Cagnotte pour mon documentaire

Nous recherchons aujourd’hui la somme nécessaire pour financer les derniers tournages ainsi que la post-production d’un documentaire sur les luttes féministes et lesbiennes en Normandie. Il s’agit du premier long-métrage de Marine Gilis, réalisatrice et docteure en histoire des féminismes et des sexualités. Nous vous proposons de participer à cette aventure et de contribuer à sa réussite pour que le film puisse voir le jour et trouver le chemin des salles et des festivals.

Sujet du film

1975, la loi Veil légalise l’avortement en France. Les résistances sont vives. Cette loi aura 50 ans en 2025. 50 ans de luttes féministes, 50 ans d’évolution de la société. Comment les luttes féministes se sont-elles recomposées ? Comment s’expriment-elles selon les différents territoires ? Que signifient-elles aujourd’hui ? Comment les différentes générations dialoguent-elles ?

C’est en Normandie que Marine Gilis est allée poser ces questions et découvrir toute la diversité de ce matri/patrimoine militant. Oui, la Normandie n’est pas qu’un champ paisible de vaches qui paissent sous la pluie, contrairement à ce que disent certaines légendes urbaines. Les militants et militantes féministes et lesbiennes d’aujourd’hui comme d’hier sont nombreuses·eux, à Dieppe, Caen, Cherbourg, Hamars, Saint-Lô, Rouen, Alençon, Granville…

Une pluralité d’acteurs et d’actrices (militant·es de plusieurs générations, universitaires, archivistes) s’exprime à travers ce documentaire. Celui-ci se montre comme processus de recherche, cheminement personnel, collectif et comme voyage. Loin du seul discours construit et expert, des voix multiples, émouvantes, intimes, parfois discordantes, toujours passionnantes, s’expriment.

Genèse du projet

Témoignage de la réalisatrice, Marine Gilis : « Pour un travail universitaire que j’effectuais en 2022 sur le Torchon brûle, revue du Mouvement de libération des femmes (années 1970), j’ai été amenée à rechercher les militantes anonymes qui avaient rédigé le dernier numéro paru en 1973. Ce numéro, le 6, a été écrit par le groupe femmes de Rouen, dont j’ai retrouvé les membres. Les Normandes se sont réjouies qu’on s’intéresse à elles. Beaucoup ont dénoncé l’invisibilité des luttes féministes régionales face à la focalisation habituelle
sur une histoire urbaine et parisienne ».

Très peu de sources concernant les luttes de femmes, les luttes féministes et lesbiennes en Normandie sont conservées. Ce documentaire est d’autant plus important qu’il vise à élargir le champ des connaissances historiques sur ce contexte local et à enrichir l’histoire nationale.

Pour suivre l’aventure de ce projet, suivez le lien ci-dessous et vous aurez accès au blog dans lequel est publié un journal de bord des repérages et des tournages, ainsi qu’aux réseaux sociaux de la réalisatrice :
https://bento.me/marinegilis

Contexte militant normand

Le film se propose de dresser un tableau des luttes féministes et lesbiennes qui ont émaillé la région depuis une cinquantaine d’années. Bien que des luttes plus anciennes aient existé, le film se concentre sur celles qui ont été menées depuis les bouleversements de Mai 68. L’année 2025 marquera, en effet, les 50 ans de la loi Veil qui a légalisé l’avortement en France, une place importante sera alors donnée aux féministes engagé·es durant cette décennie. C’est pendant les années 1970 que les féministes affirment que « le privé est politique », c’est-à-dire que tous les sujets intimes sont abordés et questionnés : l’épanouissement sexuel et amoureux, le viol, les nouvelles formes de parentalité, les violences conjugales, le divorce, etc. Des groupes femmes non-mixtes sont créés partout, dans des syndicats, groupes politiques ou sans affiliation, dans les grandes villes comme Le Havre ou Rouen mais aussi dans des villes plus petites, à Dieppe, Saint-Lô, St Etienne du Rouvray, Alençon, Bayeux, Flers, Lisieux… Ils militent aux côtés d’autres groupes mixtes qui visent à défendre l’accès à la contraception et la légalisation de l’avortement.

Ce féminisme radical tend à s’essouffler dans les années 1980 tandis que des collectifs se constituent en association et se spécialisent sur certaines causes. En Normandie sont créées des associations telles que Femmes solidaires, le GAMS (Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles), des lieux d’information comme le CIDFF (Centre Information droits des femmes et des familles) et des lieux de convivialité, le café féministe Adèle Blanc-Sec à Rouen ou le groupe lesbien A’nanas à Caen et Cherbourg, tandis que le Planning familial continue son travail d’information sur la sexualité, la contraception et l’avortement.

Une troisième période se distingue au tournant des années 2000 qui voit l’émergence d’un militantisme se diffusant par les réseaux sociaux et de nouveaux médias. Il réinterroge les discriminations racistes, grossophobes, handiphobes, le consentement, les violences sexistes et sexuelles, les identités LGBTQI+ (Lesbienne, gay, bisexuel, trans, queer et intersexe)… En Normandie, plusieurs dizaines de collectifs sont créés, pour en citer quelques-uns
: Groupe d’action féministe Rouen, les groupes Nous Toutes, En parler, Osez le féminisme, Soeurcière, Main violette, les groupes de Colleuses, Comité Manche Droits des femmes, safeteam_paillettespartout, les Havraises, Menstruaction Rouen, la Vulva festeuch, Droits des femmes 61 et tant d’autres.

Un film en trois mouvements

Les repérages et rencontres en Normandie ont suscité deux types de questionnement. La réalisatrice a interrogé les personnes rencontrées sur leurs actions, leurs idées et leur connaissance du mouvement féministe et lesbien normand. Elle a été questionnée en retour sur sa démarche documentaire, ses engagements, sa façon de faire. De ce va-et-vient entre les histoires qui lui étaient racontées et sa propre histoire est né un désir d’interroger ce dialogue constant et de le montrer.

Ce documentaire est rythmé par trois mouvements qui mettent en lumière ce dialogue. Le premier mouvement est celui de la naissance de l’idée du documentaire au lancement du projet. Il convoque les représentations de la réalisatrice sur la Normandie, l’absence d’histoires féministes et lesbiennes et son travail de recherche des archives et des témoignages. Vient ensuite le temps des rencontres et de l’émergence d’une histoire collective plurielle. Les sources écrites et orales permettent d’esquisser le maillage et la dynamique militante régionale. La question de la transmission vient alors clore la boucle. Ce troisième mouvement est celui du temps présent, à l’intersection entre un passé qui souhaite se dire et un futur qui émerge. Il est celui des luttes actuelles et des expériences de transmission.

La réalisatrice

Marine Gilis a obtenu un doctorat en histoire contemporaine en décembre 2022 : « Du privé au politique, du politique au privé : l’expérience de libération sexuelle des militantes du Mouvement des femmes en Bretagne et Pays de la Loire (1970-1981) ». Elle s’est spécialisée en histoire des féminismes et des sexualités. Depuis, elle se consacre à ce projet de long-métrage documentaire en parallèle de son engagement au sein de l’association Archives du féminisme. Cette association, qui existe depuis plus de 20 ans, a pour objectif de collecter les archives privées des militant.e.s et des associations féministes ainsi que les sauvegarder, les classer, les inventorier et les mettre à la disposition de la recherche.

Pourquoi cette cagnotte ?

Pour réaliser ce film sans en compromettre les ambitions visuelles et sonores, nous estimons qu’il nous faut récolter 6 600 €.

Les fonds récoltés serviront à prendre en charge les frais de déplacements, créer un site internet dédié, acheter des supports d’enregistrements, payer les droits musicaux, les frais d’inscription en festival, assurer l’accessibilité du film par un sous-titrage adapté aux personnes sourdes et malentendantes, traduire le film pour sa diffusion à l’international, sans compter les frais matériels déjà engagés et le travail de post-production.

C’est pour cela que nous faisons appel à vous aujourd’hui. Tous les soutiens sont les bienvenus.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Gilis (1 février 2024). Cagnotte pour mon documentaire. La recherche comme une aventure. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqbd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search