Comment tout a commencé

Mon truc à moi, c’est d’avoir une envie, de passer quelques heures à explorer les manières de concrétiser cette envie, d’enchaîner avec une action qui va m’engager dans sa réalisation et de me dire ensuite que ce n’est pas possible et que je suis folle. Ce processus me prend entre 1h et 4h. La dernière fois, c’était le 2 juin. Je découvre sur Twitter vers 15h le collectif Donnons des elles au vélo. Elles organisent un tour de France, la veille du Tour de France sur le même parcours que celui-ci, pour promouvoir la pratique du vélo pour les femmes. A 15h10, j’explore la carte du parcours sur leur site. Elles proposent à celles et ceux qui habitent dans les lieux où passe le Tour de France de se joindre à elles sur une partie du trajet. Le plus près de chez moi ? La Mayenne. 15h33, je m’inscris pour 27 km autour de Laval. A 15h35, je reçois la confirmation de mon inscription. À 15h37, je me dis que je n’ai pas d’expérience, que je n’atteindrai pas la vitesse moyenne et que j’ai fait une bêtise en m’inscrivant. 15h39, on verra bien, je vais m’entraîner un peu et au pire, je vais rencontrer des personnes sympas, dans une ambiance de folie et j’essayerai de tenir les 4 premiers kilomètres.

*** Mise à jour : J’ai parcouru les 27 km, je suis arrivée dernière avec un pneu crevé. J’ai retrouvé, à l’arrivée, une militante que j’ai interviewée. Elle tenait le stand de l’association Femmes solidaires 53!

La thèse à vélo, ça a été ça. Tout a commencé à Paris un jour de février. Il faisait froid et gris et je travaillais ma thèse seule dans un petit appartement. Marre de Paris, pour plein de raisons. J’avais commencé à réorienter mon sujet sur la Bretagne et le Pays de la Loire. Quels groupes femmes rencontrer ? où aller ? comment ? Mais que ferait mon héroïne préférée Sydney Fox ? Elle partirait sur les traces d’un objet mythique et endurerait 1000 péripéties dangereuses pour le trouver. Mon objet mythique, c’est le Mouvement des femmes. Le danger pour moi c’est faire quelque chose que je n’ai jamais fait sans savoir comment le faire. Pourquoi pas plusieurs semaines de terrain à vélo dans ce territoire encore inconnue pour moi qu’est la Bretagne ? Vendu ! Je me connecte sur internet et je regarde des cartes. Je ne connaissais que Rennes et je savais que le Finistère était au bout du bout. En 10 ans, j’ai fait deux fois du vélo sur Paris. J’ai des douleurs au genou gauche. J’élabore un premier trajet avec des distances journalières à parcourir de 50 km. Ce plan changera au fil des mois. De cette première expérience est née une multitude de réflexions sur l’écologie de la recherche, l’approche des militantes et le lien créé avec elles, le temps de la recherche et le nécessaire plaisir de l’aventure pour sortir de la routine et de la solitude liées au travail de thèse.

 

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Comment tout a commencé," in La recherche comme une aventure, 10/06/2021, https://laventure.hypotheses.org/2274.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search