Angers : projection du film Chaperons rouges

Communiqué de presse fictif du groupe femmes d’Angers réalisé à partir d’archives du fonds d’Anne-Marie Charles, 38AF 3 au CAF.

Le 3 février 1978, le groupe femmes “agression et viol” a organisé une projection débat avec deux courts métrages, Susan[1] et La Drague[2], une dizaine de jours après le procès pour viol au Mans pour lequel nous nous sommes mobilisées[3]. Parce que « le combat contre le viol n’est pas terminé. Nous continuons à la subir quotidiennement, à Angers comme ailleurs, dans la rue, comme dans les lieux privés, et nous continuons à le dénoncer. »[4], ce samedi 9 mai 1981, vous êtes invitées à participer à la projection du film Chaperons rouges, réalisé en 1979 par Helen Doyle et Hélène Bourgault. La projection a lieu à la FOL (Fédération des œuvres laïques) au 14 bis avenue Marie Talet à Angers. Cette projection est organisée par le groupe femmes d’Angers que vous pouvez habituellement rencontrer au local du 4 rue Saint-Laud.

Cette projection s’inscrit dans la journée de lutte contre le viol et autres violences faites aux femmes. Nous vous donnons rendez-vous à 21h pour la projection du film et dans l’après-midi Place du ralliement pour une manifestation. La projection sera suivi d’un débat et d’une marche non-mixte[5].

Descriptif : Chaperons rouges est essentiellement un film sur la peur. Mais une peur très familière : cette vieille peur du viol inscrite dans nos corps de femmes, dans nos yeux aux aguets, nos muscles atrophiés, dans nos quotidiens rétrécis par tous ces gestes évités au cas où…

« Je me suis fait violer deux fois. Deux fois dans mon corps mais un million de fois dans ma tête et dans mon cœur ».

Souvenirs, fantasmes, frustrations, peurs, révoltes sont dits dans le film. Des femmes en parlent avec le corps, avec des mots, avec de la musique, avec des images. La peur est dite, c’est donc un premier pas. L’autodéfense est un deuxième pas, certes insuffisant mais combien important dans une démarche de dévictimisation des femmes. Nous reste à inventer une nouvelle histoire dans laquelle nos filles et nos fils ne seront plus éduqués à devenir des chaperons rouges démunies ou des méchants loups agressifs.

« Car le viol n‘a rien à voir avec la sexualité. C’est un acte de haine, de domination. »

 

 

[1] Aucune information vérifiable n’a été trouvé sur ce film.

[2] La Drague, un film de Charlotte Szlovak sorti en 1977. Synopsis : « La nuit surtout, la ville appartient aux hommes : entre la fausse courtoisie et l’agression, il n’y a de place que pour des solitudes parallèles. »

[3] Tract « Agir, lever le silence », groupe femmes d’Angers, février 1981 – Centre des archives du féminisme, 38AF3.

[4] Tract « Journée contre le viol et autres violences faites aux femmes », groupe femmes d’Angers, mai 1981 – Centre des archives du féminisme, 38AF3.

[5] Bon de soutien pour la journée contre le viol et autres violences faites aux femmes, groupe femmes d’Angers, mai 1981 – Centre des archives du féminisme, 38AF3.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search