Le témoignage en itinérance : difficultés d’une collecte

Contexte :

  • Voyage en itinérance : changement d’hébergement tous les 4 jours en moyenne pendant 1 mois.
  • Recherche de témoignage : pas d’appel à témoigner ni de communication publique sur la démarche. Prise de contact spontanée pendant une discussion, bouche-à-oreille, mise en relation par une autre personne, sur place.
  • Matériel : caméra, trépied, écouteurs, micro-cravate, contrats de témoignage.

Les contraintes pour organiser un rendez-vous

1 – Ma disponibilité (difficile à prévoir dans la mesure où mon emploi du temps évoluait chaque jour).

2 – La disponibilité de la personne qui témoigne.

3 – Négocier de faire l’entretien à domicile (environnement sonore et lumineux contrôlé, confidentialité).

3 – La possibilité de se rendre au lieu de rendez-vous par les transports en commun (je n’ai pas loué de véhicule motorisé).

4 – Prévoir un horaire qui soit compatible avec un trajet plus ou moins long dans le cas de correspondances entre plusieurs lignes de bus.

Difficultés rencontrées

1 – Il est arrivé que je n’obtienne l’adresse précise de mon hébergement que la veille ou le jour même de mon arrivée. Dans ce cas, il était difficile de prévoir mes déplacements en amont et donc de donner un horaire pour un entretien dans les jours qui suivaient le changement d’hébergement.

Expérience : On est le 1er décembre. Je change d’hébergement le 2 au soir. Je sais que je vais être hébergée à Saint-Pierre mais je n’ai pas plus d’informations que cela. Cela peut être à Saint-Pierre même ou dans une commune dans les hauteurs mal ou non desservie par les bus. Le 3 au matin, j’ai fixé un rendez-vous pour un témoignage. Ne connaissant pas l’adresse de l’endroit où je vais dormir, je ne peux pas regarder les lignes de bus et les horaires de passage et donner une heure sûre de rendez-vous le 3 au matin.

2 – Organiser des rendez-vous quand on ne sait pas si notre hôte.sse a prévu des activités à faire ensemble.

Expérience : Il m’est déjà arrivé d’aller chez une personne qui avait pris des places de spectacle pour nous deux sans que je le sache en avance. Heureusement, les spectacles étaient le soir. À la Réunion, il fait nuit à 18h30 en novembre. Je ne prévoyais donc aucun rendez-vous le soir faute de lumière suffisante pour filmer.

3 – Les personnes qui veulent déplacer un rendez-vous.

Expérience : Super, j’arrive dans un nouvelle maison à Sainte-Suzanne. Un entretien est prévu le lendemain matin dans la même ville, je ne suis pas obligée de traverser l’île. Oh non, la personne n’est finalement plus disponible et me préviens la veille ! L’entretien est décalé le 6, mais le 6, je suis à Saint-Paul, beaucoup plus loin, avec 3 correspondances de bus. Cela va me prendre la journée au lieu de 3-4 heures.

4 – Les rendez-vous qui s’enchaînent.

Expérience : Les entretiens se multiplient parce que ma démarche intéresse. Je ne fais plus que ça. Je ne profite plus de l’île et je m’épuise. Je m’aperçois que je ce ne sont pas du tout des vacances. Je deviens un peu tendue (j’en ai marre disons-le) et je suis moins attentive pendant l’entretien.

5 – Le bouche-à-oreille et le fait de laisser venir les entretiens peut créer des malentendus sur la démarche et son périmètre.

Vacoa

Expérience : je rencontre sur la plage une femme qu’on me présente comme très intéressante pour ma démarche. Je lui explique qu’il s’agit d’une collecte de témoignages sur la place des femmes et le féminisme à la Réunion. Elle se montre très enthousiaste pour témoigner. Je découvre au moment de l’entretien qu’elle n’a aucun engagement militant (ni féministe, ni politique, ni syndical…) ni de réflexion particulière sur le féminisme. Elle ne souhaite pas témoigner à visage découvert et n’accepte aucune des conditions que j’exige habituellement pour chaque entretien (endroit sans bruit parasite, sans passage de voiture ou de personne). Je me retrouve à la filmer dans une rue, moi, assise sur le sol dans la terre et elle me surplombant, assise dans le creux d’un vacoa. Elle répond brièvement à mes questions et me reproche presque de ne pas en avoir préparé assez. Je sors alors du sujet pour continuer à la faire parler. Je me retrouve l’otage de mon témoin. J’aurais dû mettre fin à l’entretien, ce qui m’aurait évité le sentiment d’un manque de considération pour ma démarche.

6 – Le transport et la conservation des contrats de témoignage.

Expérience : Je n’avais pas prévu de pochette dans ma valise. J’ai transporté les documents pliés en deux, dans un sac mou, mêlés au matériel pour filmer, bouteille d’eau et crème solaire. Le résultat en image.

Le contrat arrive à peu près sain et sauf au lieu de rendez-vous, la plage.

Le contrat de témoignage à la fin de la journée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 – La charge émotionnelle.

Expérience : Un témoignage produit toujours un effet sur moi. Cette charge émotionnelle a été plus difficile à gérer à La Réunion puisque j’ai travaillé dans un contexte inhabituel. Je n’avais pas pensé à cela avant le voyage. Je découvre aujourd’hui que ce qui m’a permis de gérer la réception des entretiens pendant ma thèse était le cadre réconfortant de mes rituels quotidiens, de mon chez-moi, la proximité avec mes ami.e.s et proches et la sociabilité que permet la fréquentation régulière de l’université et de la BU.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "Le témoignage en itinérance : difficultés d’une collecte," in La recherche comme une aventure, 08/12/2021, https://laventure.hypotheses.org/2448.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search