La Réunion – chapitre 3

Trois semaines se sont écoulées depuis mon arrivée. Si je compte les jours qui me restent à passer sur l’île, je ne compte plus les rencontres et les découvertes tant elles sont nombreuses. Les témoignages se bousculent. Je sillonne les routes du littoral et les chemins sinueux et abrupts “des hauts”. Je prends des petites routes, je sors des sentiers battus…

De nature curieuse et déterminée, j’aime sortir de ma zone de confort. C’est aussi et surtout une manière de me prouver que je suis capable de faire telle ou telle chose et que je suis quelqu’une de bien, que je mérite l’amitié des autres, etc. Je ne sais pas exactement d’où me vient cette propension à me penser limitée, incapable, impuissante. Les causes sont multiples. Avec ce voyage, je repousse encore un peu plus mes limites et mon champ d’action. Aucune routine possible en itinérance, aucun repère. J’appréhende toutefois le moment où je vais devoir « payer » tous ces efforts d’adaptation fournis pendant 1 mois. Si la note sera sans doute salée sur le plan de la fatigue émotionnelle à mon retour, le gain en expérience et connaissance de soi sera encore plus important.

Cette semaine, j’ai beaucoup pensé à mes proches, soudainement trop loin. Je traverse également un passage à vide par rapport à la rédaction de ma thèse. « C’est normal » me dit-on. L’écriture exige une stabilité et une disponibilité mentale et de temps. Mon instabilité voyageuse constitue ma stabilité. Heureusement que je prends le bus ! Explications… Les nombreux trajets de bus sont des moments d’introspection et de décantation émotionnelle. Je me retrouve « seule ». J’ai besoin de ces moments-là pour récupérer. Je passe alors des heures à rêvasser, imaginer toutes sortes de scenarios que j’aimerais voir se produire. Une des personnes qui m’a hébergée m’a expliqué que mes rêveries sont les manifestations de mes états d’âme. Elles seraient un mouvement d’émergence de mes humeurs et de mes désirs conscients ou inconscients. Les rêveries, apparemment considérées comme réelles par notre cerveau, constitueraient le ciment entre les pavés de la route que nous nous construisons. À méditer.

J’aimerais parler d’une expérience nouvelle qui s’est produite cette semaine. J’ai fait témoigner deux enfants, Johanne, qui a 11 ans et Ewenn qui en a 8. Je suis hébergée actuellement chez leur mère qui les a eu le week-end où je suis arrivée. Johanne, d’une maturité surprenante et très curieuse, m’a demandé de lui parler de mon travail. Je n’ai pas cherché à simplifier mon discours, j’ai pris le temps d’expliquer les différents aspects de ma démarche. Elle a compris que je recueillais des témoignages, pendant mes « vacances », pour réaliser un film sur les femmes et le féminisme à La Réunion. Elle m’a proposé spontanément de témoigner. La veille au soir, elle m’avait demandé si je luttais contre les stéréotypes. Elle m’a raconté que sa maîtresse avait utilisé, pendant un exercice de mathématiques, la couleur bleue pour les garçons et le rose pour les filles. Elle s’est interrogée sur ces codes couleur et m’a dit ne pas en être satisfaite. Elle m’avait dit connaître le mot féminisme et s’être déguisée en suffragette l’année précédente. Ses livres préférés : Culottées et la BD sur Olympe de Gouges[1]. J’ai accepté sa proposition sous réserve d’avoir l’accord de sa mère. J’ai obtenu cet accord. Le petit frère a souhaité lui aussi « parler devant la caméra ». Il veut être acteur. J’ai accepté pour lui faire plaisir et ne pas créer de jalousie entre les enfants. En amont du témoignage, nous avons échangé tous les quatre pour expliciter la démarche et ses enjeux. Il a été convenu que le nom de famille n’apparaîtrait pas dans le film. Le contrat de témoignage d’Archives du féminisme ne prévoit pas le cas de la signature d’une tutrice ou d’un tuteur. Quelques lignes ont été rajoutées de manière manuscrite au contrat pour définir le contexte de l’entretien. Comme la mère, les enfants ont signé le contrat. C’était une manière de les impliquer dans l’intégralité de la démarche tout en leur montrant le sérieux de celle-ci.

Johanne a mis sa plus belle robe le matin de l’entretien. Elle était prête et attendait que je vienne à elle. Nous nous sommes installées dans sa chambre et nous avons fermé la porte pour faciliter la concentration et empêcher les interactions avec la famille. Le témoignage a duré 19 minutes. Son frère a témoigné à son tour dans la chambre de sa sœur pour une raison pratique (le matériel était déjà installé). Le témoigne d’Ewenn a duré 2 minutes. Il m’a été impossible de lui faire développer sa pensée et ses expériences. Vu le peu de succès que j’obtenais à mes questions, je lui ai demandé pourquoi il avait voulu être filmé. Il m’a répondu spontanément : « Je veux être célèbre ! ». Et il est parti. J’accolerai son témoignage à celui de sa sœur, car, isolé, je ne peux pas en faire grand-chose. Les deux enfants ont souhaité visionner tout de suite leur témoignage et le faire écouter à leur mère. Ewenn a cherché l’approbation de sa mère. Johanne est restée silencieuse pendant toute l’écoute de son témoignage. Elle a simplement dit qu’elle en était satisfaite. Sa mère m’a dit qu’elle a perçu, dans les propos de sa fille, une manière de se conformer à ce qu’elle pensait être mes attentes. Cette attitude n’est pas le propre des enfants. C’est un des biais identifiés dans le recueil de témoignage. La différence avec les adultes est plutôt dans la représentation de soi. Je n’ai pas du tout senti de mise en scène, plutôt une grande spontanéité dans ce qui s’apparente à un jeu de questions-réponses. Cela n’empêche pas une conscience (que j’ai perçue) de l’importance des sujets abordés et de leur dimension politique. Il est toutefois difficile de faire la part entre ce que je projette de sa compréhension et de sa conscientisation et la réalité de l’expérience de cette petite fille. Les réponses n’étaient pas scolaires, elle semble avoir bien compris qu’il s’agissait d’un témoignage personnel.

Ce qui était différent pour moi dans cette expérience, c’était de prêter beaucoup plus d’attention à la portée de mes mots et à leur compréhension. J’ai eu tendance à davantage reformuler mes questions et à rassurer l’enfant pour ôter la pression qui aurait pu être ressentie à parler à une adulte, une adulte inconnue qui plus est (le fait de ne pas être proche a toutefois ses avantages également). En revanche, la question du consentement au témoignage ne s’est pas posée puisque l’entretien a été réalisé à la demande de Johanne. D’ordinaire, la demande vient de moi dans le cadre d’un travail de recherche. La démarche est différente pendant ce voyage. Je n’ai pas fait d’appel à témoignage. J’ai laissé venir les témoignages. Les personnes que je rencontre viennent par l’intermédiaire d’un contact qui prend en charge, la plupart du temps, la négociation de l’entretien. Quand j’obtiens un contact, je sais que la personne accepte de témoigner et qu’il ne reste plus qu’à bien définir le cadre du projet et trouver une date. Je ne pense pas être amenée à interroger des enfants à nouveau, d’abord parce que cela demande un apprentissage que je n’ai pas le temps de faire en rédaction de thèse et aussi parce que je suis davantage intéressée par des personnes qui peuvent témoigner d’engagements sur des périodes prolongées. La profondeur n’est pas la même.

[1] Bagieu Pénélope, Culottées Tome 1, Paris : Gallimard, 2016 ; Bagieu Pénélope, Culottées, Tome 2, Paris : Gallimard, 2017 ; Bocquet José-Louis, Catel Olympe de Gouges, Paris : Casterman, 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search