De Nantes à Couëron par 5°C

2021, j’ai décidé de ne pas subir les événements. Et je vais vite être confrontée à ma décision puisque jeudi 7 janvier, au réveil, la militante avec qui j’avais rendez-vous à Nantes ce jour-là ne peut pas me recevoir. J’ai déjà mes billets de train. Il est 8h20, mon train est à 9h04, je dois partir dans 25 minutes. Je change mes plans. Le matin, j’avais rendez-vous dans cette ville avec le collectif Les Increvables pour un atelier mécanique sur vélo. Est-ce que je rentre chez moi après ou est-ce que je profite d’être sur Nantes avec mon vélo pour faire une balade ? Je prends mes cartes et mon guide de la région, mais j’ai peur que les bords de Loire soient inondés comme c’est le cas à Angers. A partir d’une de mes cartes, j’évalue ce que je peux faire en un après-midi et je vois qu’il m’est possible d’aller à Couëron. En 1975-1976, des femmes d’ouvriers de l’usine Tréfimétaux de Couëron se mobilisent auprès de leurs maris en grève. Elles séquestrent le patron et prennent une place capitale dans la lutte. Cette lutte aboutit à un procès de ces femmes en 1976.

8h35, j’enlève le trépied de la caméra de mon porte-bagages et je vide mon sac du matériel d’entretien pour remplir une sacoche de vêtements chauds et d’un en-cas. Dans le train, je regarde à nouveau les cartes et je me décide pour un trajet Nantes-Couëron. Il fait 5 degrés ce jour-là. Je me sens de nouveau dans l’aventure, prête à découvrir des paysages et à vivre des surprises. Il ne me faudra pas 5 minutes avant d’être confrontée à une première surprise : affronter le noir total dans les toilettes du ter. C’est une épreuve d’équilibre car le train bouge et je ne souhaite toucher à rien. Dans le noir, je distingue deux choses, le cercle vert du bouton de chasse d’eau et de la lumière rouge pour le lavabo. Cela est anodin, mais je m’amuse. Il ne m’en faut pas beaucoup j’avoue.

Arrivée à Nantes, je me rends chez Lucie, une des trois membres du collectif Les Increvables. Les deux autres membres sont là également, Morgane et Sophie. Leur projet? Une bande-dessinée sur l’émancipation des femmes du monde entier par le vélo. Elles ont une page Facebook, n’hésitez pas à les encourager. Après un bon thé chaud, Lucie nous fait une démonstration pour apprendre à nettoyer correctement une chaîne de vélo. La mienne est trop grasse et pleine de dépôts noirs. Elle nous apprend à nommer les différentes pièces du vélo et à distinguer le câble du frein de celui du dérailleur. Nous utilisons le multitool et en fin de matinée, j’ai une chaîne propre et correctement lubrifiée. Je me sens beaucoup plus à l’aise pour effectuer de petites réparations et surtout entretenir mon compagnon de route. Il est temps de partir et de passer à la suite du programme.

Le trio des Increvables

Je pédale jusqu’à Indre où je décide de faire une pause déjeuner. L’eau de la Loire est haute et huileuse. Elle est impressionnante en hiver. Je fais une pause brève car il fait 5 degrés et je me refroidis vite. Je découvre des maisons très colorées. Je décide alors de faire un petit détour dans le village pour en voir plus. Ces couleurs me réchauffent, je souris. Prise par le froid, je repars à toute vitesse et je file jusqu’à Couëron. A mon arrivée, je découvre le site de l’usine Tréfimétaux réhabilité en médiathèque. La tour à plomb, classée monument historique, servait à produire la grenaille de plomb pour les cartouches de chasse. Quelle n’est pas ma surprise de voir un immense panneau qui représente un défilé de femmes pendant la mobilisation de celles-ci en 1975-1976! Emue, je prends une photo. Ce voyage n’est pas une balade ordinaire, c’est un parcours sur les traces de ces femmes en lutte. Le froid me saisit à nouveau et je me réfugie dans la médiathèque. Une bibliothécaire me montre un ouvrage consacré à cette lutte et je prends le temps de le feuilleter. C’est alors que j’ai une révélation. La présentation de ce livre me plaît et je décide de la garder en tête pour la production de mes annexes de thèse. Je me demandais récemment comment organiser ma chronologie, mes documents d’archives et des textes thématiques dans mes annexes. Les choses m’apparaissent clairement maintenant.

L’Usine, 1975-1976. La grève : quand les femmes ont pris la colère, Couëron, coll. « Une tour, une histoire », 1999.

Déçue par le trajet entre Nantes et Indre, je n’ai pas envie de repasser par là. C’est une longue zone industrielle, cyclable, mais déserte et triste. Je regarde à nouveau mes cartes et je décide d’explorer les environs direction Savenay et de reprendre le train à Couëron. Au total, j’ai parcouru 32 km. Le froid a été mon pire ennemi. Mes muscles étaient raides et mon moral pas au plus haut. Je découvre la campagne après Couëron et là, deux belles surprises ! un jardin rempli de méduses en tissu suspendues à des arbres et une autre maison protégée par des hordes de nains et autres personnages brandissant le Gwenn ha Du (drapeau de la Bretagne). Je poursuis mon chemin sur des petites routes bordées de champs inondés et de maisons en pierre. Je reprends le train sans parvenir à me réchauffer. La douche que je prends en arrivant chez moi est un moment de pur bonheur. L’entretien annulé aura laissé place à de nouveaux paysages, une expérience de vélo par temps très froid, des compléments d’information sur la lutte des femmes à Couëron et une vision claire de la façon dont je présenterai mes annexes de thèse. Je pensais que m’autoriser cette balade était une façon de repousser le travail de thèse, mais finalement, cela m’a donné beaucoup plus que quelques heures passées à réfléchir sur mon canapé.

Pour en savoir plus sur la mobilisation des femmes à Couëron, c’est par ici.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "De Nantes à Couëron par 5°C," in La recherche comme une aventure, 10/01/2021, https://laventure.hypotheses.org/2211.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search