La Réunion – chapitre 4

J’écris de l’aéroport, il est presque 22h et la chaleur rend ma peau moite. Demain matin, je vais perdre au moins 20°C de température. Heureusement, ce vendredi, je retrouve mes ami.e.s pour la soutenance d’HDR tant attendue de la formidable C. Le week-end sera convivial, pas le temps de déprimer. Les projections de mes films recommencent avec Rennes le 15 décembre. Et puis dans les mois qui suivent, je vais également monter les témoignages collectés à la Réunion, réaliser un nouveau film pour une première projection en mars 2022 à Angers, je l’espère.

Si j’ai voyagé avec seulement un bagage cabine pour être plus légère et mieux gérer mes nombreux changements d’hébergement, je me suis pourtant sentie encombrée. Mon bagage mental était lourd à l’arrivée sur l’île et il l’est resté tout au long du séjour. On emmène avec soi ses cogitations. Elles se renforcent même avec le sentiment d’éloignement. Je me suis sentie attachée à mes pensées obsessionnelles comme à un élastique. Plus je tentais de m’en éloigner, plus la tension était forte. J’aurais bien aimé que l’élastique cède, mais cela n’a pas été le cas. Bien sûr, il y a l’effervescence des premiers jours et les efforts d’adaptation qui occupent l’esprit une partie du temps. Seulement, j’imaginais ne penser à rien d’autre qu’à la réalité du voyage et des rencontres. Le voyage ne créé pas de frontière entre soi et son propre monde. On emporte sa tête partout. Je ne peux même pas dire aujourd’hui, alors que je me trouve à 1h de l’embarquement, si ce voyage m’a vraiment fait du bien. Il a fait bouger des questionnements. Il a créé sans doute des opportunités pour plus tard, de nouvelles routes, des ouvertures. Il aurait fallu que je le prépare sur le plan psychologique, comme on se prépare pour un jeûne ou une retraite spirituelle. Je n’ai pas pu le préparer. J’avais peur. Je n’arrivais pas à me projeter.

C’était une évidence que j’apporte avec moi mon ordinateur (ma thèse) et la caméra (mon militantisme). Suis-je entrée dans une logique de rentabilité de temps là où j’aurais dû tout lâcher ? Était-ce façon de compenser mon éloignement de l’université pendant un mois ? J’ai su arrêter de culpabiliser à partir de la moitié de mon séjour sur le fait de ne pas avoir produit de pages de rédaction. Je me suis reproché ce que je pensais que d’autres me reprocheraient (mon labo, ma directrice de thèse et même mes enquêtées). Je me suis raconté des histoires. On m’a plutôt encouragée à lâcher prise. J’ai appelé une de militantes que j’ai interviewée pendant ma thèse l’avant-dernier jour de mon séjour. Elle est devenue une de mes amies et je l’ai appelée à ce titre. Quand je lui a dit où j’étais, elle s’est exclamée : « Et ton impact écologique ! et ta thèse ! ». Mon premier réflexe a été la culpabilité. Elle plaisantait. Elle était contente d’avoir de mes nouvelles et de savoir que j’allais bien, tout simplement. Doctorant.e.s, arrêtons de nous culpabiliser et de nous raconter des histoires ! Cette expérience est évidemment la mienne et j’imagine aisément que d’autres auraient eu de réelles pressions de la part de leurs encadrant.e.s. Je suis aussi connue pour être très active et organisée, très autonome et maîtresse (en apparence) de mon calendrier de travail. Souvent, je compense les moments ponctuels de « non-thèse » avec un rythme de travail effréné sur plusieurs jours. Toujours compenser, comme si les temps de repos, de convivialité, d’expériences de la vie étaient du temps perdu.

J’entends l’appel pour l’embarquement, je reprendrai plus tard…

Je reprends l’écriture de cet article dans une brasserie parisienne. Je suis arrivée à 8h (heure métropole). Le froid m’a saisi à la sortie de l’aéroport ; 24 degrés en moins par rapport à hier. Ma peau s’était habituée aux rayons du soleil de l’hémisphère sud et mes yeux aux couleurs d’une végétation luxuriante. Ici, je suis contaminée par cette atmosphère froide et sans nature. Et je n’arrive pas à écrire. On est le jeudi 9 décembre 2022. Mon voyage est terminé.

4 semaines, 4 chapitres, j’ai atteint l’objectif que je m’étais fixé pour ce carnet de recherche.

Pour citer cet article : Marine Gilis, "La Réunion – chapitre 4," in La recherche comme une aventure, 09/12/2021, https://laventure.hypotheses.org/2486.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search