Des cygnes qui nagent dans un champ

Pourquoi ce titre ? Parce que j’ai vu des cygnes nager dans un champ entre Montreuil-Juigné et Avrillé. Tout commence par un rendez-vous chez Fanfan dont je dois recueillir le témoignage pour mon film sur les militantes féministes en Pays de la Loire. La veille, j’étais à la Roche-sur-Yon et je me sentais un peu fatiguée. Au réveil, je vois qu’il fait gris, mais il ne pleut pas. J’étais décidée à aller chez Fanfan à vélo, tant pis pour la pluie éventuelle. Environ 8 km sépare mon domicile du sien. Je ne pouvais pas passer par les bords de Mayenne car tout était inondé. J’ai pris l’option bitume jusqu’à ce que j’arrive sur Montreuil-Juigné ou là, patatras, ce n’est plus un chemin de goudron mais de terre. Non, de boue. Je zigzague ensuite dans un lotissement et j’arrive à destination seulement mouillée des pieds. Il faut dire que j’ai le goût du risque, on est en plein milieu d’un mois de pluie quotidienne.

Mais qui est Fanfan ? Christine Bard a écrit un article sur son parcours ici

Pour résumer, quelques mots-clés : Planning familial, ancienne ferme, vie en communauté, écologie, créativité, avortement, Espace femmes, Aides, désert Libyen. Quand le montage de son témoignage sera prêt, vous pourrez le consulter à Angers (au Centre des archives du féminisme), à Nanterre (la Contemporaine) et à Paris (Bibliothèque Marguerite Durand et Centre audiovisuel Simone de Beauvoir).

 

Après l’entretien, j’ai été invitée à déjeuner avec la communauté. J’AVAIS LE TEMPS. Le vélo m’a appris à moins « serrer » mon emploi du temps car avec mon absence de sens de l’orientation et les aléas du vent, mes heures d’arrivée et de départ chez un témoin ne peuvent pas être très précises. Le ralentissement (mouvement « slow »), c’est une lutte pour moi qui veut toujours faire plein de choses. C’est pourtant nécessaire. Et aujourd’hui, je découvre le minimalisme qui correspond à ce que je cherche et qui rejoint mon cheminement vers le ralentissement. Ralentissement – désencombrement. Ne pas être pressée et « pleine » pour pouvoir accueillir et s’émerveiller. Mes deux derniers articles de blog sont rédigés après un voyage. Trop épuisée pour écrire sur autre chose, mon vélo sans batterie recharge ma batterie interne.

Il faisait beau sur le chemin du retour. Ça m’a fait du bien. Je vais mieux. Pas besoin de m’agiter cet après-midi pour combler quelque chose ou m’oublier. J’avais envie de décrire ce court voyage dans l’espoir que mon plaisir trouvera un écho en vous et que vous pourrez (vous) réfléchir comme je l’ai fait aujourd’hui sur les routes et champs inondés.

 

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Des cygnes qui nagent dans un champ," in La recherche comme une aventure, 03/02/2021, https://laventure.hypotheses.org/2243.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search