Relais vidéo femmes

Toutes les archives citées sont issues du fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3 déposées au Centre des archives du féminisme et couvrent la période 1977-1978.

 

Relais vidéo femmes (RVF) est un relais du collectif de diffusion « Mon œil ». « Mon œil » est une association créée dès 1970 qui regroupe différents groupes comme Vidéo Out, Vidéo 00, Vidéo Cent Fleurs, Vidéa et Les Insoumuses [1]. Ces groupes ont comme point commun de lier la pratique et la diffusion vidéo aux mouvements contestataires.

POURQUOI ?

Lip, Cerisay, Larzac, les luttes des femmes, celles d’élèves et de professeurs contre la sélection scolaire, des écologistes contre les centrales nucléaires, etc. les luttes populaires au Vietnam et ailleurs… Ces actions, dont la presse et la télé ont parlé – de l’extérieur-, ont été aussi filmées ou photographiées de l’intérieur.

Ces bandes vidéo et ces montages de diapos ne sont pas des reportages. Ce sont des expressions des luttes. Et, souvent, ces « images sonores » ont été utilisées au cours même de l’action, comme éléments d’information, d’analyse et de discussion.

Ces documents sont régulièrement refusés par les circuits commerciaux. Leur diffusion ne peut être qu’un prolongement des actions dont ils émanent.

COMMENT ?

Plusieurs groupes se sont associés pour diffuser ensemble leurs bandes vidéo et montages de diapos, chaque groupe restant entièrement autonome pour la production, et gardant ainsi sa spécificité. Ils apportent à « Mon œil » des copies de leurs productions, et ils prêtent leur matériel pour effectuer des projections.

Le but de cette association est, en diffusant les documents rassemblés, de contribuer à des échanges d’informations entre des expériences diverses, et à l’élargissement des réflexions collectives. Il est de participer, de la sorte, à la gestation d’un culture vivante, faite de savoirs et de savoir-faire intimement liés à des pratiques sociales[2]

 

Dans sa brochure de 1977, les films proposés à la location sont divisés par période (1970-1975 et 1975-1977) et par thème (luttes dans le monde, les paysans, les immigrés, l’école, luttes des femmes, villes et villages, etc.). Sous le thème « Les femmes parlent de leur vie et de leurs luttes » nous retrouvons la liste suivante :

  • Gabrielle Nanchen – Vidéo Out, 1972
  • La Grève de la faim des sœurs Huet – Vidéo Out, 1972
  • « Y a qu’à pas baiser » – Vidéo Out, 1973
  • Les Trois Maria – Vidéo Out, 1974
  • « On va sortir le bébé » – Sara, 1974
  • Des Femmes du Haut-Quercy – Vidéa, 1975,
  • Grève de femmes à Troyes – Vidéo Out, 1971
  • Cerisay : elles ont osé – Les Cent Fleurs, 1973
  • Lip I : Monique – Vidéo Out, 1973
  • Angela Duval – Vidéo 00, 1972-1974
  • SOS Hirondelle en Dordogne – Vidéo Out, 1974
  • Femmes au Viet-nam – Les Ms’am, 1974
  • Les prostituées de Lyon parlent – Vidéo Out, juin 1975
  • Maso et Miso vont en bateau – Les Insoumuses, février 1976
  • A propos d’Hendaye (ou la douloureuse articulation lutte de femmes/luttes de classe) – Vidéa, 1975-1976
  • Subjint – Vidéodeba, 1976
  • Où est-ce qu’on se mai ? – Les Insoumuses, 1976
  • C.U.M. – Les Insoumuses, 1976
  • Nombrelles – Perrine, Anne et Meryem, 1977
  • Accouche ! – Les Insoumuses, 1977
  • « Nous sommes toutes des filles aux yeux tristes » – Anne-Marie, 1977
  • La Lutte des femmes à Lip et ailleurs – Association de Diffusion Populaire, 1975
  • Une autre façon de militer : le groupe femmes de LIP – Association de Diffusion Populaire, 1976
  • LIP V : Monique et Christiane – Vidéo Out, août 1976
  • LIP VI : Jacqueline et Marcel – Vidéo Out, août 1976

Des films sur des femmes sont classés dans d’autres thèmes (luttes dans le monde, usines…).

 

Petite sélection de films dont des extraits sont en ligne sur la site de l’association Centre audiovisuel Simone de Beauvoir. Pour accéder à l’extrait, cliquez sur l’image correspondante.

Vidéa

Vidéa est un collectif créé en 1974, lié au MLF et composé de 4 femmes :  Anne-Marie Faure-Fraisse, Isabelle Fraisse, Syn Guérin et Catherine Lahourcade. Munies d’un Sony Portapak, elles ont filmé de nombreuses rencontres féministes jusqu’en 1976[3].

Kate Millett parle de la prostitution avec des féministes, 1975

Musidora : festival international de films de femmes, 1974

Huit mars 1975, 1975

Nous sommes toutes des files aux yeux tristes, 1977

 

 

 

 

 

 

Les muses s’amusent/Les Insoumuses

Les muses s’amusent, devenues les Insoumuses, est un collectif constitué de Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder. Il réalise des vidéos sur les luttes des femmes dans les années 1970.

Où est-ce qu’on se mai ? 1976

accouche ! 1977

Maso et miso vont en bateau, 1976

S.C.U.M. Manifesto 1967, 1976

 

 

 

 

 

 

Vidéo Out

Vidéo Out est un collectif fondé à Paris par Carole Roussopoulos et Paul Roussopoulos en 1970. Les films ont été réalisés par Carole Roussopoulos.

Y’a qu’à pas baiser, 1971

Les prostituées de Lyon parlent, 1975

Monique – Lip 1

Grève de femmes à Troyes, 1971

 

 

 

 

 

 

Il existe d’autres collectifs de production et de diffusion de films comme Iskra créé en 1968, à l’origine Slon (Service de Lancement des Œuvres Nouvelles) dont l’objectif est de permettre la diffusion de films qui ne trouveraient pas leur place dans les structures traditionnelles du cinéma[4]. Le fonds 55F3 comprend un catalogue d’Iskra dont une page est consacrée à la thématique « femmes » et on y trouve notamment « Les enfants du gouvernement », 1974 ; « La femme agricultrice », 1973 ; « La vie au féminin », 1974 ; « Scènes de grève en Vendée », 1973, etc.

 

Relais vidéo femmes n’est pas un groupe de production de films, mais rassemble des vidéos (par acquisition ou location) pour les rendre accessibles sur Nantes[5]. Par des tracts, il explique le fonctionnement du groupe, met en avant les nouvelles acquisitions[6] et propose des « fiches techniques » avec le descriptif du contenu de chaque vidéo[7].

Le 13 janvier 1978, RVF organise une projection du film « Y’a qu’à pas baiser » de Carole Roussopoulos (1971) à l’Union française des Centres de vacances[8]. L’objectif est de faire connaître RVF mais surtout de diffuser le film qui montre la méthode d’avortement dite de Karman afin de « faire travailler au niveau des différents groupes [femmes] sur ce problème ». Cet événement est l’occasion de (re)mobiliser les militantes pour la création d’un centre d’orthogénie à Nantes. Les membres de RVF sont impliquées dans les luttes féministes à Nantes et côtoient de nombreux groupes tels que les groupes femmes étudiantes. Le fonds comprend en effet des tracts et courriers qui montrent les liens et projets collectifs. En 1978 RVF collabore à une soirée organisée par les groupes femmes étudiantes autour du thème de la contraception, de la sexualité et de l’avortement[9] :

Avoir une information complète, sérieuse sur la contraception, prendre la pilule : c’est un problème qui se pose à toutes les étudiantes et qui nous laisse souvent démunies.

Comment s’informer ? prendre le risque de se trouver devant un médecin type « Laissez-les-vivre », qui vous fait la morale et ne veut rien entendre ? comment se faire rembourser, où s’adresser ?

Ce manque d’information sur la contraception a parfois des conséquences pénibles : c’est la grossesse non désirée ! Alors c’est un peu la panique : avorter ? oui, mais où ? à qui s’adresser pour recevoir un accueil rassurant, combien cela va coûter ?

 

C’est sur l’accouchement que RVF fait aussi de l’information comme ce 23 juin 1978 (date supposée) à la Maison des jeunes Geraudière. Le film « Accouche ! » (réalisé par Ioana Wieder en 1977) est « assez dur à voir parce qu’il ne montre que les aspects négatifs des accouchements pratiqués à l’heure actuelle que ce soit en clinique ou à l’hôpital. On a trop souvent tendance à parler des maternités heureuses en ignorant les conditions dans lesquelles les femmes peuvent mettre au monde un enfant et ces répercussions physiques et morales »[10].

 

A quoi sert donc une bande vidéo ? à informer et à débattre.

Pour aller plus loin…

Petite découverte sur le lien entre sociologie et cinéma : Mignot-Lefebvre Yvonne. Le cinéma sociologique existe-t-il ?. In: Journal des anthropologues, n°47-48, Printemps 1992. Anthropologie visuelle, sous la direction de Colette Piault. pp. 87-100. DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1992.1675

Delphine Chedaleux, « Expérimentations en vidéo légère et premiers usages militants », compte-rendu de la séance du 19 novembre 2012 dans le cadre du séminaire du groupe de recherches Vidéo des premiers temps [en ligne] https://earlyvideo.hypotheses.org/66

 

[1] «Vidéo Out, Vidéo 00, Vidéo Cent Fleurs, Vidéa et Les Insoumuses… », Emission Surpris par la nuit sur France Culture Par Yaël Mandelbaum et Julien Marant Réalisation: Manoushak Fashahi, diffusée le 19/09/2006 [en ligne] https://www.franceculture.fr/emissions/surpris-par-la-nuit-08-09/video-out-video-00-video-cent-fleurs-videa-et-les-insoumuses

[2] Brochure « Collectif de diffusion vidéo diapos » par « Mon œil », 1977 – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

[3] Delphine Chedaleux, « Les premiers collectifs : vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa », compte-rendu de la séance du 17 décembre 2012 dans le cadre du séminaire du groupe de recherches Vidéo des premiers temps [en ligne] https://earlyvideo.hypotheses.org/105

[4] http://iskrafilms.com/SLON-ISKRA

[5] Tract, « Relais vidéo femmes », 1977 (date supposée) – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

[6] Tract, « Pour un Relais vidéo femmes », 1977 (date supposée) – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

[7] Document, « Fiche technique » 1977 (date supposée) – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

[8] Tract sur la diffusion de « Y’a qu’à pas baiser », 1977-1978 – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

[9] Tract, « Contraception, sexualité, avortement », groupes femmes étudiantes, 1978 – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

[10] Tract « des femmes parlment de leur accouchement », 1978 (date supposée » – fonds Anne-Marie Giffo-Levasseur, 55AF3, Centre des archives du féminisme

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Relais vidéo femmes," in La recherche comme une aventure, 28/10/2020, https://laventure.hypotheses.org/2093.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search