Meeting « Sexualité et Société » en 1973 à Laval

Le 18 mai 1973, de 21h à minuit, s’est tenue au Palais de l’Industrie de Laval une réunion publique organisée par le Planning familial de la Mayenne et le groupe femmes de Laval intitulée « Sexualité et Société ».

D’après un rapport des renseignements généraux[1], cette réunion a été présidée par M. Jean Gondonneau, secrétaire général de la Fédération nationale pour le Planning familial. 550 étaient présentes, dont le 1er adjoint au maire de Laval et 300 personnes de 15 à 20 ans. Plusieurs intervenant.e.s ont communiqué ce soir-là, mais seuls le président de l’association mayennaise pour le Planning familial et M. Gondonneau sont cités dans le rapport. Les réactions observées sont les suivantes : « atmosphère attentive », « vive et passionnée pendant le débat », « 4/5 de l’assistance favorables aux thèmes exposés ». La soirée s’est divisée en deux temps : un exposé des deux hommes précédemment cités et un débat entre spectateurs et spectatrices. Le groupe femmes de Laval n’est mentionné qu’à deux reprises. Il apparaît au début du rapport. La soirée a commencé par un spectacle monté par le groupe femmes avec « jeu d’ombres, dessins satiriques, chansons et marionnettes géantes qui permirent de présenter les sujets qui allaient être traités par M. Gondonneau ». C’est une femme du groupe qui a donné la conclusion en répondant à la question de savoir si la solution à tous les maux sexuels passait par une société de droite ou de gauche : « La femme n’aura pas grand place non plus lorsque le socialisme sera arrivé. L’émancipation de la femme sera l’œuvre de la femme elle-même. Ensuite, elle pourra avec son compagnon faire la Révolution, si elle le désire. ».

 

Les points clés des interventions :

  1. Par le directeur du Planning familial de la Mayenne :
  • indifférence des pouvoirs publics à l’égard des missions du Planning familial
  • suppression de la subvention du CAF
  • aucun soutien du Conseil général
  1. Par M. Gondonneau :
  • problèmes d’actualités comme les avortements de Grenoble et l’inculpation du Dr Annie Perret-Martin
  • mise en cause de l’inaction du gouvernement pour l’application de la Loi Neuwirth
  • remise en cause des rapports hommes-femmes, de la « sacro-sainte famille » au profit d’une libération de la sexualité
  • libéralisation de l’avortement

 

Tract-BD sur la réunion « Sexualité et Société », anonyme et sans date[2].

Quelques vignettes choisies.

 

Position de la Fédération départementale de la famille rurale

 

Le fonds comprend une coupure de presse[3] isolée qui renseigne la position de la Fédération départementale de la famille rurale au sujet des débats qui se sont tenus pendant la réunion « Sexualité et Société ». Il s’agit d’un communiqué hostile aux positions défendues par le Planning familial dont le secrétaire général aurait déclaré que « le bonheur sera dans la vie sans contrainte, de la naissance à la mort, comme si l’être humain pouvait se suffire à lui-même en tout et pour tout. Toute structure établie tant au niveau du couple que de la famille serait une aliénation. Les pulsions charnelles doivent trouver leurs satisfactions avec un partenaire occasionnel dès qu’elles se manifestement et dès l’adolescence. La famille, cellule qui malheureusement existera encore quinze ans, serait une structure privatrice de liberté qu’il serait souhaitable de voir disparaître ».  Ce communiqué reprend les arguments utilisés dans des correspondances avec le préfet de la Mayenne (voir article ici) : la désunion des couples conduit à la délinquance juvénile et à la prostitution ; l’amour est un don permanent, total, qui englobe tout ; l’avortement ne doit être pratiqué qu’en cas de raisons médicales ; le gouvernement doit mener une politique familial nataliste et protectrice pour les mères au foyer et les enfants.

 

Qu’en pensent les Mayennais.es ?

 

Un autre rapport des Renseignements généraux[4] donne un éclairage sur l’opinion publique face aux questions de contraception et d’avortement. Globalement, une majorité est pour l’assouplissement de la loi de 1920 et l’accès à une information sexuelle et à la contraception, contre l’avortement libre.

« Si l’avortement libre n’est prôné que par une minorité de jeunes, en revanche, la contraception et un avortement contrôlé médicalement et juridiquement recueillent une large compréhension aussi bien dans les milieux ruraux que dans les villes ».

Le rapport détaille les positions en plusieurs catégories : organisations et associations familiales catholiques, Ligue des Droits de l’Homme, syndicats, partis politiques et corps médical.

Organisations et associations familiales catholiques : contre l’avortement et sa publicité, pour une libéralisation de la législation actuelle afin de supprimer les causes d’avortements.

Ligue des Droits de l’Homme : modification de la loi de 1920 et libéralisation de la contraception et de l’avortement.

« Elle [la Ligue des Droits de l’Homme ] a d’ailleurs organisé le 18 octobre 1972 à LAVAL (Mayenne), une réunion avec la participation de Me Gisèle HALIMI, Avocat à la Cour d’Appel, militante PSU, sur le thème : La liberté de la femme dans le domaine de l’avortement de la contraception. 320 personnes y avaient participé. »

Syndicats : La CGT demande une meilleure prise en compte matérielle et sociale des femmes qui souhaitent avorter. La CDFT n’a pas pris position mais une majorité de militant.e.s seraient contre la libéralisation de l’avortement mais pour une réforme de la loi de 1920. La CFTC est contre l’avortement. Les syndicats agricoles n’ont pas pris positions.

« Il apparaît tout de même que « l’interruption de la grossesse » a donné à penser au monde rural où la tradition religieuse est toujours respectée. D’aucuns pensent que dans le cadre de la vie moderne, des problèmes peuvent se poser concernant la santé et l’anomalie chez l’enfant, la mise en péril de la mère. Pour eux, la vie étant créée, elle ne doit pas être supprimée sauf de rares exceptions. Il est évident disent les représentants des syndicats agricoles que la loi doit être améliorée. On n’y est pas, par ailleurs, hostile à la contraception. »

Partis politiques : les centristes sont contre l’avortement mais majoritairement pour une information sexuelle. La Fédération UDR (Union pour la Défense de la République) de la Mayenne est favorable au projet gouvernemental. Les « partis de l’opposition » n’ont pas discuté du projet, mais les communistes se disent contre la libéralisation de l’avortement.

Corps médical : il est partagé sur l’IVG. Une majorité est favorable à la contraception mais l’emploi des contraceptifs est limité par les médecins dans les milieux ruraux.

 

[1] Direction des renseignements généraux, « réunion organisée par le Planning familial et le « Groupe Femmes » de LAVAL », rapport adressé au préfet, au SRRG de Nantes et au directeur des RG, 25 mai 1973 – AD Mayenne, fonds 1116W20

[2] Tract sur la réunion « Sexualité et Société », anonyme et sans date – AD Mayenne, fonds 1116W20

[3] « Après le meeting de Sexualité Société la Fédération départementale de la famille rurale dénonce « l’attaque publique faite à la famille » », 25 mai 1973 [date manuscrite], sans provenance  – AD Mayenne, fonds 1116W20

[4] Direction des renseignements généraux, « projet de loi sur l’interruption de la grossesse», rapport adressé au préfet, au SRRG de Nantes et au directeur des RG, 4 septembre 1973 – AD Mayenne, fonds 1116W20


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search