Le groupe des Pétroleuses à Angers

 

Le groupe des Pétroleuses à Angers a été créé en avril 1974[1]. Il devient le « groupe femmes » en 1976 et regroupe alors une trentaine de militantes[2]. Que revendiquent les Pétroleuses ? La « réduction massive du temps de travail », la formation professionnelle des femmes, un salaire égal à travail égal, des crèches et garderies gratuites ouvertes 24h sur 24h ainsi qu’une information réelle sur la contraception et l’avortement libre et remboursé par la Sécurité Sociale[3]. Un mois après la création du groupe, elles organisent une « fête des mères » Place du Ralliement à laquelle j’ai consacré un article ici : https://laventure.hypotheses.org/1211

 

 

Entretien pour le Journal d’Angers et de Maine-et-Loire

La journaliste Nicole Florent interroge des militantes des Pétroleuses au moment de la manifestation que celles-ci ont organisée le 7 décembre 1974 en soutien à Eva Forest, María Paz Ballesteros et Lidia Falcón. Elle leur pose la question des objectifs de leur lutte. Voici les questions et réponses qui ont été retranscrites dans l’article[4] :

 

« Les Pétroleuses (qui n’ont rien à voir avec le M.L.F, elles tiennent à le faire savoir) sont catégoriques : « Notre lutte se situe avant tout sur le plan de la lutte des classes ? la libération des femmes ne se fera pas sans la libération du prolétariat, donc sans la révolution de la société (c’est-à-dire l’avènement du socialisme). De même que la révolution de la société a besoin, pour s’accomplir, de la libération des femmes. »

Q. Si votre lutte est avant tout une lutte politique, pourquoi alors ne pas militer dans un syndicat de travailleurs, au lieu de vous cantonner à rester entre femmes ?

R. La réponse est simple, nous avons créé ce mouvement de femmes parce que les femmes n’ont pas encore l’habitude de se syndiquer et que – dans l’état actuel des choses – elles se tourneront plus volontiers vers un groupe composé uniquement de femmes.

Q. La question reste à savoir : pourquoi les femmes ne se syndiquent-elles pas, ou si peu ?

R. Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, le manque de temps : une femme qui travaille a beaucoup moins de temps disponible qu’un homme du fait que ses soirées sont occupées par les enfants, l’entretien de la maison, etc. ensuite, parce que dans une assemblée composée d’hommes et de femmes, les hommes ont trop souvent tendance à « prendre » et à accaparer la parole (et les femmes ont trop souvent tendance, par ailleurs, à laisser faire). C’est suivant le même processus d’ailleurs que les responsabilités syndicales sont presque toujours « attribuées » aux hommes. Ce sont là autant de raisons pour décourager les femmes de se syndiquer.

Une autre raison existe – et non pas la moindre – pour expliquer l’apparent désintéressement des femmes dans la lutte sociale : c’est le fait qu’elles ne sont pas encore suffisamment conscientes des problèmes politiques (souvent, elles n’ont pas conscience de la discrimination sexiste dont elles sont l’objet).

 

1974 : Manifestation de soutien aux militantes antifranquistes

Ainsi, les Pétroleuses angevines manifestent le 7 décembre 1974, place de Lorraine[5], en soutien à Eva Forest, María Paz Ballesteros et Lidia Falcón, trois opposantes espagnoles à la dictature franquiste arrêtées et incarcérées la même année. Eva Forest est écrivaine, sociologue, militante politique antifranquiste et proche de l’ETA (Euskadi Ta Askatasuna, groupe basque indépendantiste d’extrême-gauche)[6]. En 1975 paraît aux Editions des femmes son Journal et lettres de prison et en 1978 Témoignage de lutte et de résistance. María Paz Ballesteros est une actrice militante de la gauche espagnole.[7] Lidia Falcón est avocate, femme de lettres et militante féministe fondatrice des magazines «Vindicación Feminista» et «Poder y Libertad»[8]. Elle a écrit de nombreux essais et notamment Lettres à une idiote espagnole, correspondance avec Eva Forest, parue aux Editions des femmes en 1975. Elles sont accusées d’avoir participé à l’attentat de la Calle del Correo le 13 septembre 1974, un attentat qui a tué 13 personnes. Le 5 octobre 1975, de nombreuses féministes se mobilisent au niveau national en soutien aux victimes du fascisme espagnol. Certaines se rassemblent devant l’ambassade d’Espagne ou à Hendaye (département des Pyrénées-Atlantiques) en soutien à « Eva Forest et ses camarades »[9]. La revue Les Pétroleuses, qui est le journal de la tendance lutte des classes du Mouvement de libération des femmes publie plusieurs articles sur ces mobilisations. La lutte contre le fascisme y est présentée comme une dimension de la lutte pour la libération des femmes : « le combat des femmes espagnoles et basques contre un système qui les veut matrices serviles, glorifiées à ce prix, doublement châtiées si elles s’écartent du chemin que leur trace la dictature, ce combat, c’est peu dire que nous en sommes solidaires »[10].

 

1975 : mobilisation contre la venue de Françoise Giroud

L’ONU fait de l’année 1975 l’année « de la femme ». Un grand rassemblement s’organise à Mexico en juin-juillet qui réunit des ONG, des délégations de nombreux pays et des journalistes. Françoise Giroud, alors secrétaire d’Etat à la condition féminine, est chargée de promouvoir « l’année de la femme » en France. Les militantes du MLF dénoncent une récupération des luttes des femmes qui pourrait conduire à un effacement de celles-ci[11]. Le 15 mai 1975, Françoise Giroud doit être accueillie par la municipalité d’Angers. Les Pétroleuses tractent pour dénoncer le coût de cette visite (« 10 millions d’anciens francs » « à grand renfort de cocktails, de réceptions officielles »), l’hypocrisie de la municipalité qui refuse la création d’équipements collectifs (crèches, transports en commun) et les « réformettes » de la secrétaire d’Etat[12]. Les Pétroleuses appellent à rejoindre la manifestation organisée par la CGT et la CFDT contre la venue de Françoise Giroud le matin du 15 mai devant la mairie. Françoise Giroud représenterait le féminisme de la bourgeoisie alors que pour les Pétroleuses l’oppression des femmes est liée à l’oppression de classe. L’oppression des femmes, dans le système d’oppression de classe, se caractérise par une exploitation encore plus grande liée à la sous-qualification des femmes, au problème de la formation et aux inégalités de salaires et par le travail domestique non rémunéré.

 

Pour aller plus loin : Marrel Elodie-Cécile, Mémoires et histoire des féminismes: Angers 1965-1985, Mémoire de Master, Université d’Angers, Paris, France, 1999.

Frédéric Dabouis, “Aspects du mouvement féministe à Angers (1974-1987)”, Les Cahiers du CESA/Cercle d’études Sociales Angevin, n°2, novembre 2011

[1] Coupure de presse, « Les Pétroleuses d’Angers : l’oppression de la femme est de nature économique », Ouest France (journal supposé), 1975 – CAF, fonds Anne-Marie-Charles 38AF1

[2] Coupure de presse, « le Groupe femmes, un local d’accueil féminin », Ouest France (ajout manuscrit), 26 novembre 1976 (date manuscrite) – CAF, fonds Anne-Marie-Charles 38AF1

[3] Ibid. 1

[4] Nicole Florent « Femmes en lutte, samedi, à Angers : rien contre les hommes… mais tout pour les femmes », Journal d’Angers et de Maine-et-Loire, 1975 (date supposée) – CAF, fonds Anne-Marie-Charles 38AF1

[5] Tract, « Sauvons Eva, Lidia et ses camarades », 1974 (date supposée) – CAF, fonds Anne-Marie-Charles 38AF1

[6] Isabelle Galichon, « Le devenir-victime d’Eva Forest face à la torture  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Questions du temps présent [en ligne] http://journals.openedition.org/nuevomundo/67997

[7] Entretien entre Rosanna Torres et María Paz Ballesteros, « Fue un asunto socio de la izquierda », El País, 9 août 1986. [En ligne] https://elpais.com/diario/1986/08/09/opinion/523922412_850215.html

[8] Site officiel, Biografia, http://www.lidiafalcon.com/biografia/

[9] Camille, sans titre, Les Pétroleuses, n°4, 1975, p2

[10] Mina, Dominique, Sophie, « Hendaye, femmes contre le fascisme », Les Pétroleuses, n°4, 1975, p.23

[11] Voir émission du 27/08/2016, « 1975 sera l’Année de la femme », La Fabrique de l’histoire, France Culture [en ligne] https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/1975-sera-lannee-de-la-femme

[12] Tract « Le 15 mai, Françoise Giroud sera à Angers… », 1975 (date supposée) – CAF, fonds Anne-Marie-Charles 38AF1

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Le groupe des Pétroleuses à Angers," in La recherche comme une aventure, 16/11/2020, https://laventure.hypotheses.org/2156.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search