en question » du numéro 97 d’APL[5] se fait échos de discussions et d’arguments sur l’utilité ou non du bombage, qui est une action illégale.

Pour

  • Le légalisme est une récupération
  • Les groupes minoritaires doivent se soutenir entre eux
  • Reprise par les médias : l’action peut être mieux comprise par la population
  • L’acte de bombage, s’il est inclus dans une action ou un thème général, peut être pertinent

Contre

  • Cela peut choquer l’opinion publique
  • Reprise par les médias : l’action peut être présentée comme une action terroriste de la part d’irresponsables
  • Il y a d’autres moyens comme un article dans la presse
  • Un acte isolé est inutile
  • Un message marginal est inefficace

La question soulevée par la rédaction n’est pas de savoir si le bombage est efficace mais elle est de savoir comment  « situer l’action du bombage dans une action d’ensemble de manière à ce qu’il ait le maximum de sens, de signification, de portée auprès de la population à laquelle il est censé s’adresser ».

Les étudiantes féministes soulignent pourtant que l’accès à la presse est difficile et que les moyens traditionnels de faire passer un message ne sont pas toujours efficaces : « Il est très difficile de faire passer ses idées dans la presse ou par l’affichage. Presse-Océan et Ouest-France ont la trop fréquente habitude de censurer ou déformer les articles qui leur sont envoyés. En ce qui concerne l’affichage, l’utilisation des colonnes Morris à la Roche/Yon est asses restreinte : nos petites affiches (à la mesure de nos moyens financiers) sont bien vite recouvertes par les immenses affiches d’entreprises telles que le Crédit Agricole ou Boulgione »[6].

 

Du bombage au collage féministe

 

Aujourd’hui, les slogans féministes se multiplient sur les murs de nos villes. Les « colleuses » dénoncent le féminicide et toute forme de violence et de sexisme. Leurs actions, très nombreuses, font l’objet d’articles dans la presse, dont voici quelques exemples :

Le Monde, 14/09/2019 : « Aux femmes assassinées, la patrie indifférente » : les « colleuses » d’affiches veulent rendre visibles les victimes de féminicides

Huffington Post, 25/11/2019 : Violences conjugales : les colleuses-féministes accusent Philippe d' »hypocrisie »

Nouvel Obs, 25/11/2019 : Les colleuses anti-féminicides invitées à faire la pub de Matignon

Arte radio, 27/11/2019 : Collages féministes

Libération, 31/12/2019 : Les collages contre les féminicides s’exportent à l’étranger

BFMTV, 30/01/2020 : « Elle le quitte, il l’a tue »: qui sont ces colleuses qui dénoncent les féminicides

La Croix, 31/08/2020 : Un mémorial aux victimes de féminicides pour le premier anniversaire des «colleuses»

Les Inrockuptibles, 31/08/2020 : Les “colleuses” créent un mémorial aux victimes de féminicides

 

Pour aller plus loin sur la notion de féminicide :

Marie Catherine, « Condamner le féminicide sans le nommer », Travail, genre et sociétés, 2020/1 (n° 43), p. 161-165. DOI : 10.3917/tgs.043.0161. URL : https://www.cairn-int.info/revue-travail-genre-et-societes-2020-1-page-161.htm

Giacinti Margot, « « Nous sommes le cri de celles qui n’en ont plus » : historiciser et penser le féminicide », Nouvelles Questions Féministes, 2020/1 (Vol. 39), p. 50-65. DOI : 10.3917/nqf.391.0050. URL : https://www.cairn-int.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2020-1-page-50.htm

Elisa Leray et EldaMonsalve, « Un crime de féminicide en France ? A propos de l’article 171 de la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté », La Revue des droits de l’homme [En ligne], Actualités Droits-Libertés, mis en ligne le 10 février 2017, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/revdh/2967 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.2967

Lia ZanottaMachado, « Féminicide : nommer pour exister », Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5576 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.5576

 

[1] « Roche bombée », APL, n°94, 7 novembre 1979, p.10 – Centre d’Histoire du Travail de Nantes, [en ligne] https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=bulletin_display&id=1626

[2] « Vendée. Graffitis en question », APL, n°97, 28 novembre 1979, p.2 – Centre d’Histoire du Travail de Nantes, [en ligne] https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=bulletin_display&id=1629

[3] Ibid. 1

[4] Je n’ai pas trouvé à quoi correspondait ce sigle, si vous avez des informations à ce sujet, je suis preneuse.

[5] Ibid. 2

[6] Ibid. 1

Pour citer cet article : Marine Gilis, "1979 : Bombage féministe à la Roche-sur-Yon," in La recherche comme une aventure, 25/10/2020, https://laventure.hypotheses.org/2082.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search