L’avortement à la Roche-sur-Yon

Crise au centre d’IVG de la Roche-sur-Yon

Le Centre d’IVG de la Roche-sur-Yon est créé en juillet 1975 au centre hospitalier des Oudairies. Patricia, une journaliste qui a rencontré deux médecins du Centre IVG en 1980, publie un article sur le fonctionnement de ce centre IVG dans APL[1]. Il y aurait eu une crise au Centre IVG suite à l’arrivée d’un médecin, en janvier 1979, qui aurait fait démissionner l’équipe de médecins en poste. Les avortements étant payés à l’acte, ils étaient faits à la chaîne, ce qui a été remis en cause. Une nouvelle équipe se constitue alors et met en place de nouvelles règles. Les médecins ne seront plus payés à l’acte (180 F) mais à la vacation (274 F). Une vacation comprend 3 avortements, 2 ou 3 premières visites et 2 ou 3 visites de contrôle. La méthode utilisée est la méthode Karman (par aspiration), sans anesthésie générale ni hospitalisation. C’est cette méthode que pratiquaient les militant.e.s du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception).

50 000 femmes pour défendre l’IVG, 6 octobre 1979 – source : INA

Le 6 octobre 1979, 50 000 femmes manifestent à Paris pour défendre l’avortement.

Novembre 1979 : Une campagne pour l’avortement

Quelques semaines plus tard commence une campagne pour l’avortement à la Roche-sur-Yon (du 12 au 17 novembre 1979)[2]. Elle s’inscrit dans une campagne nationale à la veille du vote de la Loi.

Les revendications en Vendée sont les suivantes :

  • mise en place d’un centre de planification auquel le centre IVG existant serait rattaché.
  • représentation des femmes dans les instances du fonctionnement du centre IVG.

Cette campagne se déroule dans 4 quartiers : les Forges, Vignes aux Roses, La Généraudière, Enrilèse-La Garenne. Elle est organisée par le collectif Contraception-Avortement (composé de Choisir, du Planning familial et du Groupe Yonnais Féministe) et d’autres féministes sans étiquette militante. Au programme, des expositions, distribution de dépliants, discussions, permanences et la projection de deux films dans chaque quartier. Le premier film a été réalisé par le Planning familial, il s’agit de « Avorter ? mais madame, vous n’avez pas une tête de femme enceinte »[3]. Le 2e film a été réalisé par Serge Poljinsky et Sandra Zadeh en 1979 et s’intitule « Le juste droit ». Il met en scène le Mouvement français pour le Planning Familial et raconte l’histoire d’une femme qui décide d’avorter[4].

Manifestation anti avortement, 17 novembre 1979 – Source : INA

Le 17 novembre, dernier jour de la campagne pour l’avortement à la Roche-sur-Yon, les anti-avortement et le mouvement « Laissez les vivre » manifestent devant l’Assemblée nationale.

Monique Pelletier, 30 novembre 1979 – Source : INA

L’Assemblée nationale adopte, le 30 novembre 1979, le projet de loi de manière définitive.

 

Le rôle du collectif  Avortement-Contraception

L’article de Patricia précédemment présenté émet une critique au « mouvement des femmes » :

[…] le mouvement des femmes pourrait apporter beaucoup à l’entourage psychologique de celle qui avorte. Mais certains groupes de femmes ont tendance à trop banaliser l’IVG et en faire un acte bénin, ce qui peut empêcher la femme de se libérer vraiment (par la parole du moins » de tous ses blocages… si on lui dit trop que « l’avortement c’est rien » il ne faut pas oublier que dans 80% des cas, l’IVG pose problème.

Si le centre d’IVG devait être pris en charge par d’autres personnes que l’équipe, il est important que celles-ci soient informées.

IL NE FAUT PAS SE LEURRER : L’AVORTEMENT EST UN PROBLEME SOCIAL ET CULTUREL… C’est une solution de pis-aller et non un moyen contraceptif.

Mais où parle-t-on de contraception ?

– à l’école ?

– dans la famille ? au travail ?

Oui, on en parle mais aborde-t-on le problème dans sa globalité ou bien se contente-t-on de l’effleurer par nécessité ou pour se donner bonne conscience ? »[5]

 

Le Planning familial répond dans le n°127 d’APL[6] en rappelant qu’il accueille des couples qui viennent pour l’entretien IVG sans véhiculer d’idées préconçues sur la gravité ou non de l’avortement. Il rappelle que ses militantes sont formées par 4 ou 5 stages régionaux par an et qu’ « il dénonce depuis longtemps les conditions physiques et psychologiques » et « lutte pour que ces conditions s’améliorent ». Le collectif Contraception-avortement de Vendée complète ce rappel en dénonçant les limites et obstacles auxquels il est confronté :

  • les adversaires « de l’avortement contraception et de la libération des femmes » qui occupent les instances où se prennent les décisions
  • l’insuffisance des structures et des forces militantes
  • l’absence de coordination entre l’équipe du centre IVG et les « groupes-femmes ».

Le collectif a aussi organisé, depuis mars 1979, des actions pour la création d’un centre de planification lié au centre IVG (tracts, démarches auprès des pouvoirs publics, semaine d’animation citée plus haut, conférence de presse). Ces actions ont été soutenues par des syndicats et partis politiques.

 

[1] Patricia, « L’avortement à la Roche », APL, n°125 du 11 au 17 juin 1980, p.8 – Centre d’Histoire du Travail de Nantes, [en ligne] https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=bulletin_display&id=1655

[2] « Mon ventre est à moi », APL, n°94 du 7 au 14 novembre 1979, p10 – Centre d’Histoire du Travail de Nantes, [en ligne] https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=bulletin_display&id=1626

[3] Je n’ai pas trouvé plus d’informations sur ce film, si vous en avez, vous pouvez les indiquer en commentaire.

[4] UniFrance, French Cinéma Worldwild, « Le juste droit », [en ligne] https://www.unifrance.org/film/715/le-juste-droit

[5] Patricia, « L’avortement à la Roche », APL, n°125 du 11 au 17 juin 1980, p.9 – Centre d’Histoire du Travail de Nantes, [en ligne] https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=bulletin_display&id=1655

[6] « Réponse : l’avortement à la Roche », APL, n°127 du 25 juin au 2 juillet 1980, p.14 – Centre d’Histoire du Travail de Nantes, [en ligne] https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=bulletin_display&id=1657


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search