« Femmes et culture » à Saumur en 1978-1979

En 1973, une enquête a été menée à Saumur pour identifier les causes qui induisent des problèmes sociaux. L’équipe qui a mené cette enquête a réuni des assistantes sociales, une conseillère en Economie Sociale et Familiale et un animateur[1]. L’enquête a mis en avant l’absence de formation professionnelle pour les femmes et une demande de remise à niveau de celles qui souhaitent retrouver une activité après avoir élevé leurs enfants. Cette enquête s’est traduite par la constitution d’un groupe de femmes, en liaison avec des travailleurs sociaux, qui ont défini dès 1975-1976 les objectifs et le contenu de ce que pourrait être une formation pour ce public féminin. Une première promotion de formation a vu le jour en 1976, puis un deuxième groupe en 1977 et un troisième l’année suivante. Une association a été créée en juin 1977 pour gérer ces « pré-formation » et mettre en place d’autres formations, il s’agit de l’« Association Saumuroise de Pré-Formation Pour Adultes ».

Quatre actions ont été menées en 1978 par l’association pour « rompre l’isolement féminin, à permettre des échanges d’expérience de vie, et à assurer une formation»[2].

1ère action : l’économie sociale familiale à Saumur.

Le public visé est un public de femmes mères au foyer et d’adolescent.e.s de 12 à 14 ans. Les objectifs de cette action sont pour les femmes de « sortir de leur isolement », « de rompre l’ennui », « d’échanger sur leurs expériences de vie », « de découvrir la possibilité d’une solidarité », « de prendre conscience de la dimension collective de certains problèmes : achats, emploi, formation. ». Deux types d’activités sont proposés, le « faire ensemble » (couture, bricolage et dépannage) et le « réfléchir ensemble » (débats, informations, échanges sur des livres et revues).

2ème action : formation.

Le programme est composé de 4 axes principaux : expression écrite et orale, mathématiques, vie pratique et législation du travail. Il doit permettre aux femmes de savoir écrire un résumé, des lettres, de faire des opérations de calcul de base, d’avoir des notions sur le monde du travail et de maîtriser des tâches de la vie courante telle que la signature de chèques (avant 1965, les femmes n’avaient pas le droit d’ouvrir un compte et de posséder un chéquier).

3ème action : alphabétisation.

Il s’agissait de permettre aux personnes les plus défavorisées de travailler l’écriture et notamment la grammaire et l’orthographe. L’analphabétisme étant difficile à évaluer, le public était essentiellement un public de femmes qui avaient arrêté leurs études très jeunes et qui n’avaient pas le niveau ou qui l’avaient perdu à cause d’un manque de pratique.

4ème action : vie de couple et mise en place d’une bibliothèque.

Cette action vise les couples et se donne pour principal objectif de saisir les problèmes liés à la conjugalité. Elle a nécessité l’intervention du Planning familial qui a pu, de septembre à décembre 1978, évoquer la sexualité et la contraception et distribuer une plaquette d’information, moyen jugé efficace pour entamer un dialogue avec les femmes. Les thèmes abordés ont couvert l’éducation des enfants et des adolescent.e.s (« éducation générale et sexuelle », « relation parents-enfants », « moyens d’information », « éducation sexuelle des handicapés »), la contraception (« liberté ou aliénation », « méthodes », « accouchement »), la relation médecine-patientèle et la vie de couple. D’autres supports ont permis de faire circuler l’information comme une exposition ou un film[3].

Le besoin d’information a fait émerger le projet « femmes et culture » qui vise la création d’une bibliothèque pédagogique qui serait animé par des représentant.e.s d’ « associations familiales », « féminines », « de mères de famille ». Le fonds d’archives ne comprend pas de documents relatifs à la réalisation de ce projet mais seulement des demandes de financement en 1978 et 1979.

 

Un rapport établi pour une demande de financement[4] cite des  retours d’expériences des femmes qui ont participé a ces activités : « ouverture vers les autres – ouverture de l’esprit », « confiance en soi », « se sentir complètement libérée, décomplexée », « revalorisation personnelle par rapport au mari, aux enfants », « une certaine détente », « possibilité de travail en groupe », « intérêt d’une recherche personnelle ou en groupe », « partage d’expérience par la présence de générations différentes. ». Ce n’est pas un « groupe femmes » comme on peut l’entendre quand on parle du mouvement des femmes/MLF mais « un groupe de femmes »[5] qui cherche à répondre à un besoin de formation et de solidarité dans une ville moyenne d’environ 32 000 habitant.e.s dans les années 1970[6].

 

[1] Association Saumuroise de Pré-Formation Pour Adultes, « Demande d’un complément de financement pour une action de formation », Saumur, 1979 (date supposée » – AD Loire-Atlantique, fonds 1100 W 14

[2] Michel Grégoire, responsable de circonscription de travail social, « Mise en place, gestion, animation d’une bibliothèque pédagogique sur le Saumurois », Saumur, février 1979 – AD Loire-Atlantique, fonds 1100 W 14

[3] Il n’y a aucune information dans ce document source sur le film et la nature de l’exposition.

[4] Ibid. 1

[5] Ibid. 1 et 2

[6] Statistiques de l’INSEE, données de 1975, « Historique de la population de Saumur de 1968 à 2007 », en ligne : http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/population_49328_Saumur.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search